Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Daniel

Couverture du livre Daniel

Auteur : François Jonquet

Date de saisie : 03/04/2008

Genre : Spectacles

Editeur : Sabine Wespieser éditeur, Paris, France

Prix : 16.00 €

ISBN : 978-2-84805-062-1

GENCOD : 9782848050621

Sorti le : 03/04/2008

Daniel Emilfork possède la grandeur des démunis. C'est un "personnage" à la vie comme à la scène. Si son existence matérielle est précaire, dénuée de confort et de bien-être, c'est qu'il lui oppose l'infini richesse des nourritures immatérielles de l'esprit, celles de Shakespeare, par exemple, dont il rêve, dans un ultime sursaut de vie, d'adapter les sonnets au théâtre.
Emilfork est une figure de la scène et de l'écran, mieux : une gueule, dont il voudrait être fier, mais que la vie lui a donnée comme un fardeau. Emilfork c'est aussi une voix, un accent, ceux d'un exilé chilien. Chilien, oui, mais pas tout à fait. Ni blanc ni noir, peut-être gris. Ce fils de militants marxistes, originaires de Russie, apprend tardivement qu'il est juif, puis homosexuel. Le théâtre ou la vie, Non. Le théâtre ET la vie pour survivre à l'innommable destin de l'étranger.
Emilfork en vieillard, c'est un homme seul et qui souffre de n'être plus face à son public. Qui, désormais, lui donnera l'amour ? Le récit de François Jonquet raconte avec sobriété la grande dignité de celui qui s'achemine vers une fin qu'il s'était rêvée autre.


  • Les présentations des éditeurs : 26/02/2008

Daniel Emilfork, acteur incomparable au visage reconnaissable entre tous, jouissait d'une mystérieuse aura. Au cinéma dans Casanova ou La Cité des enfants perdus, à la télévision dans Chéri Bibi, au théâtre dans Dommage qu'elle soit une putain monté par Visconti ou dans Richard II de Chéreau, ou encore au détour de l'un de ses innombrables seconds rôles, il savait rendre inoubliables ses apparitions.
Lors de la dernière année de sa vie, cet homme solitaire, qui vivait reclus dans son appartement du haut de la butte Montmartre, s'est lié d'amitié avec François Jonquet. Au cours de visites et de conversations téléphoniques, il lui a ouvert son coeur, raconté sa vie, romanesque, débordante, rythmée de grandes scènes et de portes claquées, de rencontres artistiques fabuleuses et de sanglantes ruptures. Pauvre mais fastueux, orgueilleux et frondeur, dragueur toujours vert, ce dandy amoureux de l'excès s'accommodait mal d'une existence qui s'amenuisait lentement. Mais il savait faire basculer la vie dans le cocasse et l'absurde. Il avait le pouvoir fabuleux de soudain l'enchanter.
Dans ce livre bref et dense, écrit d'une traite tout de suite après la mort du comédien, en octobre 2006, François Jonquet a restitué le personnage au plus près de sa vérité. Il a donné à entendre sa voix. Entre ces deux êtres que tout séparait, l'âge, le parcours, les origines, s'est nouée une relation tendre et profonde, que la fuite du temps accélérait. Le fragile vieil homme donnait à son cadet, qui à cette époque traversait un moment de faiblesse, de sa force et de sa bravoure. Daniel est un hommage tragique et drôle à un homme qui aura théâtralisé toute sa vie.

FRANÇOIS JONQUET vit à Paris. Avant Daniel, il a publié deux livres portraits : une biographie, Jenny Bel'Air, une créature (Pauvert, 2001), et un livre d'entretiens, Gilbert & George, intime conversation (Denoël, 2004). Son premier roman, Et me voici vivant, est paru en 2006 chez Sabine Wespieser éditeur.


  • Les courts extraits de livres : 26/02/2008

«Bonjour Daniel, c'est François. Je peux passer vous voir demain en fin d'après-midi ?
- Avec grand plaisir, François, à quelle heure voulez-vous ?
- 18 heures ?
- 18 heures, parfait, François...
- Je vous apporte des fromages ?
- Ça me ferait très plaisir, François, j'ai tout mangé. Je vous embrasse très fort. À demain, François.»
La voix allègre, heureux de cette perspective qui va combler les heures, il raccroche.
Grimper en fin d'après-midi dans le minibus de Montmartre à l'angle du boulevard et de la rue des Martyrs, c'est déjà quitter Paris. Dans une atmosphère embrumée, les vieux de la Butte remontent chez eux, graves et pensifs, leurs paniers pleins de provisions. Spécialiste des démarrages en côte, le minibus crapahute à pic, slalome et se contorsionne dans le dédale des petites rues. Arrêt au Bateau-Lavoir. Daniel y avait vécu dans l'atelier de Max Jacob, si légitime dans la lignée de princes de ce palais de la Bohème. Mais l'atelier avait pris feu et on avait relogé Daniel à l'ombre du Sacré-Coeur.
Je déploie les oeillères pour tracer dans les ruelles à poulbots, touristes, et oublier les croûtes de la place du Tertre. Et c'est à chaque fois une délivrance de déboucher sur la vaste ouverture de la rue Saint-Éleuthère, la vue sur Paris minuscule, et partout le ciel. Revigorant comme un coup de brise marine. Daniel habite là, dans ce bout de chaussée qui dégringole dans le vide et le ciel. Depuis une semaine, depuis sa mort, la lumière orangée qui la nuit éclaire le plus haut clocheton du Sacré-Coeur est désormais, pour toujours, une veilleuse à son âme.

J'ai tout de suite retenu 1478, comme si son code était l'année d'une bataille ou d'un sacre, mémorisé depuis l'enfance. Je pénètre dans la fraîcheur de cet immeuble du vieux Montmartre. «Frapper fort» est écrit sur sa carte de visite punaisée sur la porte.
Je tape trois coups. Daniel apparaît, très droit mais un peu chancelant, le sourire littéralement jusqu'aux oreilles, le regard pétillant, si réjoui. Bref moment suspendu : alors que je suis encore dehors, il savoure ce premier instant de la visite, qui l'arrache au plus grand mal, la solitude. Moi, je suis sous le coup de sa présence. De l'ampoule qui pendouille du plafond, son visage fabuleux attrape toute la lumière. Apparition qui me renvoie à ma première vision de Daniel, station Lamarck-Caulaincourt. De dos, vêtu de noir, sa présence annulant toutes les autres, il s'engouffrait dans un couloir. Je n'avais vu Daniel qu'au cinéma, incarnant la lubricité pour Fellini, souvenir lointain, mais j'ai instantanément identifié sa silhouette. Il filait dans ce sous-sol comme dans les caves d'un château fort, archétype qui hante l'inconscient, spectre qui traverse le temps. Être qui serait aussi une idée.
Je ne sais pas vraiment où, à l'extrémité de mes joues, dans une zone entre mon visage et mon cou que je n'ai jamais le temps d'identifier, tant je suis saisi, déconcerté et un peu dégoûté, il applique deux baisers très humides. Intentionnellement très humides, il n'y a pas de doute. Pendant cette ultime année où j'ai connu Daniel, j'ai multiplié les stratagèmes pour les éviter, mais il l'a toujours emporté.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia