Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Mahel

Couverture du livre Mahel

Auteur : Neil Thomas

Préface : André Lécossois

Date de saisie : 19/10/2007

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : les Alchimistes du verbe, Beaufou, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782952109130

GENCOD : 9782952109130

Sorti le : 19/10/2007

  • Les présentations des éditeurs : 19/11/2007

Ce récit dépeint la rencontre unique et mystique de Thomas Lagorio avec un jeune garçon de son école. Entre l'âge de 8 et 20 ans, l'évolution de leurs liens sera source de bouleversements radicaux chez Thomas jusque dans sa façon d'appréhender la vie.
Cette rencontre fortuite ne l'est pas en réalité. Sous le sceau d'une forte amitié, Thomas plongera dans un monde inconnu et insoupçonné où chacun doit suivre sa voie, être créateur de sa vie. Commence alors une aventure enchanteresse et délirante : la découverte de son don. A travers le cheminement du héros débute aussi notre propre recherche sur le sens de notre existence.
Sur fond d'initiation, de poésie et d'expériences singulières, ce roman invite chacun à considérer la «fragile et sauvage beauté» d'un monde libre et invisible.
Entre désir de sagesse et quête d'identité.


  • Les courts extraits de livres : 19/11/2007

Par la suite, Mathieu et moi prîmes l'habitude de nous retrouver au cimetière tous les mardis après-midi, loin des regards suspicieux et interrogateurs des autres élèves de l'école. Et l'on aurait dit que cela convenait plutôt bien à Mathieu, qu'il en était soulagé. Auparavant, j'avais demandé à mes parents si l'on pouvait décaler mes heures de cours de violon plus tard dans la soirée en prétextant que je devais suivre deux heures d'étude supplémentaire, car j'avais soit-disant formé un groupe de discussion autour du thème des avions. Mes parents voyant cette nouvelle activité comme enrichissante et très instructive acceptèrent sans demander de détails. Cependant, c'était la première fois que je leur mentais et un pincement au coeur m'étreignit. A chaque entrevue, Mathieu avait toujours les histoires les plus incroyables à me raconter.
«Au fait, Thomas, tu as lu le petit livre ?
- Oui et j'avoue avoir été déboussolé, répondis-je naïvement.
- Tu devrais lire davantage de livres, Thomas. Il y a beaucoup à apprendre et les livres sont ces portes ouvertes sur d'autres mondes. Crois-moi, il y a ceux qui lisent et ceux qui écoutent ces derniers.»
Mathieu entama alors une conversation passionnante, en tout cas la première dont je me souviens de lui et qui marqua le début de nos grandes «palabres». Cette fois-ci, se référant au livre qu'il m'avait prêté, il me raconta l'histoire de cet esclave marocain, Abdullâh, datant du début du XXe siècle et de comment il avait acquis le plus grand bien que l'homme possédât sur Terre, sa liberté. Un riche européen avait racheté l'esclave et l'avait ensuite libéré après trente ans de soumission dans son Maroc natal. Il possédait alors les biens les plus précieux, le droit d'aimer qui il voulait, de partir aux quatre vents. Il éprouvait, comme on éprouve une soif, le besoin d'être un homme parmi les autres, de se confondre aux hommes. Il pensait que les hommes et les femmes étaient faits d'argile ou de glaise, que le jour ils prenaient une forme singulière et la nuit venue, disparaissaient sous un tas informe. Il pensait qu'il en était autant de la misère, de la beauté, de l'amour. Mais il avait beaucoup à apprendre et possédait le temps et l'espace de s'en enquérir. Il gardait cependant dans son coeur le sentiment que comme lui, à une autre échelle, les hommes s'étaient laissés prendre dans un moule et avaient vieilli sous la même forme. De cela, il n'en voulait plus, il le rejetait. La vérité, c'était l'homme qui naissait en lui lorsqu'il observait ses pairs. La vérité pour Abdullâh, c'était ce qui faisait de lui un homme. Ainsi naissaient alors les vocations, ces élans qui aidaient les hommes à se délivrer d'eux-mêmes. Mathieu finit son récit en ajoutant qu'il était aussi nécessaire de délivrer les vocations. Et pour cela, il fallait à chacun ressentir ce sentiment tellement romantique qu'était la liberté.
Je l'écoutais attentivement, c'était la plus belle histoire que j'avais entendue jusqu'ici, elle résonnait en moi comme les ricochets d'un galet sur la mer. J'étais fasciné. Je ne répondais à ses regards que par des acquiescements de la tête, comme incapable de dire un seul mot. Il parlait comme un livre, ses suggestions se transformaient peu à peu en vérités. Nous en rigolions d'abord puis entamions un débat sur chaque nouvelle idée.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia