Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La maison de l'été

Couverture du livre La maison de l'été

Auteur : Patrick Cauvin

Date de saisie : 14/02/2008

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : NIL, Paris, France

Collection : Maisons

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-84111-378-1

GENCOD : 9782841113781

Sorti le : 14/02/2008

Patrick Cauvin - 31/05/2008


  • Les présentations des éditeurs : 29/02/2008

«Ce fut donc un coup de foudre. (...) ]e cédai aux intentions de Pierre-Basse, à la stupéfaction de mon agent immobilier qui assura que toute visite était inutile, que je voulais du petit (c'était immense), un jardin réduit (c'était plutôt un parc), pas de travaux (il y avait de quoi bricoler jusqu'à la fin des temps), et qu'il suffisait de me regarder pour comprendre que je ne saurais jamais quoi faire de la partie troglodytique du terrain ni des bâtiments annexes, ce en quoi d'ailleurs il ne se trompait pas.»

Comment un manoir du XVIIe siècle peut devenir une boîte à souvenirs pour un homme du XXIE siècle ? Depuis vingt-cinq ans, Patrick Cauvin passe tous ses étés dans une bâtisse de tuffeau et d'ardoise, entre Angers et Saumur. Un parc, des grottes, des fantômes : l'achat de l'immense maison fut d'abord un grand moment de panique. Puis, au fil des étés, le lieu a vécu, les amis s'y sont succédé, sont revenus. On y a beaucoup mangé, bu, écouté, chanté, discuté... Un récit pour transmettre la joie, les rires, l'amitié, les souvenirs de bonheur, imprégné de la fameuse douceur angevine. Le livre le plus intime d'une figure attachante du roman français.


  • Les courts extraits de livres : 29/02/2008

VINGT-CINQUIÈME ÉTÉ.
Un bail.
J'ouvre la grille et c'est la même impression : une retombée générale des tensions due à la fois au silence soudain, à l'odeur d'herbe qui monte et au soulagement imbécile de constater qu'elle est toujours là, au fond du parc, que rien n'a bougé, ni les ardoises, ni les échauguettes, ni les murs... Je dois avoir la crainte idiote du citadin impénitent redoutant les effondrements, comme s'il y avait dans cette maison une fragilité liée au grand âge, au choc de l'hiver qui pourtant fut doux, à mille dangers qui, toujours, la menacent et transforment Pierre-Basse en champ de ruines.
Manoir de porcelaine.
C'est vrai que le sous-sol n'est pas rassurant, que c'est un gruyère, que le village est une écumoire, à moitié troglodytique, et que des souterrains s'y entrecroisent autour d'elle... Mais bon, ce n'est pas encore pour cette fois... Je me sens assez fier d'elle, elle tient le coup, et sacrement bien, malgré les siècles.
J'ai raconté cette sensation à un copain qui m'a fait remarquer qu'étant donné l'épaisseur des murs, il y avait quand même peu de chances qu'elle s'émiettât. Je ne suis pas complètement persuadé... Pour me justifier, je me dis que c'est dû à l'attachement (on est toujours inquiet pour ce qu'on aime) et qu'un an s'est passé depuis notre dernier rendez-vous, et qu'il s'en passe en un an, surtout pour les propriétés en verre filé.
Au fond, je dois à cette maison de superbes trouilles. À se demander si les possesseurs de résidence secondaire ne sont pas des masochistes. Je me souviens de deux d'entre elles.
L'une a eu lieu à l'heure du premier petit déjeuner sur place. Je m'en rappellerai toujours. Je suis le premier levé et je m'installe au jardin, sous les arbres. Sur la vieille table de guingois, je dépose café, biscottes, tasses et tout ce qui va avec. Il y a du soleil, des oiseaux, le ciel est bleu, il fait frais, la vraie pub pour Ricoré. Je me pose, les orteils dans l'herbe, je m'apprête à savourer le grand coup d'autosatisfaction qu'est censé éprouver tout nouveau propriétaire. Et brus­quement, je ne sais si c'est le nouvel angle sous lequel je découvre cette foutue baraque, je la trouve écrasante, démesurée... Je voulais une maison de campagne, on m'a fourgué une forte­resse, je voulais une villa, j'ai une citadelle. Ajoutez à cela des arbres dans le parc, des arbres dont j'ignore le nom, une ribambelle, des murs pharaoniques, et tout cela me tombe dessus d'un coup, je gis, enseveli sous le poids des vieilles pierres, de ces branches, de ces troncs moussus. Une question me saute à la gorge et me plonge dans l'angoisse : mais comment suis-je arrivé à me fourrer dans ce pétrin ?... Qu'est-ce que je vais faire de cette monstrueuse demeure ?... Parce qu'il faut préciser que c'est ma première maison, mes premières herbes, mes premiers tilleuls, marronniers, noyers, cerisiers, et j'en oublie. Je n'ai jamais connu ça. Je n'ai vécu que dans des appartements, et pas des gigantesques... au deuxième étage porte droite dans la rue Saint-Pierre à Marseille, avec maman, papa et même dans soixante-dix mètres carrés. Et après, Sarcelles, et puis Bezons, ensuite pour changer un peu, et mon tempérament d'aventurier aidant, La Garenne-Bezons, Montmartre enfin et quelques autres lieux, mais toujours citadin.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia