Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Dieulefit ou Le miracle du silence

Couverture du livre Dieulefit ou Le miracle du silence

Auteur : Anne Vallaeys

Date de saisie : 27/02/2008

Genre : Histoire

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-213-63406-7

GENCOD : 9782213634067

Sorti le : 27/02/2008

Anne Vallaeys - 20/03/2008


  • Les présentations des éditeurs : 05/03/2008

Deux mille cinq cents personnes habitaient Dieulefit, un village parmi d'autres en Drôme provençale. Quand la guerre éclata. A l'école de Beauvallon, les directrices accueillirent aussitôt les enfants juifs. Et leurs parents, bientôt. A la mairie, une employée d'une vingtaine d'années commença à fabriquer des faux-papiers. D'autres réfugiés arrivèrent, des anonymes, mais des peintres, des poètes, des artistes et des philosophes encore. Et d'autres maisons s'ouvrirent. A l'école, les enfants se serrèrent un peu plus sur les bancs, et la secrétaire de mairie devint une faussaire patentée. La population grimpa jusqu'à cinq mille personnes. Le bourg accueillait ainsi autant de pourchassés qu'il comptait de natifs. Pas un seul ne sera arrêté. Nul ne sera dénoncé. Pendant les quatre années les plus sombres de notre histoire, ce petit village devint la «capitale intellectuelle de la France», disait Pierre Vidal-Naquet qui s'y réfugia, enfant. Dieulefit sut désobéir, dire non aux lois iniques. Dieulefit, ou le miracle du silence...
Anne Vallaeys a recueilli les témoignages des enfants d'alors, à Dieulefit elle a rencontré des hommes et des femmes aussi résolus qu'hier, elle a consulté les archives. Son talent d'écrivain a fait le reste. Elle a reconstitué cette aventure collective aussi extraordinaire que méconnue, pas d'héroïsme, non, mais une manière d'être. Les Dieulefitois préfèrent
parler d'humanité, tout simplement.



  • La revue de presse - Le Monde du 4 juillet 2008

C'est un livre où se mêlent les passions, les coups de foudre, le rayonnement d'une femme, puis de deux, puis de quatre..., un sens inné de la liberté, de l'esprit critique, d'une révolte inébranlable. C'est un récit où la haute fantaisie n'exclut pas le sens du combat, le respect se substitue aux "piapias des bonnes gens" sur les amours lesbiens...
Dieulefit ou le miracle du silence est un formidable hommage à un village, associant à la monographie historique le plaisir de l'écrivain voyageur. Anne Vallaeys ausculte le "protestantisme de combat", laïc et républicain, la mémoire encore vive du martyre des ancêtres, "le sentiment qu'une minorité doit aide et protection à une autre minorité quand elle est persécutée" témoigne Pierre Vidal-Naquet, lui aussi réfugié à Dieulefit...
Le livre démontre à quel point ce village reste à jamais le coeur de la liberté.


  • La revue de presse Bruno Frappat - La Croix du 5 mars 2008

Ainsi vit-on, peu à peu, monter de la vallée des dizaines, voire des centaines, de personnes. Parmi elles, Louis Aragon et Elsa Triolet, le philosophe Emmanuel Mounier, très tôt revenu des premières séductions de la «révolution nationale», le poète Pierre Emmanuel, mais aussi des peintres, des musiciens (la pianiste Yvonne Lefébure), cohabitant dans les rues de Dieulefit (et parfois ses soupentes) avec des juifs autrichiens, des communistes allemands, des républicains espagnols...
«Miracle du silence», dit à l'enquêtrice un témoin de l'époque. C'est que, dans ce village divisé entre protestants et catholiques à parts à peu près égales, il se sera établi comme une conspiration du silence, une conjuration du bien. Un millier de réfugiés seront passés par Dieulefit aux pires périodes de l'histoire de France. Et tous s'y seront sentis protégés par une certaine idée de l'humanité. Des «parpaillots» pour qui la résistance était une vieille habitude du temps des «dragonnades», des catholiques ralliés à la bienveillance générale, des républicains associés : tout le monde s'y est mis pour faire de ce village un espace de «Justes» parmi les nations. Qui se rend aujourd'hui à Dieulefit aura du mal à lire les traces de cet héroïsme discret. Il verra surtout un bourg à l'air d'une pureté thérapeutique et un ciel d'un bleu si bleu que l'on ne peut que se dire : oui, c'est Dieu qui fit tout ça. Gens et paysages. Que n'en fit-il plus !


  • Les courts extraits de livres : 22/03/2008

Un ciel immense, lavé d'une bise tranchante, sans un nuage. Ce dimanche, l'air scintille de lumière. Neuf heures sonnent à la tour de l'Horloge. Foulées rapides et vestes chaudes, les lève-tôt franchissent la place Chateauras. Les pneus de deux voitures chuintent en passant. Pas grand monde dans l'ombre de ce matin de septembre frisquet à la terrasse du café Le Bureau. L'unique table ronde, illuminée d'un halo de soleil, sunlight, m'invite.
Je suis installée sur la scène de ce théâtre de poche. À ma gauche, à l'arrondi des façades modestes, chaulées, sans grand attrait, trois étages alignés, jamais plus, des commerces de détail, la maison de la presse, le tabac-cadeaux, l'atelier Le Sage, potier, sont lovés dans les rez-de-chaussée. Un duo de perruches s'égosille dans la volière accrochée à la devanture du Bleuet, tandis que la fleuriste charrie sur le trottoir des seaux d'étain débordant de roses rouges en bouton. L'alignement des immeubles est tranché par l'étroite rue du Bourg, réservée au seul bénéfice des piétons. À l'angle de la place, les deux étages vieillots des Grands Magasins aux stores de guingois, mal assortis. Leurs vitrines tiennent du bazar si j'en juge au bric-à-brac qu'elles exposent, elles proposent jeux de société «Richesse du monde», «Lego», puzzles, chaussettes de laine et bas de coton, quincaillerie, cabas, paniers d'osier aux anses tressées, figurines de canards nains, écureuils en peluche et chapeaux de paille démodés. «Wanted. Je recherche des livres d'occasion», indique un panneau scotché à la vitre, et une affichette mâchurée de bleu, d'un format plus grand, prévient : «Cinéma Le Labor. Gypsy Caravane, le Buena-Vista Club de la musique gypsy. Séances vendredi, samedi, dimanche, 20 heures».
Ce coeur de bourg comme tant d'autres en province ne retiendrait pas autrement l'oeil n'était la masse de son temple, d'une allure sévère, altière et calviniste. À lui seul l'édifice occupe l'est de la place, si bien que, débouchant à cet endroit quand on arrive de Montélimar, on est saisi par cette nudité archaïque, au fronton surélevé, sans autre fioriture qu'un oculus découpé dans la maçonnerie au-dessus des battants de noyer du porche. Une façade défensive, laiteuse, plantée dans le bleu du ciel, l'ocre de la colline. Les proportions de la maison des huguenots surprennent. Cette manière parpaillote est l'un des mobiles qui m'ont amenée dans ce village admirable.
Ce matin très tôt, profitant de la solitude, j'ai musardé entre les hauts murs, en quête de je ne sais quoi. Je me suis arrêtée, badaude, devant le tableau d'affichage à l'angle, sous le couvert des marronniers obèses qui enchâssent la maison commune. J'ai lu, en vrac, une annonce saluant le cent cinquantième anniversaire de l'édition de la Bible en braille et un communiqué annonçant le concert d'un Pierre Lâchât au temple de Bourdeaux, vendredi 28 septembre, «21 heures, entrée gratuite», puis un prospectus louant la collection du musée protestant de Poët-Laval, enfin l'agenda des prochaines rencontres de l'Église réformée de Valdaine : «Comment croire en Dieu aujourd'hui ?» Pour l'heure, dimanche ou non, pas un chat ne rôde sur le perron du temple. Derrière, la colline a quitté l'ombre, son arête embusquée sous les arbres se dévoile, elle s'auréole d'un jaune paille.
Le soleil me réchauffe le dos tandis que je feuillette Le Dauphiné libéré, mais l'air n'est pas vraiment doux encore. Un reportage traite d'une rébellion à La Motte, dont les habitants enragent contre l'arrêté préfectoral qui condamne l'unique bistrot, situé trop près de l'église. Le curé Granoux s'insurge contre les «bornes du couillonnisme» bureaucratique, même s'«il y a plus de monde au bar des Cascades qu'à la paroisse, chez moi».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia