Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Vienna

Couverture du livre Vienna

Auteur : Eva Menasse

Traducteur : Eva Perrot

Date de saisie : 25/08/2008

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Folies d'encre, Montreuil, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-907337-48-9

GENCOD : 9782907337489

Sorti le : 25/08/2008

  • Les présentations des éditeurs : 25/09/2008

«Aujourd'hui encore, ce sont les histoires les plus anciennes que je préfère. Leur réalité est si éloignée dans le temps que tout est permis, elles restent ouvertes à tout développement, possibles et prometteuses.»

" Mon père fut projeté dans la vie comme un boulet de canon ", ainsi débute le roman d'Eva Menasse.
Cette naissance écourte, en vrai coup de théâtre, une partie de bridge au café Bauernfeind, dans la Vienne d'avant-guerre. De fait, cette naissance symbolise le trouble d'une société juive, à l'approche de la seconde guerre mondiale. Trois générations se succèdent au coeur de ce roman au ton tragi-comique qui mêle humour viennois (schmäh) et humour yiddish. Trois générations pour déconstruire l'identité collective de cette famille, récuser les identités sociales de chacun, raconter la négociation des uns et des autres dans leurs identités personnelles.
A travers ce grand récit défile l'histoire de la famille, bricolée de faits souvent incongrus, de situations cocasses, de souvenirs burlesques. Eva Menasse tente de donner une certaine unité à ces vies, à sa vie, c'est l'objet même de cette narration. Mais les personnages, comme évadés des romans de Gogol, de Tchekhov ou de Singer, échappent à son contrôle par dérision, parfois pour la farce, souvent juste pour survivre dans la société autrichienne, éternellement décalés et facétieux.



  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 25 septembre 2008

Dans toute histoire de famille, et il faut aimer les histoires de famille pour apprécier Vienna, il y a des objets. Il est possible que ce roman soit l'album de la famille Menasse, célèbre pour le fils, Robert, romancier autrichien important, né en 1954, traduit en France chez Verdier, et pour la fille, Eva, journaliste désormais écrivain, née en 1970, mais peut-être célèbre aussi pour le père, joueur de football, si on en croit Vienna. Quoi qu'il en soit de la vérité, il y a le manteau d'astrakan de Mamie Frida, le tapis de tante Gustl, et la coupe de championnat de fléchettes remportée par Uncle Tom, qui n'est l'oncle de personne...
Mon grand-père, ma grand-mère, mon père, mon frère, mon oncle et mes cousins. En guest-stars, ma mère et ma soeur. Eva Menasse écrit tout son livre de cette manière.


  • Les courts extraits de livres : 14/10/2008

Commencement

MON PÈRE FUT PROJETÉ DANS LA VIE comme un boulet de canon. Il fut victime, avec un manteau d'astrakan, de la passion pour le bridge de ma grand-mère qui, bien que les douleurs aient commencé, tenait absolument à terminer sa partie. A une exception dramatique près, ma grand-mère a joué toutes les parties de sa vie jusqu'à la fin, car s'arrêter en plein milieu était inadmissible pour elle. Voilà pourquoi les cartes faillirent lui faire manquer la naissance de mon père. Ou plutôt, mon père faillit venir au monde sous une table de jeu tendue de feutre vert, ce qui n'aurait pas mal convenu à son caractère et au déroulement ultérieur de sa vie. Ma grand-mère n'avait qu'un plaisir dans la vie, c'était le bridge. Presque chaque jour, depuis celui où, ayant épousé mon grand-père, elle avait quitté son petit village morave pour Vienne, elle s'installait avec ses amies au café Bauernfeind et jouait. C'était sa façon de régler ses comptes avec un monde qui lui procurait peu de joies. Sur ce monde, elle fermait les yeux, allait au café et jouait au bridge.
Le jour où mon père est né, la partie traînait en longueur. On avait commandé du café. Les contractions ne semblaient pas gagner en intensité et, de toute façon, les partenaires de ma grand-mère n'en avaient cure. Au moment de se séparer, la querelle rituelle éclata entre les joueuses. L'une d'elles avait pour coutume de ne jamais régler ses dettes de jeu immédiatement et demandait toujours un délai, ce qui engendrait la confusion. Il ne s'agissait pourtant que de quelques sous. L'une ou l'autre parvenait parfois à gagner un schilling, sûrement perdu le lendemain. Aucun résultat significatif au bout du compte. Malgré cela, elles vociféraient et s'assaillaient de reproches. Deux d'entre elles ne savaient pas très bien compter, les deux autres, dont ma grand-mère, y voyaient mal, mais n'en convenaient pas.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia