Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. My blueberry nights

Couverture du livre My blueberry nights

Auteur : Kar-wai Wong

Date de saisie : 24/01/2008

Genre : Beaux Livres

Editeur : Ed. X. Barral, Paris, France

Prix : 49.90 €

ISBN : 978-2-915173-30-7

GENCOD : 9782915173307

Sorti le : 24/01/2008

Serge Toubiana - 19/03/2008


Serge Toubiana - 03/03/2008


  • Les présentations des éditeurs : 03/03/2008

«My Blueberry Nights» présente les photographies que Wong Kar Wai et Darius Khondji, son directeur de la photographie, ont prises au cours des repérages de son film éponyme.

«Il s'agit de détails, d'espaces ou lieux qui me font réagir. Je les considère parfois comme des personnages.»
...
«Il y a tant de choix possibles, chaque endroit représente un personnage. Ce sont eux qui me trouvaient, pas moi. À la fin de la journée, je devais faire des choix. Pourquoi choisir tel endroit plutôt qu'un autre ? Lequel provoque la plus forte réaction chez moi ?»
...
«Quand on fait un si long voyage, la plupart du temps, surtout lorsque nous traversions le Nevada, il arrive que l'on roule pendant huit heures sans que le paysage change. On perd alors le sens de l'espace. Heureusement, il existe des petits détails qui distinguent ces espaces, qui sont révélateurs d'une époque, comme ces panneaux, ces néons ou ces publicités.»
...
«Après avoir effectué ces trois voyages à travers les États-Unis, j'ai compris quels endroits étaient les plus intéressants pour faire ce film et raconter cette histoire. Je plaisante toujours avec Darius, car lorsque nous avons regardé ensemble ces photos, nous nous sommes dit : le film est terminé. Il était parfois difficile de recréer certains moments incroyables. Après avoir passé quatorze heures sur la route, on se retrouve dans un diner dans le Nevada. Un moment très étrange, comme si nous étions entrés dans la quatrième dimension. On prend des photos, mais on ne pourra jamais recréer ces émotions. Le spectateur ne comprendrait pas ces longues nuits. C'est inoubliable.»
...
Extraits de l'entretien réalisé par Serge Toubiana


  • Les courts extraits de livres : 05/03/2008

Quelle relation personnelle entreteniez-vous avec l'Amérique avant de réaliser My Blueberry Nights ?

Je voulais faire ce roadmovie parce que je comprends et connais les États-Unis à travers le cinéma. Grâce au cinéma. En fait, ce roadmovieévoque pour moi des films quej'ai vus par le passé. Quand je vais à New York, je reconnais des lieux où ont été tournés certains films; quand je vais à Memphis, je vois les films d'Elia Kazan et aussi le Mississippi. Quand on va au Nevada, au Nouveau-Mexique, on reconnaît ces paysages filmés par John Ford. C'est donc une expérience très intéressante. Je ne voyage pas en touriste, mais comme un cinéphile.

Étiez-vous fasciné par l'étendue des paysages américains, les routes, les déserts, les villes, vous qui venez de Hong Kong, une ville ou un pays où tout est concentré à la verticale ?

Nous avons commencé notre voyage par New York, qui est une ville très verticale également, un peu à la manière de Hong Kong. On peut voir dans le film un changement de format, le passage du vertical au cinémascope. On a finalement décidé de filmer en cinémascope.

Vous avez fait ces photos au cours de repérages avec votre directeur de la photographie, Darius Khondji. Est-ce que la photographie de repérage est une pratique courante chez vous ? En quoi sert-elle le film à venir ? Est-elle une nécessité en soi, disons indépendante du film à faire ?

Cela m'arrive de faire des photos de repérage. De manière aléatoire. Je prends toujours des photos, mais moins que pour ce film-là. Je n'ai pas besoin de le faire lorsque je travaille avec Chris Doyle, mon directeur de la photographie habituel. Car on se connaît bien et il sait ce que je veux faire, quels seront mes choix. En fait, ces photos en Amérique concernaient plutôt d'autres choses, des références, certains détails sur lesquels je voulais me concentrer, J'ai fait beaucoup de photographies pendant ce voyage américain, Comme c'était la première fois que je travaillais avec Darius, je voulais lui transmettre mon point de vue. Et je désirais aussi comprendre le sien. J'ai proposé à Darius de faire ce voyage ensemble, et de prendre des photos. Chacun de son côté, puis de partager nos impressions. Par moment, je pensais que ses photos étaient meilleures que les miennes, et parfois il regardait les miennes et me disait : «Je comprends ce que vous voulez». Cette collaboration était très intéressante. Quand on regarde les photos, on voit bien que Darius est davantage préoccupé par la lumière et la couleur. Les miennes concernent davantage l'espace. Je pense en termes de mise en scène : comment mettre en scène les personnages dans un espace. Dans mes films, je fais des choix. Je veux que l'on voie telle chose et pas telle autre. Que l'on se concentre sur telle chose. Parfois un lieu peut devenir le personnage principal, en dire beaucoup sur une histoire.

Ce qui émane de vos photographies au premier coup d'oeil, c'est le sens du cadre et le vide, l'absence...

Il s'agit de détails, d'espaces ou lieux qui me font réagir, Je les considère parfois comme des personnages. C'est essentiel pour moi. Avec Darius, nous avons fait trois voyages et passé beaucoup de temps ensemble dans la voiture. On roulait jusqu'à quatorze heures par jour, On regardait le paysage à travers la vitre, parfois on s'arrêtait pour déjeuner, c'était comme une image en mouvement, On a commencé par New York, puis de l'Est vers l'Ouest, en traversant de nombreuses villes comme Chicago, Détroit, Memphis. On voit que certaines de ces villes ont été prospères, mais que leurs industries sont en train de décliner. Certaines villes dépérissent et d'autres ne changent pas.

On a le sentiment que vous avez parcouru les paysages américains, non pour trouver quelque chose, mais pour vous perdre ?

Vous savez, Hong Kong est très petit : on peut aller partout en moins de deux heures. Ce voyage était très agréable, car on passe du temps avec ses collaborateurs, environ deux semaines, juste dans une voiture. Il y a tant de choix possibles, chaque endroit représente un personnage. Ce sont eux qui me trouvaient, pas moi. À la fin de la journée, je devais faire des choix. Pourquoi choisir tel endroit plutôt qu'un autre ? Lequel provoque la plus forte réaction chez moi ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia