Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le silence éternel : Modigliani-Hébuterne, 1916-1919

Couverture du livre Le silence éternel : Modigliani-Hébuterne, 1916-1919

Auteur : Marc Restellini

Date de saisie : 14/02/2008

Genre : Arts

Editeur : Pinacothèque de Paris, Paris, France

Prix : 55.00 €

ISBN : 978-2-9530546-2-0

GENCOD : 9782953054620

Sorti le : 14/02/2008

Marc Restellini - 11/03/2008


  • Les présentations des éditeurs : 11/03/2008

L'histoire de la vie commune de Jeanne Hébuterne et d'Amedeo Modigliani. M. Restellini, spécialiste du peintre, retrace les rapports de ce couple de légende, d'amour, de créativité et de mort.


  • Les courts extraits de livres : 12/03/2008

Modigliani - Hébuterne
un couple de légende,

Amedeo Modigliani, Jeanne Hébuterne : couple de légende. Couple dont la vie était jusqu'à peu totalement inconnue. Certes, il y avait Modigliani et sa légende : artiste maudit, séducteur, ivrogne et consommateur effréné d'opium dans le meilleur des cas et de cocaïne dans le pire, mort tragiquement à trente-six ans, dont la compagne, enceinte de huit mois, se donne la mort le lendemain. Jeanne Hébuterne, elle, est une belle inconnue. Pas même une photo nette. Seulement l'oeuvre de Modigliani, qui nous la présente tantôt magnifiée, tantôt très enlaidie, quelques dessins, une ou deux peintures, peu convaincantes. Revenons un instant sur Modigliani. Arrivé à Paris en 1906, Modigliani commence à travailler de façon indépendante tout en poursuivant une formation dénuée d'enseignement mais basée sur des supports traditionnels : musées, galeries et expositions. Viennent ensuite la rencontre avec Paul Alexandre et l'aventure de la rue du Delta, autre période de formation de l'artiste. Lorsque Paul Alexandre lui présente Brancusi, Modigliani se lance alors dans une nouvelle vocation avec passion : la sculpture.
Très rapidement - trop rapidement -, cette vocation est interrompue pour deux raisons : une santé fragile et la volonté d'un marchand ambitieux.

La première est traditionnellement évoquée : on le sait, à l'âge de seize ans, Modigliani est atteint de tuberculose avec hémoptysie, dont il guérit de façon surprenante à une époque où il était rare d'y survivre, les antibiotiques n'existant pas encore. Or seule l'intéressait la taille directe de blocs, qui plus est, aussi durs que le grès ou le marbre. N'ayant pas les moyens financiers de se faire dégrossir le matériau - ni même parfois de l'acheter -, Modigliani, bien que jeune, ne possédait plus la force physique nécessaire à ce travail. La seconde raison, moins traditionnelle, figure dans le témoignage de Paul Guillaume lui-même : en 1914, lorsque Modigliani le rencontre, ce jeune marchand ambitieux aurait poussé l'artiste à interrompre la sculpture - difficile à vendre - pour revenir à la peinture - plus facile à «stocker» et à commercialiser. Sans doute, l'artiste est moins intéressé par la peinture, mais les questions économiques, l'ambition de faire partie de «l'écurie» d'un marchand prestigieux, aussi jeune soit-il, et la solitude liée au départ de son groupe d'amis, tous mobilisés et partis au front, l'encouragent à accepter des concessions vis-à-vis de celui qui va le prendre en charge et dont sa survie du moment dépend. Le style de Modigliani se construit ainsi peu à peu : différentes phases et périodes se succèdent.

Etudier le couple Modigliani-Hébuterne, c'est aussi se replonger dans le contexte de l'époque : période de la Première Guerre Mondiale et du retour des hommes du front, période de la vie artistique à Paris entre 1914 et 1920, qui fut l'une des plus dynamiques du siècle (en 1918, 1300 000 jeunes hommes sont morts au combat, 2 800 000 ont été blessés, 600 000 sont invalides]. «1918, la Paix : l'homme exaspéré, tendu, impersonnalisé pendant quatre ans, enfin lève la tête, ouvre les yeux, regarde, se détend, reprend goût à la vie : frénésie de danser, de dépenser, de pouvoir enfin marcher debout, crier, hurler, gaspiller. Un déchaînement de forces vives emplit le monde. (...) L'homme de 1921, rendu à la vie normale, garde en lui cette tension physique et morale des dures années de guerre. Il est changé. Les luttes économiques ont remplacé les batailles du front. Industriels et commerçants s'affrontent en brandissant la couleur comme une arme publicitaire. Une débauche sans précédent, un désordre coloré font éclater les murs. Aucune loi, aucun frein ne viennent tempérer cette atmos­phère surchauffée qui brise la rétine, aveugle, rend fou : où allons-nous ?» s'écrie Fernand Léger. «L'ivresse de la paix était réellement une chose extraordinaire, écrit Anatole Jakovsky, (...) pour la première fois dans l'histoire du monde, la terre entière s'est sentie si libre, si riche, si unie, prête à je ne sais quel grand saut dans une prospérité sans fin. D'où le goût du neuf. D'où le goût de la vitesse. Le temps, c'est l'argent. Plus de guerres. (...) Plus de misère ! Tout un chacun peut devenir millionnaire, c'est un fait. Rien que la poésie. Rien que la féerie... (...) Vive la poésie qu'elle soit orale, verbale, imprimée, manuscrite, plastique» Toute la vie artistique se retrouve à Montparnasse qui devient, selon Jules Romain, «un vrai mythe. Un vrai paradis sur terre. Un lieu du monde sans pareil, un moment du monde sans pareil. L'art moderne, l'art vivant, la section d'or, le cubisme, le dadaïsme, le surréalisme, l'art abstrait, l'art concret - autant d'appellations plus ou moins contrôlées, sinon de querelles de chapelles ne gîtent-elles pas dans son giron ? (...) Bientôt, les mouvements et les écoles ne se compteront plus. Il y aura le cloutisme, le dimensionisme, le rayonnisme, le constructivisme, le suprématisme, l'orphisme, le vitalisme, le relativisme, le musicalisme, et j'en passe. Tout cela, c'est Montparnasse... (celui) d'entre les deux guerres...»


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia