Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Edmond Moirignot, 1913-2002, sa vie, son oeuvre, le catalogue raisonné

Couverture du livre Edmond Moirignot, 1913-2002, sa vie, son oeuvre, le catalogue raisonné

Auteur : Claude Jeancolas

Date de saisie : 14/08/2006

Genre : Arts

Editeur : FVW, Paris, France

Prix : 65.00 €

ISBN : 2-914304-18-8

GENCOD : 9782914304184

Sorti le : 14/08/2006

Frank Van Wilder - 11/03/2008


  • Les présentations des éditeurs : 12/03/2008

Edmond Moirignot (1913-2002) appartient à cette famille de sculpteurs d'après-guerre qui renouvelèrent la sculpture figurative pour exprimer plus pleinement l'homme et son drame. Alberto Giacometti força au paroxysme le tragique moderne. Germaine Richier pénétra le fantastique et traqua un invisible troublant. Mais Moirignot ne céda jamais au spectre de la nuit, il s'obstinait à sauver la lumière. Son oeuvre affirme la foi dans l'être qui pense et qui aime. Elle proclame la conscience nécessaire duc sacré. Pas de cris, pas de violence, un grand calme, un silence, une réflexion pour soi, une introspection et qui participe à la noblesse possible de l'homme. L'âme est son centre de gravité et chaque sculpture, de ce fait, crée autour d'elle son espace infini. Elle est méditation, et qui n'est pas sans une certaine mélancolie, celle de tout être honnête dès qu'il s'interroge sur le temps, la vie, le monde tel qu'il est et le néant. Elle s'élève contre le non-sens et repousse la nuit. Elle refuse la vulgarité, l'exploitation, la dénaturation de l'homme. Pas de renoncements, pas d'asservissements pas d'avilissements... l'homme debout. Tenir quoiqu'il en coûte de désespérances, de déchirements, de souffrances... les êtres sont si fragiles ! Elle est du fond des âges et de notre époque. Elle apaise notre soif d'amour et d'infini, et l'attise en même temps.

LA VIE. L'ŒUVRE. LE CATALOGUE RAISONNÉ


  • Les courts extraits de livres : 12/03/2008

Evocation

LA TERRE, POUSSIÈRE AGGLUTINÉE, PRIMITIVE, ORIGINELLE, AUSSI FONDAMENTALE QUE L'ESPACE ET LE TEMPS, N'ENTRE DANS L'HISTOIRE QUE PAR LA MAIN QUI L'ORGANISE, LA MODÈLE, LUI DONNE SENS. Elle perd là son anonymat, devient contemporaine de son sculpteur. Elle se charge là d'humanité, de fièvres, d'émotions, de vie. Le geste du sculpteur est plus archaïque que celui du potier et même du semeur, plus essentiel, fondateur au point d'être devenu le symbole de l'invention de l'homme, de notre avènement au monde. «Dieu façonna l'homme, poussière tirée du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie, et l'homme devint vivant», dit la Genèse. Dieu n'est pas peintre, il est sculpteur.
Sur cette voie, ouverte dans les origines, se sont engagés tant d'hommes, émerveillés d'oser renouveler le grand art divin. Mais la maîtrise de la forme ne suffit pas, seule elle ne produit que des objets décoratifs, anecdotiques. Il faut ce «souffle de vie», alors la sculpture s'arroge le pouvoir de nous émouvoir. Elle porte nos interrogations du monde, du visible, certes, et plus encore de l'invisible qui nous fascine et nous inquiète. Par delà la matière, un dialogue s'établit, langue mystérieuse sans parole, universelle, avec les morts, avec le sacré. La contemplation grave nous renvoie à notre propre nuit et à l'énigme de l'univers.
Le signe trahit la présence, qui engage à l'échange, par delà les lieux, et le temps, et toute culture humaine. Le masque aztèque, le totem de Nouvelle Guinée, le roi du portail de Chartres ou le saint de Bamberg, le Christ sauvage de Gauguin ou la tête endormie de Brancusi, le David de Moirignot existent hors de l'époque qui les a engendrés et, pour toujours, indéfiniment modernes, c'est-à-dire capables de nous concerner aujourd'hui.
Le travail du sculpteur suppose une infinie simplification pour arriver à l'expression de cette vérité profonde qui est l'essentiel. D'abord il isole le sujet de son contexte, pas de décors, d'arrières plans, de bruits annexes où se noie si facilement le sujet de la peinture. L'être isolé, resserré à l'extrême, rendu à sa singularité, qui est aussi sa solitude, s'universalise alors. Cet exercice d'élimination est aussi une longue méditation du sculpteur sur lui-même. Ensuite il retire de la forme tout l'inutile, dans l'angoisse de céder à la tentation de la beauté. «Le danger, disait Moirignot, pour un artiste, est de travailler avec de trop beaux modèles - la nature est trompeuse - la passion du beau peut alors le conduire à reproduire ce qu'il voit au lieu de rechercher cette vérité intérieure, sourde et cachée dont la conscience révèle à l'être sa grandeur». Certaines époques antiques avaient grimé les sculptures de couleurs vives, pour qu'elles paraissent plus vraies. On voit combien, gommées par le temps, elles ne nous sont pas utiles, au contraire. Le vêtement n'est pas plus indispensable, accessoire anecdotique. La nudité du Napoléon de Canova choqua, mais elle le situait d'emblée parmi les héros et les dieux, elle lui ouvrait la porte de l'éternité. Par ce dépouillement, cette sobriété, archaïque, la sculpture est l'art le plus libre. Pour le sculpteur le défi est d'autant plus grand. Quelle folie à 18 ans de se vouloir sculpteur !

Qu'ajoute la connaissance d'une vie à l'oeuvre ? Rien en apparence, le résultat a plus d'importance que sa genèse ; l'anonymat fut d'ailleurs la règle de tous les siècles qui précédèrent la Renaissance. Beaucoup en vérité, car la vie raconte la quête de la beauté, la lutte pour survivre, la recherche incessante de l'unité perdue, les promesses d'amour et les trahisons de ces promesses, les douleurs, les sacrifices, les chutes et les exaltations... Elle confie que cette oeuvre-là est humaine, engendrée par un homme de la même nature que la nôtre. Elle nous rapproche du créateur et par là aussi, ce qui n'est pas toujours rassurant, nous défie : et toi qu'as-tu fait pour embellir le monde et quel est ton courage ?

L'ENFANT NAIT LE 21 OCTOBRE 1913 À HUIT HEURES DU MATIN AU 14 RUE CIVIALE DANS LE Xe ARRONDISSEMENT DE PARIS. C'est Blanche, la grand-mère, qui le présente deux jours plus tard à la mairie. Elle est accompagnée de deux témoins : Maurice Dutruy, livreur, et Jean Piery, charbonnier, des hommes simples donc. Sur l'enregistrement, Blanche Boutrolle, 52 ans, est dite ménagère, c'est-à-dire femme au foyer. L'enfant est né chez elle où sa fille est venue accoucher. Cette fille justement, Flore, a 26 ans. Elle est divorcée d'un mariage qui avait peu duré, quelques mois à peine. Elle est dite fleuriste ce qui, dans la langue de l'époque ne veut pas dire qu'elle vend des fleurs, on dit alors marchande fleuriste pour cette profession, mais qu'elle travaille dans un atelier de production de fleurs en soie, très à la mode. L'enfant porte son nom Boutrolle. Il est né hors mariage. Le prénom toutefois, Edmond, auquel on a adjoint celui d'André, est celui de son père, la filiation est ainsi reconnue.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia