Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Agrippa d'Aubigné ou Les misères du prophète

Couverture du livre Agrippa d'Aubigné ou Les misères du prophète

Auteur : Samuel Junod

Date de saisie : 14/02/2008

Genre : Littérature Etudes et théories

Editeur : Droz, Genève, Suisse

Collection : Cahiers d'humanisme et Renaissance

Prix : 49.65 €

ISBN : 978-2-600-01083-2

GENCOD : 9782600010832

Sorti le : 14/02/2008

Max Engammare - 08/04/2008


  • Les présentations des éditeurs : 27/03/2008

Agrippa d'Aubigné ou les misères du prophète explore les para­doxes qui s'attachent à la fonction prophétique. Parole absolue qui doit s'incarner dans les contingences de l'histoire, elle aliène son énonciateur, qui ne possède en général ni l'art, ni les prédispositions naturelles, ni l'envie pour en assumer la mission. Rêve de performativité et d'efficacité, le propos prophétique est avant tout le constat de son impuissance dans le présent, du rejet et de la suspicion qui caractérisent sa réception. Dans Les Tragiques, Aubigné estime la mission de sa parole à l'aide de figures, telles que celles de Jonas et Jérémie, exemplaires d'un prophétisme conçu sur le mode du tourment. La complexité de l'èthos prophétique albinéen se nourrit en outre de la place problématique qu'occupe le prophète dans l'ecclésiologie protestante, position vide qui ne laisse plus guère de champ qu'à des postures, comme le montrent les écrits de Luther, Calvin et Zwingli. Un problème de reconnaissance affecte le prophète, au point d'en devenir probablement une des caractéristiques intrinsèques. Si Agrippa d'Aubigné intègre cette donnée dans sa propre énonciation, il est remarquable que cette dernière perturbe aussi le discours critique sur son «prophétisme» dès la première réception des Tragiques au XIXe siècle.


  • Les courts extraits de livres : 27/03/2008

Extrait de l'introduction :

«Aubigné» et «prophète» : ces deux mots, ces deux instances de la complexe figure littéraire construite par Agrippa d'Aubigné dans son oeuvre, ont un destin commun, dans la critique littéraire et dans l'image convenue que l'on se fait du poète des Tragiques. Si l'on a choisi de revenir une fois encore sur le sujet du prophétisme albinéen, ce n'est pas uniquement dans l'optique de se débarrasser de la biographie prophétisante et d'ancrer la question dans le champ d'une stratégie littéraire et d'une poétique; de nombreux commentateurs l'ont fait avec une grande pertinence. Il est indéniable qu'il subsiste ce que je serais tenté d'appeler une facilité critique consistant à qualifier de prophétique le caractère véhément et affirmatif d'un message, qui s'inscrit, de surcroît, dans un engagement personnel dont témoigne la biographie de l'écrivain. Le qualificatif permet l'économie d'une évaluation détaillée du discours dans la mesure où le commentateur concède à l'auteur un investissement personnel total et quasi sacrificiel dans la défense de la vérité et reconnaît l'impact de son message. On perçoit l'ambiguïté du terme : il peut, dans son acception la plus noble, désigner le porte-parole d'un message divin ou, dans un sens plus large et parfois péjoratif, témoigner de la reconnaissance de l'engagement d'un individu dans la cause à laquelle il croit.
Je voudrais ici tirer profit de la rencontre entre un auteur et un (ou des) modèle(s) prophétique(s) pour étudier l'oeuvre d'Aubigné selon une double perspective, celle de la production et celle de la réception. La figure prophétique est construite par la mise en oeuvre de stratégies qui relèvent de la création littéraire : l'imitation, l'èthos. Elle est également un effet de réception, le choix du lecteur d'accorder à l'auteur du discours, au prix d'un glissement subtil, le prestige qui revient au personnage discursif inventé par ce même discours. Cela revient à dire que le masque traduit, pour l'herméneute, la façon dont l'auteur a voulu se représenter. Bien plus, il peut refléter quelque chose de ce qu'est véritablement le producteur de l'oeuvre. Aubigné se représente en prophète, mais finalement, il a quelque chose du prophète. On verra combien, à la fois sur le versant de la création et sur celui de la réception, l'hésitation et l'approximation qui affectent la dénomination prophétique sont des données récurrentes dans l'oeuvre albinéenne et dans sa lecture. En outre, il n'est pas imprudent d'affirmer que l'instance auctoriale (Agrippa d'Aubigné) et sa figuration en prophète s'éclairent mutuellement. Car Aubigné trouve dans le personnage oraculaire une façon de penser son activité d'énonciateur. Inversement, l'exégète trouvera dans les écrits de l'écrivain saintongeois l'occasion d'affiner sa compréhension des notions problématiques de «prophétisme» et de «prophète».

CONSTRUCTION DU PROPHÈTE

«Prophète» : le terme est à coup sûr galvaudé, aujourd'hui comme autrefois, signe qu'il désigne une réalité qu'il est malaisé de définir, un être improbable, une fonction suspecte. Le même mot peut aisément se rapporter à un devin homérique, de préférence aveugle, comme Calchas, à un paysan rugissant de l'Ancien Testament, tel Amos, à l'initiateur d'une nouvelle doctrine (Luther par exemple), à un astrologue relativement compétent dans son domaine comme l'était Michel de Nostredame, ou encore à un personnage public suffisamment «visionnaire» pour que son projet audacieux se réalise, de son vivant ou non (Henry Dunant, Jean Monnet, Steve Jobs, etc.).
Il faut le répéter, l'étiquette «prophète» est souvent une cheville lexicale servant à désigner l'existence d'une certaine capacité chez une personne à étonner par son discours ou son action, sans oublier que cette désignation comporte également un investissement affectif. La personne ainsi nommée détourne sur son être le crédit accordé à son propos, à moins que ce ne soit l'inverse.
Les études globales pour approcher le phénomène du prophétisme sont rares et souffrent en général de la dilution du propos qu'impose une analyse diachronique à cheval sur plusieurs religions et civilisations. Lorsqu'un ouvrage ne se contente pas de la simple récolte d'exempla, à la manière du Thresor des propheties de l'univers de Guillaume Postel ou de l'Histoire de l'avenir de Georges Minois, les nombreux points de convergences que favorisent les divers exemples d'activités prophétiques au cours des âges suscitent l'émergence d'un leurre, à savoir la découverte de «l'essence» du prophétisme. Or, le prophétisme, la prophétesse / le prophète, la prophétie sont des réalités construites qui ne constituent en aucun cas une quelconque essence, mais qui, au contraire, sont le résultat d'un diagnostic porté sur une parole. Analyser un phéno­mène humain ou discursif comme «prophétique» relève d'un choix interprétatif signifiant, à savoir la volonté de traiter une parole ou une activité humaine selon la modalité de leur autorité.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia