Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Et mon coeur transparent

Couverture du livre Et mon coeur transparent

Auteur : Véronique Ovaldé

Date de saisie : 03/01/2008

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-87929-599-2

GENCOD : 9782879295992

Sorti le : 03/01/2008

Le Lancelot de Véronique Ovaldé n'a rien de son preux chevalier homonyme. C'est un homme plutôt passif, peu intrusif, enclos dans son travail et sa belle amoureuse. Irina, rencontre de hasard qui va l'envoûter sur-le-champ et qui le rebaptisera Paul (pour Verlaine ?), parce que c'est plus facile à crier dans la rue. A l'instant où Irina meurt de façon mystérieuse, dans une voiture qui n'est pas la sienne, à un moment et un endroit où elle ne devrait pas être, l'univers de Lancelot-Paul bascule et se vrille. Le doute s'en mêle et commence alors une longue descente aux enfers peuplée de pilules bleues. Le roman se tisse autour de cette énigme : qui était vraiment Irina, des pourquoi, des comment ? On peut se perdre parfois dans l'univers fantasque de l'auteure ou même, ne pas toujours la suivre, mais la question, troublante, demeure : «sait-on jamais avec qui l'on vit ?»


  • Le courrier des auteurs : 01/07/2009

Il y avait une toute petite librairie place de Camerone quand j'étais gamine. C'était une librairie-stylo quatre couleurs-images panini. J'y passais en rentrant du marché avec ma mère. J'avais le droit, une fois par mois, de choisir un livre de poche sur le tourniquet (un vrai tourniquet d'enfance, qui couine, qui chavire, qui coince). C'était un samedi matin quand il s'est passé ce truc bizarre. Ma mère m'avait laissée sur place (je mettais toujours un temps insensé à me décider) et je lisais tous les titres sur les dos des livres, le visage penché, les deux yeux alignés verticalement. J'ai entendu un téléphone sonner. Je n'y ai pas prêté attention. Mais le petit son aigre s'est fait si insistant que j'ai fini par lever la tête. Personne. Le libraire avait disparu. Et il n'y avait, comme n'importe quel samedi matin, aucun client. Je me suis dirigée vers la porte derrière laquelle sonnait ce téléphone. Je l'ai poussée. Normalement il aurait dû y avoir une réserve, une cuisinette en désordre, un libraire en train de boire un café instantané. Mais derrière la porte il y avait juste un téléphone (bakélite, gris, à lui tout seul il ressemble à mon enfance) qui sonnait, posé sur un guéridon (moche, rustique, soldes dans zone commerciale) et tout autour il n'y avait rien. Rien du tout. C'était comme si j'avais atterri sur la planète Mars. Un grand ciel orange avec deux soleils pâles et un horizon infini et sablonneux et rouge. Et au milieu, ce téléphone qui ne cessait de sonner. Je suis restée interdite, j'ai entendu le vent de Mars qui soufflait et soulevait de petites volutes de sable. J'ai refermé doucement la porte qui séparait la librairie de la planète Mars. Je suis revenue à mon tourniquet. Je ne me suis pas inquiétée. J'ai continué de chercher avec une application butée mon livre de poche mensuel. J'imagine que j'avais toujours su que mon libraire était un Martien.

Véronique Ovaldé


Véronique Ovaldé - 22/05/2008


  • Les présentations des éditeurs : 31/01/2008

Sait-on jamais avec qui l'on vit ? Lancelot ne cesse de se heurter à cette question depuis que sa femme, Irina, a été victime d'un accident qui l'a précipitée au fond de la rivière Omoko.
Déjà ébranlé par sa mort, il va vivre un "Très Grand Choc Supplémentaire" en découvrant que des mystères entourent cette disparition. Un à un se dévoilent les secrets que sa femme avait pris soin de lui cacher. Dès lors, il ne lui reste qu'à mener l'enquête et élucider cette énigme : que faisait Irina, ce jour-là, à Catano, au volant d'une voiture qui ne leur appartenait pas et dont le coffre contenait des objets pour le moins suspects...
Véronique Ovaldé nous entraîne dans le tourbillon de son imagination et nous offre un roman noir en trompe-l'oeil. De livre en livre, elle bâtit son univers, qu'elle habite par sa fantaisie et son goût pour le merveilleux. Les histoires qu'elle raconte sont de celles que l'on ne trouve que dans les livres.

Née en 1972, Véronique Ovaldé est l'une des voix les plus originales de la littérature contemporaine. Elle est l'auteur de quatre romans, traduits en plusieurs langues : Le Sommeil des poissons (Le Seuil, 2000), Toutes choses scintillant (Éditions de l'Ampoule, 2002), Les hommes en général me plaisent beaucoup et Déloger l'animal (Actes Sud, 2003, 2005).



  • La revue de presse Françoise Dargent - Le Figaro du 21 février 2008

Véronique Ovaldé excelle en truffant l'intrigue de dialogues parfaitement décalés. Elle y mêle à loisir des commentaires qui s'ajoutent aux pensées d'un Lancelot dédoublé (celui qui parle et celui qui pense, les deux n'étant pas toujours très synchronisés). Le lecteur happé par l'histoire se sent proche du héros, sonné comme lui. Le visage d'une Irina inconnue s'esquisse peu à peu devant les yeux d'un Lancelot totalement désarmé. Car lui persiste toujours à la voir avec des yeux énamourés. C'est bien ce qui bouleverse dans ce thriller singulier qui aborde avec brio la détresse d'un homme amoureux.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 20 février 2008

Et mon coeur transparent est un roman enchanteur placé sous le double signe de Verlaine et de Boris Vian. Un pied dans la réalité, l'autre dans la fantaisie. Ovaldé parle de chagrin et de deuil en chantonnant, choisit ses mots et ses phrases en éliminant le superflu, développe une histoire mélancolique où le héros étouffe de solitude. Puis elle s'en va tourbillonner ailleurs, l'oeil malicieux...


  • La revue de presseFrançois Busnel - L'Express du 14 février 2008

Une force poétique submerge l'écriture d'Ovaldé et rend passionnantes ses divagations romanesques. Ainsi ce livre, toujours à la lisière du faux pas, est-il construit de main de maître. C'est l'histoire d'un homme noyé sous l'opacité du monde. Lancelot, notre héros, n'a rien du chevalier de la légende. Ou alors, c'est un chevalier sans armure. Bref, ce garçon a bien du mal à porter son nom. Dès la première phrase du roman, on sait que l'on sera happé jusqu'au bout...
Dans ce livre explosif qui évoque l'univers onirique de Lewis Carroll, Véronique Ovaldé explore à merveille le désarroi d'un homme amoureux. Superbe, tout simplement superbe.


  • La revue de presse Philippe Lançon - Libération du 31 janvier 2008

Faire de chagrin légèreté, c'est une raison d'écrire. La violence frappe, l'imagination ouvre, la délicatesse emporte : on peut enfin se sentir comme Lancelot «démuni et comblé». Pour la première fois dans un roman de Véronique Ovaldé, le cinquième, c'est le coeur d'un homme qui fuit. Il s'appelle Lancelot Rubinstein et ignore «comment ne pas finir par se sentir offensé par un monde (ou des sens) aussi inconstant(s)». Les personnages d'Ovaldé vivent avec cette offense. Ils rêvent dedans. Leur chagrin est une féerie.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia