Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Cours, ma jolie

Couverture du livre Cours, ma jolie

Auteur : Lisa Unger

Traducteur : Isabelle Maillet

Date de saisie : 14/02/2008

Genre : Policiers

Editeur : Pocket, Paris, France

Collection : Pocket. Thriller

Prix : 7.10 €

ISBN : 978-2-266-17485-5

GENCOD : 9782266174855

Sorti le : 14/02/2008

  • Les présentations des éditeurs : 25/02/2008

Une lettre anonyme. La photo d'une fillette de deux ans. Un petit mot : «Es-tu ma fille ?» L'existence de Ridley Jones, journaliste new-yorkaise, vient de basculer... Et si vous découvriez que votre vie entière n'est que tromperie et illusion ?

«(...) il est indéniable que Lisa Unger possède déjà le savoir-faire des vieux routiers du thriller, une maîtrise de l'écriture et du suspense.»
Marie-France Rémond - Le Nouvel Observateur

«L'histoire est d'une redoutable efficacité, elle vous prend d'ailleurs à la gorge d'entrée de jeu.»
Encre Noire


  • Les courts extraits de livres : 25/02/2008

L'obscurité est redoutable car elle permet de distin­guer les objets mais pas ce qui est dissimulé dans l'ombre derrière eux. La peur et l'épuisement rendent mon souffle saccadé. Mon compagnon, la seule personne au monde en qui j'ai confiance, est étendu par terre près de moi. Je me penche vers lui. Sa respiration est faible, laborieuse. Il a été touché, je le sais, mais je n'ai aucun moyen d'évaluer la gravité de la blessure. Il ne réagit pas lorsque je murmure son nom. Je palpe son corps ; pour autant que je puisse en juger, il ne perd pas de sang. Le bruit terrible de sa chute quelques minutes plus tôt résonne encore dans ma tête.
Je tâtonne autour de lui à la recherche de son arme. Au bout de quelques secondes, je sens sous mes doigts le métal froid et c'est tout juste si, de soulagement, je n'éclate pas en sanglots. Mais ce n'est pas le moment.
J'entends toujours la pluie tomber à l'extérieur du bâtiment en ruine. Elle tombe aussi à l'intérieur, péné­trant par les trous béants dans le toit, mouillant les plan­chers pourris et l'escalier délabré. Mon compagnon remue en poussant un léger gémissement. Quand il prononce mon nom, je me penche de nouveau vers lui.
«Ça va aller, ne t'inquiète pas», lui dis-je - un pieux mensonge. Quelque part au-dessus de nous, un homme que j'ai cru aimer, assisté par des acolytes dont j'ignore l'identité, est bien décidé à nous supprimer pour protéger le terrible secret que j'ai découvert. Je suis moi-même blessée, et j'ai tellement mal que seule la pensée de finir ici, dans cet entrepôt désaffecté de Lower East Side à Manhattan, m'empêche de m'évanouir. Un projectile s'est logé dans ma cuisse droite - une balle, peut-être, ou un éclat de bois, ou encore un clou. Il fait si noir que je distingue à peine la déchirure dans mon jean, dont le tissu est assombri par mon sang. La tête me tourne, j'ai l'impression que tout tangue autour de moi ; pourtant je m'accroche.
Je les entends progresser à l'étage et, par les ouver­tures dans le plafond, je vois se croiser les faisceaux lumineux de leurs torches électriques. Je fais mon possible pour retenir mon souffle, dont l'écho résonne comme le tonnerre à mes oreilles. L'un des hommes lance soudain : «Ils ont dû passer à travers le plancher. Ils sont sûrement en bas.» Personne ne lui répond, mais je perçois des grincements dans l'escalier.
Mon compagnon remue faiblement. «Ils arrivent, chuchote-t-il d'une voix éraillée, à peine audible. Barre-toi, Ridley.»
Je ne réponds même pas. Nous savons tous les deux que je ne l'abandonnerai pas. J'essaie de le soulever et il tente de se redresser ; un rictus de souffrance altère ses traits tandis qu'il réprime un cri pour ne pas alerter nos poursuivants. Nous sortirons d'ici ensemble ou pas du tout. Dans l'état où il est, je ne devrais pas le bouger, mais je le traîne comme je peux jusqu'au vieux canapé moisi renversé près du mur. Je le vois grimacer et serrer les dents. Il perd connaissance encore une fois, et brusquement j'ai l'impression qu'il pèse vingt kilos de plus. En attendant, il a remué les quatre membres, c'est déjà quelque chose. Consciente de la brûlure dans ma jambe, de mes forces qui déclinent inexorablement, je me mets à prier. Je répète inlassablement, tel un mantra : Mon Dieu, je vous en prie, je vous en prie, je vous en prie...
Entre le mur et le dossier du canapé se trouve un espace suffisant pour nous deux. J'y pousse mon compagnon et m'allonge à plat ventre près de lui. Puis j'attrape un cageot abîmé que je place devant nous et j'observe la pièce à travers les lattes. Ils se rapprochent toujours, et je suis sûre qu'ils nous ont repérés car ils ont éteint leurs torches et ne se parlent plus. Agrippant mon arme à deux mains, je guette leur arrivée. Je n'ai jamais tiré de ma vie et je ne sais même pas s'il y a encore des balles dans le chargeur. Je commence à penser que nous allons mourir ici.
«Ridley ? S'il te plaît, ne fais pas ça.» La voix, venue d'en haut, résonne dans le noir. «On va trouver un arrangement.»
Je garde le silence. C'est une ruse, je n'en doute pas. Il n'y a plus d'arrangement possible ; les choses sont allées beaucoup trop loin. J'ai eu plusieurs fois l'occasion de fermer les yeux et de retourner à une bienheureuse ignorance, mais je ne l'ai pas fait. Est-ce que je le regrette ? Difficile à dire. Il est trop tard, de toute façon.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia