Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Pierre Peyrolle : le théâtre de la mémoire

Couverture du livre Pierre Peyrolle : le théâtre de la mémoire

Auteur : Dominique Brême | Noël Coret | Pierre Rival

Préface : Pierre Rival

Date de saisie : 31/01/2010

Genre : Art - Peinture

Editeur : FVW, Paris, France

Prix : 45.00 €

ISBN : 978-2-914304-25-2

GENCOD : 9782914304252

Sorti le : 20/02/2008

Pierre Peyrolle - 06/03/2008


  • Les présentations des éditeurs : 31/01/2010

Je ne suis qu'une prolongation utopique de l'art de peindre.


  • Les courts extraits de livres : 06/03/2008

Pierre Peyrolle :
un peintre comme on dirait d'un Vaisseau fantôme...

«Car dans l'art, nous n'avons plus affaire à un jeu simplement agréable et utile, mais... au déploiement de la vérité».

Hegel, Esthétique, III.

C'est à l'occasion de l'hommage qu'il rendit à L'Île des Morts d'Arnold Böcklin au musée Bossuet de Meaux que nous découvrîmes, stupéfait, la peinture de Pierre Peyrolle.
Böcklin-Peyrolle, les nombreuses analogies n'ont généralement pas échappé à la critique : une même vision sombre et pessimiste de l'existence, une poétique similaire unissant mythe et nature dans la respiration picturale des tons saturés, un même attrait pour ce que nous cachent les miroitements inquiétants de l'immensité des îlots, une volonté identique de s'abstraire du monde réel pour se dissoudre dans cet univers symbolico-métaphorique où Freud et Nietzsche mènent la danse... Arnold J Böcklin, aussi proche de la clameur wagnérienne qui en finissait avec le XIXe siècle, que de Schöenberg, cet autre compositeur qui ouvrait le siècle suivant et dont il n'avait pas seulement le prénom en partage, Böcklin est sans conteste une figure tutélaire de l'iconographie peyrollienne. Certainement, l'éclairage lunaire de La Nuit transfigurée accompagne la barque de L'Île des Morts qui s'enfonce inexorablement dans les méandres d'un rêve à jamais inachevé, comme il semble poursuivre la péniche de Peyrolle, Atalanta Porpora (1991), de ses harmonies étranges, de ses dissonances vénéneuses...
La proximité du peintre avec ces deux compositeurs a priori si différents nous sembla alors d'une telle évidence, qu'il nous est impossible, aujourd'hui encore, de les dissocier ! Nous ignorons si l'artiste, également grand amateur d'opéra baroque, apprécie l'auteur du Pierrot lunaire, mais nul doute que sa passion immodérée pour l'art japonais, référence avouée dans une oeuvre comme La Barque jaune (1997), ne le rapproche encore du maître viennois. Et pourtant, Wagner demeure sa référence absolue, définitive. Nous eûmes cet honneur, par la suite, de mieux connaître Pierre Peyrolle, et de constater l'importance, quasi métabolique, de l'oeuvre de Wagner dans sa vie de tous les jours. La question de la part occupée par le maître de Bayreuth dans son oeuvre peint nous tourmentait. Les réponses sont multiples, enfouies au plus profond de sa généalogie ; mais il est quand même une donnée objective : quand Wagner épuise les immenses possibilités du système tonal et fait jouer toute la puissance expressive du chromatisme, Peyrolle ne fait rien d'autre, déployant une palette orchestrale inouïe avec les moyens, prodigieux, qui sont les siens, éreintant littéralement le genre dit «figuratif», usant de toutes les ressources plastiques autorisées par l'archaïsme d'une simple toile blanche qu'il couvre de teintes plus sonores les unes que les autres. Lorsque Wagner pousse la mélodie à son paroxysme, Peyrolle va jusqu'au bout de la figuration, la traquant sur des terres où, hormis Dali et de rares aventuriers plus ou moins talentueux, personne n'avait osé se rendre. Le voyage, on le sait, n'est pas sans risque. Delacroix, Van Gogh, Klimt, Munch, Kirchner, Mondrian, Kandinsky [...] en savent quelque chose, et Peyrolle aussi, qui ne sort jamais indemne d'une composition aboutie !
Cette irréalité, caractéristique majeure de son oeuvre, nous invite à rejeter catégoriquement le classement par trop hâtif de l'artiste parmi les hyperréalistes. Nous aurions tort, en effet, de réduire la virtuosité du peintre, proprement ahurissante, à un exercice de style rivalisant avec la photographie.
De Van Eyck, Vermeer, à Richard Estes, le désir de reproduire le réel «tel qu il est» a traversé l'histoire de l'art et se poursuit encore aujourd'hui, trouvant un nouvel élan aux Etats-Unis dans les années soixante-dix avec les contre-plongées de Don Eddy, les enseignes de R. Cottingham, les reflets de Parrish ou les agrandissements démesurés de Chuck Close. Le plus haut degré d'illusionnisme semble être atteint par le Français J. O. Hucleux chez qui l'effacement total du geste pictural prend ses distances avec les capacités réelles de ce système à épouser la réalité. Par conséquent, la chose est entendue : la volonté première de reproduire le visible avec une totale objectivité et le refus de toute implication personnelle dans l'exécution écartent définitivement Pierre Peyrolle de cette école. En dépit d'un souci extrême de rigueur et de perfection, il n'est pas, n'a jamais été, un hyperréaliste. On pourrait même affirmer que sa peinture n'est qu'implication personnelle, l'artiste n'oeuvrant à rien d autre, pour parodier Hegel, qu'au «déploiement de sa vérité»... Du chaos absolu de son répertoire iconographique, véritable plongée dans les profondeurs de l'inconscient, bien futé sera celui qui en extirpera le sens profond.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia