Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Etaix dessine Tati

Couverture du livre Etaix dessine Tati

Auteur : Francis Ramirez | Christian Rolot

Date de saisie : 05/12/2007

Genre : Arts

Editeur : ACR, Courbevoie, France

Prix : 75.00 €

ISBN : 978-2-86770-187-0

GENCOD : 9782867701870

Sorti le : 05/12/2007

Christian Rolot - 17/01/2008


  • Les présentations des éditeurs : 27/12/2007

De 1954 à 1956, Jacques Tati prépare Mon oncle. Pour son troisième long métrage, il réunit autour de lui quelques fidèles des Vacances de Monsieur Hulot ou de Jour de fête. Entre aussi dans l'équipe un inconnu de vingt-sept ans, Pierre Étaix. Sous la houlette de Tati, il cherche tout le jour, ainsi qu'une bonne partie de la nuit, comme ceux dont le travail est la raison d'espérer, des idées comiques. Il est, en fait, ce que la grande tradition du burlesque américain appelait un gagman, c'est-à-dire un prospecteur de gags. Situation de rêve pour un jeune homme qui allait consacrer sa vie à l'art comique. Or Étaix, s'il sait écrire, n'est pas un homme d'écriture. Il est, en revanche, un dessinateur exceptionnellement doué. Un gag n'est pas une histoire drôle. Raconté, expliqué, il n'est le plus souvent que le dérisoire mécanisme d'une scène sans vie. Mais dessiné, mais construit en trois croquis, il prend des couleurs, il s'anime. Mieux ; il peut faire rire. Jour après jour, pendant toute la préparation et le tournage de Mon oncle, Pierre Étaix fera ainsi pour Jacques Tati des milliers de dessins, arrachant de ses calepins des silhouettes drolatiques, des projets de décors, des épures de gags, des mises au point de personnages. Du beau dessin élaboré au croqueton, percutant, ces feuilles de route d'un grand film n'ont pas été perdues. Par miracle, Pierre Étaix les a préservées de la destruction, témoignage de la belle aventure d'un film saisi au plus près de sa source.
C'est cet arrière-monde du film que le livre présente. Mais il voudrait le faire sans que des idées basses en polluent le projet. Les dessins sont d'Étaix, le film est de Tati, Comment dire ces choses simples et complexes à la fois ? Nous l'avons tenté à travers ce titre sobre : Étaix dessine Tati.
Étaix et Tati, Tati et Étaix, il fallait bien qu'un jour les noms des deux cinéastes qui perpétuèrent en France la plus haute tradition comique fussent réunis dans un même livre. Avec ce bouquet de dessins et de croquis, avec cette belle moisson de gags en herbe ce sera chose faite.


  • Les courts extraits de livres : 27/12/2007

Extrait de l'avant-propos :

Dans Ceux de chez nous, Sacha Guitry rêvait d'un cinéma qui nous ferait entrer dans la fabrique des oeuvres. Il s'imaginait filmer Molière écrivant puis répétant Le Misanthrope, et se voyait cueillir, tout frais sorti du sourire de sa bouche ironique, le mot d'esprit que Voltaire eût consenti pour lui. Et c'est grâce à ce désir naïf que nous avons aujourd'hui, filmées par Guitry lui-même, quelques images lumineuses de Renoir, de Monet ou encore de Rodin, becquetant ses marbres à petits coups de burin, la barbe pleine d'éclats, solitaire et royal dans l'hôtel de Biron. Collectionneur avisé, c'est-à-dire foncièrement déraisonnable dans sa quête sans fin de témoignages, de débris, de documents, de fragments descendant des grands hommes, Sacha Guitry possédait aussi un trésor de manuscrits prestigieux : Jules Renard, Flaubert, Musset, Anatole France, et Molière et Voltaire et tant d'autres étaient reçus dans ses vitrines et lui montraient comment, à travers ratures, biffures et repentirs, ils étaient parvenus au mot juste et à l'idée exacte. Cet éclairage des oeuvres par-dessous s'appelle la critique génétique. Il procède d'une idée simple comme la curiosité : on arrache la plante et l'on regarde ses racines.

Assez tardivement, puisqu'il est un art jeune, le cinéma a découvert à son tour les plaisirs de la critique génétique. Depuis déjà deux siècles la littérature se régalait des corbeilles d'écrivains et broutait, avec délices, la moindre feuille de brouillon retrouvée. La peinture, en haussant l'esquisse au rang de l'oeuvre, avait fait mieux encore : le croquis préparatoire, l'ébauche pleine de feu, le trait frémissant où balbutie la promesse d'un style sont depuis longtemps des valeurs sûres. Une simple signature, un texte autographe, une dédicace, un bout de nappe griffonné pendant l'ennui d'une conversation professionnelle ont leur cote. À la criée des réputations, ils trouveront toujours un amateur. Picasso le savait bien, qui, après chaque journée de tournage avec Clouzot, ramassait soigneusement le moindre bout de papier marqué par lui. C'était en 1955 aux studios de La Victorine, à Nice, où le cinéaste, avec son gros bon sens, essayait de percer le mystère du grand peintre.
Or, en ce temps-là, les films abandonnaient encore leurs restes sans que personne ou presque ne s'en souciât. Les bacs à chutes, dont le fumier de pellicule bouclée constituerait aujourd'hui un trésor, allaient à la voirie dès le film achevé. Quel collectionneur ne rêverait à présent de posséder ces rognures d'or à tout jamais perdues : un bout de plan coupé, quelques photogrammes émondés d'une grande oeuvre ? Échappaient parfois à ce destin de fosse commune les scenarii, les notes d'intention, les découpages techniques et, à cause de leur cousinage avec les arts graphiques, les dessins qui préparaient les images.

En fait, les gens de cinéma restaient, dans leur majorité, des hommes préhistoriques : groupés dans la caverne autour du feu, ils mangeaient la viande et jetaient les os par-dessus leur épaule. Bien peu se doutaient qu'un jour le cercle de leurs reliefs serait le plus fidèle témoin de leur vie...
De 1954 à 1956, Jacques Tati prépare Mon oncle. Pour son troisième long métrage, il réunit autour de lui quelques fidèles des Vacances de Monsieur Hulot ou de Jour de fête : Henri Marquet, Jacques Lagrange, Suzanne Baron, Jacques Cottin, Fred Orain... Entre aussi dans l'équipe un inconnu de vingt-sept ans, Pierre Etaix. Au générique du film, Etaix est mentionné, en compagnie de Marquet, comme assistant-réalisateur. C'était en vérité peu dire, car si les génériques avaient quelque souci d'exactitude, c'est à la rubrique Collaboration artistique qu'avec Jacques Lagrange et Jean Lhote Pierre Etaix eût dû figurer. Sous la houlette de Tati, il cherche en effet tout le jour, ainsi qu'une bonne partie de la nuit, comme ceux dont le travail est la raison d'espérer, des idées comiques. Il est, en fait, ce que la grande tradition du burlesque américain appelait un gagman, c'est-à-dire un prospecteur de gags. Situation de rêve pour un jeune homme qui allait consacrer sa vie à l'art comique.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia