Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les draps du peintre

Couverture du livre Les draps du peintre

Auteur : Maryline Desbiolles

Date de saisie : 03/04/2008

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Fiction et Cie

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-02-097132-4

GENCOD : 9782020971324

Sorti le : 03/04/2008

Maryline Desbiolles


  • Les présentations des éditeurs : 15/04/2008

Rien ne le destinait à être peintre. Et ce rien, ce rien dont il sort, ce brouillard est peut-être ce qui lui a défendu de jamais s'établir, de jamais composer avec le monde que la peinture aurait dû révo­lutionner, comme il l'a cru un temps. Romanichel avant toute chose : celui qui l'attrapera n'est pas né. Plutôt que le retenir, tenter un pas de danse, inédit, avec lui.



  • La revue de presse Patrick Kéchichian - Le Monde du 6 juin 2008

Au milieu d'une page de son livre, Maryline Desbiolles a écrit cette phrase : "Il est accueillant depuis sa mort." "Il", c'est le sujet et l'objet de son livre, un peintre qui ne sera jamais nommé. On peut aborder le livre en ignorant ce nom. Ou le connaître, par exemple en se reportant à la signature de l'oeuvre en bleu et rouge qui fait la jaquette de l'ouvrage : Jean-Pierre Pincemin, né en 1944, mort en 2005, figure importante de la peinture abstraite - mais pas seulement abstraite - contemporaine. Ne pas nommer ne signifie pas dissimuler...
Mais quel rapport entre la peinture et l'écriture ? Pincemin avait peut-être lui-même montré la voie lorsqu'il affirmait que son but était de "faire se rejoindre les choses qui peut-être ne sont pas faites pour se rejoindre"...
Mais il s'agit moins de la question générale et théorique du rapport entre les deux arts que de la confrontation réelle, charnelle et intérieure, avec une oeuvre et avec la personne de celui qui l'a accomplie. Et là, Maryline Desbiolles donne une leçon magnifique de dépouillement, de nudité face à la chose même.


  • Les courts extraits de livres : 15/04/2008

Été. Ongles limés. Carrelage lavé. Je ne me prépare pas pour accueillir, bien au contraire. Je ne consens à rien. Je me détourne, je recule, je piétine, je ne veux pas, je suis contre. Je me souviens de ce type qui m'avait dit, tu es une femme qui dit non, c'était que je refusais ses avances, bien entendu, mais il y avait une vérité plus grande, j'aurais peut-être dit non en acceptant ses avances, voilà ce qu'il pressentait. Comment dire non et ne pas se rétracter ? Comment dire non et faire front ?
Je dis non, de toutes mes forces, en effet, et je rentre dans le livre. Bientôt j'y serai jusqu'au cou. Bientôt le livre m'aura gagnée alors que je le refuse. Le livre est ennemi, et je piaffe comme je m'approche de lui, comme je le frôle.
Inutile d'ajuster les habits de combat, de revêtir un justaucorps de toile, renforcé de plaques de métal, ou le corselet recouvert d'écaillés, la broigne, qui descend jusqu'aux genoux, inutile de nouer une ceinture de cuir à boucle pour suspendre les armes, d'enfiler des jambières de cuir ou de métal, de se coiffer d'un casque, de forme aplatie ou conique, surmonté d'un cimier. Mais une fraise, peut-être, oui, une collerette à fraise comme en portaient Anne de Joyeuse ou Marguerite de Lorraine, et surtout Elisabeth d'Autriche, peinte un an avant qu'il meure, par François Clouet, son dernier chef-d'oeuvre, qui l'impressionna quand il le vit au Louvre, alors qu'il sortait quant à lui de l'enfance. J'écris «il» et «lui», je n'écris pas encore son nom, je ne me risque pas encore à franchir le pas, je pousse devant moi les noms de personnages historiques afin de former un gué. Chevillée moi-même dans la collerette, la tête posée sur le tissu plissé, comme si elle était coupée, la tête séparée du corps par le linge empesé, les mots séparés du corps, rangés derrière la barrière des dents, bouche cousue, l'air sévère. Vissée dans un refus qui me met au monde, et le front très dégagé comme s'il était toujours possible de dire : de toute mon âme. Ce que je crois, c'est que, voyant la collerette blanche au Louvre, il a été tenté de la déplier, pour voir si ça tient, si le corps privé du linge raide ne s'affaisse pas d'un coup, la bouche salement ouverte, proférant des insanités, ou pis encore, salement ouverte sans qu'aucun mot ne sorte, la tête en arrière, formant avec les épaules un angle affreux. Il a été tenté passionnément de déplier le linge aux plis alambiqués, de le défroisser, de le mettre à plat, de l'étendre, et je comprends cette tentation.

Je n'écris pas encore son nom. Je l'écrirai quand j'aurai oublié que je l'ai connu. Plus je m'approcherai de lui, plus j'oublierai que je l'ai connu. Et peut-être même : plus je m'approcherai de lui, moins je le connaîtrai.
Eté. Ongles limés. Carrelage lavé. J'ai épingle au mur de mon bureau les carrés collés, un ensemble de douze carrés de papier, chaque carré de 20 par 20 centimètres (je vérifie avec la main bien écartée, du pouce à l'auriculaire), rempli, grossièrement à moitié, et selon une diagonale, de bleu qui pourrait être du bleu de méthylène.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia