Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Rêve d'amour

Couverture du livre Rêve d'amour

Auteur : Laurence Tardieu

Date de saisie : 03/01/2008

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Stock, Paris, France

Collection : Bleue

Prix : 15.50 €

ISBN : 978-2-234-06045-6

GENCOD : 9782234060456

Sorti le : 03/01/2008

De la difficulté de ne pas l'avoir vraiment connue cette mère qui vous obsède, de la difficulté d'avoir vécu avec un père qui se tait, et de se retrouver à trente ans sans identité, perdue...
Petit bijou de la pensée qui se perd, recherche tendre mais vitale d'images qui ont manquées, tout cela avec délicatesse, voilà le livre de Laurence Tardieu : "Rêve d'amour"
Un petit pain au chocolat, avec les amandes en plus.


A la mort de son père, une jeune femme veut comprendre son histoire, et surtout l'histoire d'une mère qu'elle n'a jamais connue.
"Je m'appelle Alice Grangé. J'ai trente ans. Je cherche ma mère". C'est cette quête qu'Alice nous raconte dans une ville qui sent bon Patrick Modiano.


Une jeune femme de 30 ans cherche à retrouver le souvenir de sa mère décédée peu après avoir quitté son foyer pour une histoire d'amour en grande dimension. Il ne lui reste d'elle qu'un souvenir flou, estompé par les secrets et les silences du père, qui n'a voulu que soigner l'absence sans crever l'abcès.
Un souvenir en forme de question sans réponse, qui asphyxie l'héroïne.
Qui était cette mère ? Qui aimait-elle ? Quel amour lui portait-elle ?
C'est finalement parce qu'elle est orpheline, qu'Alice va chercher à rencontrer l'Amant.
Il lui transmettra son héritage, intact : deux tableaux peints par sa mère et la confiance heureuse en l'amour.


Laurence Tardieu 19/06/2008


  • Les présentations des éditeurs : 18/12/2007

«Nous sommes le 21 juillet 2006. Il est vingt heures. Je m'appelle Alice Grange. J'ai trente ans. Gérard Oury est mort hier. Tout cela est certain. Vérifiable. Le réel. Je marche vers un homme que je ne connais pas. Ça encore, le réel. Cet homme a aimé ma mère. Ma mère a aimé cet homme. Je n'en suis déjà plus sûre. Cet homme va me parler de ma mère. Je ne sais pas. Je vais retrouver quelque chose de ma mère. Je ne sais pas.
Les choses les plus importantes sont-elles celles que l'on sait, ou celles que l'on cherche ?
Je m'appelle Alice Grange. J'ai trente ans. Je cherche ma mère.»

Laurence Tardieu est née en 1972 à Marseille. Elle est l'auteur de Comme un père (Arléa, 2002), Le Jugement de Léa (Arléa, 2004, prix du roman des libraires Leclerc) et Puisque rien ne dure (Stock, 2006, prix Alain-Fournier).



  • La revue de presse Dominique Quinio - La Croix du 23 janvier 2008

Alice Grangé n'est que vide, que manque, un tourbillon d'incertitudes et d'interrogations qui occupent tout l'espace intérieur de la jeune femme. «Je m'appelle Alice Grangé. J'ai trente ans. Je cherche ma mère.» Ainsi décline-t-elle son identité : un nom, un âge, une absence. La forme interrogative est omniprésente dans ce récit écrit à la première personne. Après avoir fait de la disparition d'un enfant la trame de précédents romans, Laurence Tardieu s'intéresse cette fois à l'absence des parents, réelle ou symbolique. Tout en retenue, le roman d'Alice est un hymne d'amour pour la disparue, mais aussi, en creux, pour ce père silencieux, apparemment si froid, à qui elle n'a pas su dire ce qu'il représentait pour elle. Y compris sur son lit de mort. «Je le regarde s'avancer, mon père, seul dans la neige, le dos légèrement voûté, le regard gris tourné vers le ciel, mon père, que j'aime», raconte Alice. Les larmes ne sont jamais loin, mais la tête se détourne pour que nul n'en soit témoin.


  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Monde du 11 janvier 2008

Variations sur l'amour filial, maternel ou conjugal à l'épreuve d'un drame, d'un deuil, d'une disparition... Depuis Comme un père (Arléa, 2002), son premier roman - qui peut se lire comme le miroir inversé de Rêve d'amour -, les livres de Laurence Tardieu s'éprouvent dans la douceur poignante d'une mélodie qui enveloppe autant qu'elle étreint. Portée par la grâce d'une écriture épurée et juste, la romancière a su parer cette mélodie d'une lumière nouvelle, plus vive et plus intense. Comme celle, blanche et presque aveuglante, qui semble entourer Alice, la narratrice de son nouveau et très beau récit (dont le titre est emprunté au Nocturne no 3 de Liszt). Un Rêve d'amour dans lequel la romancière s'interroge avec acuité sur l'amour, l'absence, la mémoire, l'identité, mais aussi l'écriture.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 3 janvier 2008

À travers des questions concernant une mère disparue, Laurence Tardieu, l'auteur de «Puisque rien ne dure» publie un roman fort sur les dégâts du silence et la quête de soi. Il y a beaucoup de points d'interrogation dans le récit de Laurence Tardieu. Et, pourtant, avec des questions de nombreuses questions laissées sans réponse, la jeune femme réussit à bâtir un roman puissant, par la seule force de son style.


  • Les courts extraits de livres : 18/12/2007

Dites-moi comment elle était. Dites-moi la couleur de ses yeux lorsqu'elle vous regardait, lorsque vous la regardiez, lorsque vous la désiriez. Dites-moi la façon qu'elle avait de s'abandonner, de vous dire oui, de vous dire au revoir. Arrivait-elle en avance à vos rendez-vous ? En retard ? Que disait-elle alors ? Etait-elle douce ? Comment s'habillait-elle ? Etait-elle sensuelle ? Heureuse ? Fragile ? Comment avez-vous compris qu'elle vous aimait ? Quel a été l'instant précis où vous l'avez su ? Quels ont été vos premiers mots d'amour ? De quoi parliez-vous ? D'elle ? De vous ? De moi ? De la vie que vous rêviez d'avoir ensemble ? Comment était son corps ? Émouvant ? Généreux ? Faisiez-vous souvent l'amour ? Sa peau était-elle douce ? Comment était sa voix ? Son amour pour vous la rendait-il joyeuse ou triste ? Quelles étaient ses caresses ? Où aimiez-vous aller ensemble ? Marchiez-vous dans Paris ? La preniez-vous dans vos bras ? Comment vous embrassait-elle ? Vous écrivait-elle des lettres ? Vous parlait-elle de mon père ? A-t-elle peint pour vous ? Qu'avez-vous conservé d'elle ? Quels étaient ses mots d'amour ? Avez-vous souffert ensemble ? Avez-vous connu la joie ?
Est-ce que je lui ressemble ?

Je ne peux pas dormir. Je ne peux pas dormir, je pense à elle, je pense à lui, mon corps entier est habité par eux, par le rêve que j'ai d'eux, leurs deux corps ensemble, leur rire et leur insouciance, c'est quelque chose qui m'emporte et qui m'étreint, une douleur et un plaisir, ils sont là et ils ne sont pas là, et tant d'absence me dévore, cet homme et ma mère, cet homme que je peux rencontrer si je le veux, il suffit de presque rien, ouvrir un annuaire, chercher l'adresse, m'y rendre, sonner, attendre que l'homme m'ouvre, et ma mère que j'ai perdue avant de l'avoir assez étreinte, mais étreint-on jamais assez une mère, si elle n'était pas morte peu après que se serait-il passé, que seraient-ils devenus, que serais-je devenue, que serait devenu mon père, on ne sait rien de la vérité d'un amour. Oui, je ferme les yeux et c'est un couple qui danse, le couple fantôme d'une femme et d'un homme, je les regarde tournoyer et je reste immobile, ils sont beaux, ils sont heureux, ils dansent très lentement, je crois que ma mère rit, je n'ose pas m'approcher, je n'ose pas leur demander de me regarder, de ne pas m'oublier, de m'inviter à leur danse, j'imagine leurs coeurs emplis d'amour, leur bonheur, comment pourraient-ils penser aux autres, à moi, ils s'aiment, voilà tout, ils s'aiment et le reste n'a aucune importance, le reste n'existe plus, je les regarde s'aimer, je pense qu'ils ont une chance rare, je pense que ma mère a eu raison, je pleure en silence, je suis triste et heureuse, je me demande ce que je suis, moi, à pleurer sur des fantômes, où est ma vie, où passe ma vie, trente ans déjà, trente ans à courir après des fantômes, trente ans à chercher celle dont je ne me remets pas de la disparition, trente ans à ne pas trouver les mots devant celui qui est resté. Il faudra bien, un jour, que je commence quelque chose, que je cesse de me laisser traverser par des absences, que je vive ma vie, comme me le répète Hannah, mais commencer quoi, vivre quoi ? Je ne sais plus où sont mes désirs, mes désirs sont assiégés par mes absences, j'aimerais, moi aussi, avoir le coeur brûlé d'amour, j'aimerais m'abandonner, j'aimerais me perdre.
Je regarde ma montre : il est cinq heures et demie du matin. Je n'ai pas dormi. Par la fenêtre entrouverte, je vois le jour se lever. Pourquoi parle-t-on de «nuit blanche» ? Ma nuit n'a pas été blanche, elle a été pleine d'images et de couleurs, d'ombres et de lumières. J'aurais aimé, pourtant, qu'il y ait des blancs, des silences, des vides, afin que je puisse m'échapper, fuir dans le sommeil, mais cela n'a pas été possible, on ne choisit pas toujours les issues qui mènent au vide, ma nuit n'avait pas d'issue, ma nuit était peuplée, ma nuit était un éblouissement.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia