Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Eloge de la déprime : non à la dictature du bonheur !

Couverture du livre Eloge de la déprime : non à la dictature du bonheur !

Auteur : Anne Lamy | Gérard Tixier

Date de saisie : 28/02/2008

Genre : Sociologie, Société

Editeur : Milan, Toulouse, France

Collection : Déclic de soi

Prix : 12.50 €

ISBN : 978-2-7459-3061-3

GENCOD : 9782745930613

Sorti le : 28/02/2008

  • Les présentations des éditeurs : 18/04/2008

La société d'aujourd'hui impose une image du bonheur à laquelle nous devrions tous nous conformer.
Ceux qui n'y parviennent pas s'enferment dans une réelle souffrance de vivre. Elle est d'autant plus vive qu'ils se sentent coupables d'aller mal, devenant impitoyables envers eux-mêmes. Mais pourquoi le spleen, la tristesse, le blues ou le chagrin, pourtant tout à fait naturels, devraient-ils rester dans l'ombre ou être effacés par quelque antidépresseur ? Un jour, c'est le " Déclic de soi " : on décide de s'accorder le droit à la déprime.
Cela ne conduit pas forcément à la dépression, mais plutôt à la découverte de la joie d'être nous-mêmes avec nos failles et nos blessures, en vue de jours meilleurs. Pourquoi la société veut-elle nous empêcher de déprimer ? Une rupture amoureuse, un licenciement, un deuil nécessitent-ils un traitement ? Comment distinguer la déprime de la dépression ? Peut-on accepter voire revendiquer ce mal-être sans culpabilité ni honte ? Comment passer de la plainte au sentiment d'exister ? Que découvre-t-on sur soi dans cette épreuve ? À la suite d'un épisode de déprime, en quoi le fait d'oser enfin être nous-mêmes nous ouvre-t-il aux autres ?

Le docteur Gérard Tixier est psychiatre et psychanalyste. Auteur de nombreux ouvrages, dont Les Paranos et La Tentation du suicide chez les adolescents (Pavot), il a été pendant vingt ans président de l'association SOS Dépression.

Anne Lamy est journaliste et coauteur de plusieurs ouvrages dont Travailler sans dérouiller, dans la collection «Déclic de soi», Réussir la garde alternée et Un seul parent à la maison (Albin Michel).


  • Les courts extraits de livres : 18/04/2008

CONDAMNÉS À ÊTRE HEUREUX

Pour mieux comprendre la place de la déprime dans notre vie, faisons un crochet par le bonheur. Car une époque qui le sacralise à ce point génère dans le même temps, forcément, son revers. Nous voilà donc passés du droit au bonheur au devoir de bonheur. Cet impératif complique considérablement notre existence, tant on a de la peine à le définir ; et parce que cette quête est, par ailleurs, contre-productive.

La naissance du bonheur

«Le bonheur est une idée neuve en Europe», disait Saint-Just en 1793. La vraie nouveauté, c'est plutôt qu'on en fasse une affaire d'État ! Le Siècle des lumières s'est en effet emparé du bonheur pour le placer au premier rang des débats. Les penseurs de l'époque préféraient parier sur le bonheur terrestre plutôt que sur le salut de leurs âmes au Paradis.
Cette amélioration de la vie, ici-bas, était rendue possible par la diffusion du progrès technique et matériel ainsi que par le vacillement de la religion. «Abolir la religion en tant que bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel», résumera Karl Marx, des décennies plus tard. Voilà qui était fait : l'idée du bonheur sur terre, et pas uniquement pour une poignée d'élus ou de puissants, venait de faire une entrée fracassante dans les esprits. Cela ne faisait que commencer...

Un droit écrit dans les textes

En 1776, Thomas Jefferson écrit dans la Déclaration d'indépendance des États-Unis : «Les hommes [...] sont doués par le Créateur de certains droits inalié­nables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur.» La France s'intéressera elle aussi au bonheur dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, le 24 juillet 1793. L'article 1er l'annonce sans équivoque : «Le but de la société est le bonheur commun.» Quelle curieuse époque : en deux siècles environ - ce qui n'est pas énorme à l'échelle de l'humanité - nous sommes passés du bonheur considéré comme un droit, au bonheur devenu un devoir en ce début de XXIe siècle.

C'est quoi, le bonheur ?

Aujourd'hui, les experts (économistes, philosophes, sociologues, etc.) n'en finissent pas de débattre sur ce qu'est le bonheur. Mais ce désossage en règle ne donne rien de convaincant : qu'il soit éclairé au néon de la pensée scientifique ou chiffré par les économistes, le bonheur a bien du mal à passer sous une quelconque toise ! Par essence, il varie selon les individus, selon les pays. Ici, le bonheur signifiera joie du dépouillement; là, il sera synonyme d'accumulation de biens matériels. D'autre part, comment évaluer ce qui n'est pas quantifiable : la richesse du lien social, la force d'un amour, l'ouverture aux autres ?

. Bonheur ou bien-être ?
Ce que mesurent généralement les économistes, ce n'est pas le bonheur, mais plutôt le niveau de bien-être, donc une certaine forme d'aisance. Les politiques ont tendance à confondre les deux. C'est logique ; c'est sur cette confusion que se fonde le capitalisme : avoir toujours plus, c'est être toujours plus (heureux). Mais les plus sages d'entre nous ne s'y sont pas trompés ; le bonheur, ce n'est pas l'avoir. Deux axiomes de base expliquent pourquoi : (...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia