Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le ver qui prenait l'escargot comme taxi : et autres histoires naturelles

Couverture du livre Le ver qui prenait l'escargot comme taxi : et autres histoires naturelles

Auteur : Jean Deutsch

Date de saisie : 04/10/2007

Genre : Sciences et Technologies

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Science ouverte

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-02-087534-9

GENCOD : 9782020875349

Sorti le : 04/10/2007

Alain Schmidt - 13/12/07


  • Les présentations des éditeurs : 13/12/2007

Une histoire du ver qui prenait l'escargot comme taxi, celle des mouches qui naissent de la rosée, celle de l'anémone de mer qui a perdu un siphon, celle de la fausse licorne et du vrai-faux boeuf, celle de la pie-grièche et du lézard à cornes, et d'autres encore...
- autant de récits surprenants qui illustrent de remarquables avancées nouvelles dans notre compréhension du vivant. C'est que la théorie de l'évolution a récemment connu une inflexion et un approfondissement notables en se rapprochant de la science du développement biologique. Ce courant, dit " évo-dévo ", permet d'admirer toute la subtilité de la vie. Dans la tradition de Buffon et de Gould, cette fresque de douze " histoires naturelles ", aussi passionnantes que pittoresques, illustre une véritable aventure de la pensée scientifique contemporaine.
Rares sont les domaines où l'intérêt et l'émerveillement se conjuguent aussi intensément.

Jean Deutsch est professeur émérite de l'université Pierre-et-Marie-Curie (Paris VI), où il a enseigné la génétique et la zoologie.


  • Les courts extraits de livres : 01/02/2008

Histoire du ver qui prenait l'escargot comme taxi ou : Comment être différent
Prologue. Le nématode Caenorhabditis elegans, un animal domestique

Le ver dont je vais vous parler ici vit dans la terre, mais ce n'est pas un ver de terre. Ce dernier, le lombric de nos campagnes et de nos jardins, est une annélide, c'est-à-dire un ver annelé. C'est Lamarck qui le premier a séparé les annélides des autres vers (dans sa Philosophie zoologique, 1809). Chez le lombric, les anneaux, visibles de l'extérieur, sont le reflet de ce que les biologistes appellent la segmentation de l'anatomie interne. Le corps des annélides est constitué de parties répétées, les segments, comme le sont nos côtes et nos vertèbres. Le ver de ce récit est un nématode (le terme nématode vient d'un mot grec qui veut dire «fil»). Les nématodes sont des animaux très différents des annélides ; en particulier ils ne sont pas segmentés. Les nématodes et les annélides sont deux des trente phylums (les grands groupes) d'animaux. Ces deux phylums sont situés sur deux branches très éloignées de l'arbre de l'évolution des animaux. Le vocabulaire et le sens commun, qui rapprochent les vers sur la base d'une forme vaguement semblable, peuvent être trompeurs.
Le nématode Caenorhabditis elegans est un animal domes­tique d'un genre particulier (figure 1.1). Il fait en effet partie de ces espèces peu nombreuses que l'homme a domestiquées pour l'usage en laboratoire. En quelque sorte, il a donné son corps à la science. C'est un tout petit animal, d'un millimètre de long, composé d'un millier de cellules seulement. Ces deux caractéristiques, la taille réduite et le faible nombre de cellules, ont été des éléments décisifs du choix des biologistes. Vers 1950, un biologiste et généticien français, Victor Nigon, avait commencé à l'étudier en détail. Il avait mis au point les méthodes de son élevage en laboratoire, décrit son cycle de vie et les premières étapes de son développement. Sydney Brenner en a fait son organisme modèle à partir des années 1960 à Cambridge (Grande-Bretagne). L'animal a rencontré un tel succès qu'il a obtenu le prix Nobel en 2002, remis à son père spirituel Sydney Brenner et à deux autres biologistes du ver, John Sulston et Robert Horvitz. En quelques années en effet, Caenorhabditis elegans (plus familièrement C. elegans) est devenu dans les laboratoires de biologie presque l'égal de la fameuse drosophile, la mouche des généticiens. Sulston a décrit intégralement le lignage cellulaire de ce ver, c'est-à-dire l'arbre généalogique de chacune des mille cellules de l'adulte au cours de toutes les divisions depuis la cellule originelle, l'oeuf. Horvitz a découvert et décrit en détail chez C. elegans l'apoptose, ou «mort cellulaire programmée». Pour construire un organisme, la prolifération cellulaire, même accompagnée de différenciation, ne suffit pas ; encore faut-il que certaines cellules meurent. Mais bien sûr, pas n'importe quelles cellules et pas à n'importe quel moment. L'apoptose est un processus finement contrôlé indispensable au développement de tout animal, et qui était resté insoupçonné avant les découvertes de Horvitz.
Bref, C. elegans, c'est quelqu'un ! Pour mieux le connaître encore, Marie-Anne Félix, biologiste à l'Institut Jacques-Monod à Paris, a pensé qu'il fallait quitter le laboratoire et aller chercher C. elegans dans la nature. Ce faisant, elle a repris pour le ver la même démarche que Theodosius Dobzhansky avait adoptée dans les années 1930 avec la drosophile. Pourquoi emprunter un tel chemin, à rebours de celui qui avait été et était toujours celui de la plupart des généticiens du ver ?

La curieuse sexualité de cet animal si élégant

L'une des propriétés de C. elegans, et l'une des raisons du choix de cette espèce comme modèle d'études génétiques, est une curieuse particularité de son cycle de vie. C. elegans se présente sous deux sexes différents, mais dans son cas, ce ne sont pas des mâles et des femelles, mais des mâles et des hermaphrodites. Les hermaphrodites possèdent à la fois des gonades mâles et des gonades femelles et sont capables d'autofécondation. C'est même le mode de reproduction le plus fréquent en laboratoire. Les hermaphrodites sont de loin beaucoup plus nombreux que les mâles : il ne naît en effet qu'un mâle pour mille hermaphrodites. Cependant les mâles ont un appareil copulatoire et peuvent féconder les hermaphrodites, qui se comportent alors comme des femelles.
Les généticiens tirent grandement profit de ce mode de reproduction. Contrairement à ce que l'on croit souvent, le jeu préféré des généticiens n'est pas de déchiffrer la totalité de la séquence des bases présentes dans l'ADN d'une espèce. Depuis les débuts de la génétique, bien avant qu'on ait une idée du rôle que peut jouer la molécule d'ADN dans l'hérédité, le grand jeu des généticiens, c'est de sélectionner des mutants et de les croiser entre eux.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia