Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La prière

Couverture du livre La prière

Auteur : Jean-Marc Roberts

Date de saisie : 28/03/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Flammarion, Paris, France

Prix : 14.00 €

ISBN : 978-2-08-120752-3

GENCOD : 9782081207523

Sorti le : 01/10/2008

Jean-Marc Roberts, au micro de Patricia Martin


  • Les présentations des éditeurs : 30/09/2008

Un tapis de bain n'est pas un tapis de prière... Mais quand, à l'aube de ses quinze ans, Antoine tombe sur une jeune musulmane, femme de chambre, agenouillée en prière dans une salle de bain du Carlton londonien, cette rencontre fortuite se grave dans sa mémoire.

Vingt ans plus tard, Antoine Risser est devenu médecin à Paris. Cela aurait pu être ailleurs. Tout chez Antoine aurait pu être ailleurs, déplacé, modifié, adapté : pas de convictions définitives, pas de choix passionnels, pas d'attachements éternels. Seuls ses enfants lui donnent l'illusion, tendre et éblouie, d'appartenir à quelqu'un.

Trente ans plus tard, le terrorisme frappera Londres. La rencontre du Carlton, la prière sur le tapis de bain auront pris tout leur sens.

Jean-Marc Roberts est romancier et éditeur.



  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express du 20 novembre 2008

Peut-on vivre sans conviction ? Devenir adulte sans modèle ? Une parabole tout en finesse signée Jean-Marc Roberts. Avec ses éternels jeans et chemise bleue, l'éditeur Jean-Marc Roberts a l'art de se simplifier la vie. Le romancier Roberts, lui, préfère opter pour le poil à gratter, creusant, depuis quelque trente ans, à travers des livres largement autobiographiques, là où ça fait mal. Cette fois-ci, l'exercice, quoique en apparence moins personnel, est tout aussi délicat. Dans La Prière, l'auteur d'Affaires étrangères entend en effet donner matière au flottement, incarner le désabusement ou encore faire verser des larmes sans ruissellement.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 29 octobre 2008

Si La Prière est empreinte de cette gravité prégnante, quoique sans pesanteur, qui est la couleur dominante de l'univers romanesque de Jean-Marc Roberts, l'écrivain ajoute à ce climat une nuance nouvelle : aux portes de la sphère intime dont il est familier, où il évolue de livre en livre depuis plus de trente ans, vient cette fois frapper la violence, l'égarement du monde contemporain. Un ancrage aussi ferme qu'inattendu dans notre époque, qui irrigue ce beau roman intimiste d'une interrogation anxieuse sur le destin collectif des hommes.


  • La revue de presse - Le Monde du 17 octobre 2008

De cette Prière, brève, incisive, sensible et émouvante, Jean-Marc Roberts aurait pu tirer une grosse machine romanesque avec une foule de personnages, de lieux et de rebondissements sur fond de montée du terrorisme et de crise financière. Mais, voilà, pour raconter la vie d'Antoine Risser, un homme aux contours incertains, médecin médiocre, époux résigné, fataliste, face à un bonheur qui se profile, le romancier est demeuré fidèle à lui-même. A cette manière de jouer, sous une fausse légèreté, de la concision et l'ellipse, de l'effleurement pudique. Un art du dévoilement qu'il ne cesse d'affiner de livre en livre depuis plus de trente ans...
Dans cette confession d'un grand enfant faussement détaché, où en échos rapprochés se font entendre les tragédies de la fin du XXe siècle (de l'attentat de la rue des Rosiers à celui de la synagogue de la rue Copernic en passant par ceux du 11-Septembre), Jean-Marc Roberts joue de l'esquive pour mieux livrer à mots comptés, à mots coupants, à mots crus et pudiques aussi, les maux d'amour d'un homme et d'un père. D'un apatride du bonheur.


  • La revue de presse Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 16 octobre 2008

Le livre s'ouvre sur une chanson de Cat Stevens, une chanson dont le titre pourrait bien être la clé de ce récit : Father and Son. Car dans cette Prière il est beaucoup question de relations entre père et fils. Un homme, Antoine, évoque, sans s'en plaindre, la difficulté à tisser des liens avec ceux qu'il aime : les femmes, son père lointain et son fils qui ressemble davantage à un copain...
Quelques pages suffisent à Jean-Marc Roberts pour raconter les non-dits familiaux, ce père qui est un étranger pour son fils - et réciproquement -, la désagrégation des sentiments, les images de l'enfance qui reviennent ­frapper à la porte de l'adulte... L'auteur d'Affaires étrangères travaille son texte à l'économie : décrire le moins pour en dire le plus, c'est tout un art.


  • La revue de presse Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 9 octobre 2008

«La Prière», c'est une vie ordinaire balayée par des tragédies sans frontières. C'est aussi, ajoutée à la très belle lettre d'adieu d'une musulmane à son «petit Parisien» (p. 68), la dernière lettre d'amour d'un père à son fils. Roberts est un hypersensible qui pratique l'art de l'ellipse, de la litote. Il se cache pour écrire. Il écrit pour se cacher. C'est ce qui le rend si lisible.


  • Les courts extraits de livres : 30/09/2008

Antoine parlait peu de Naima. Il devait la considérer comme une relation interdite, un sujet en tous points défendu. Voulait-il la protéger ? Espérait-il en la protégeant se protéger lui-même ? On ne l'a jamais su. L'épisode de leur rencontre, à Londres à la fin des années soixante, demeure flou et incomplet.
Avril 1969 : Antoine s'apprête à fêter l'anni­versaire de ses quinze ans. Naima en a tout juste vingt. À l'instant même où l'adolescent surprend la jeune femme, agenouillée sur un tapis de bain dans la chambre du Carlton qu'il partage avec sa mère, il est troublé. Elle est émue. La jeunesse de ce visiteur inattendu, sa gêne tranchent sur l'assurance insolente des clients de l'hôtel, pour la plupart des Américains.
Naima se redresse, quitte sa position incongrue, presque indécente, et affiche un air désolé : la chambre n'est pas encore faite. Le tapis de bain qui semble maintenant égaré au milieu de la pièce n'est guère plus propre. La jeune femme n'avance ni excuses ni explication. Quelle importance. Antoine n'en a cure. Il aide Naima à replacer le morceau de tissu dans le cabinet de toilettes et lui tend la main. Elle l'accepte telle une preuve de leur récente complicité. À tort et à raison, tous les deux s'estiment vaguement coupables. Elle n'aurait pas dû se laisser surprendre. Il aurait pu éviter de remonter si tôt dans la chambre, aux heures de service des femmes de ménage. Ils échangent leurs prénoms, leur secret puis un sourire modeste. Un tapis de bain n'est pas un tapis de prière mais nous sommes à Londres, à la fin des années soixante :
«Je suis croyante», lui dit-elle tandis que lui ne croit en rien, l'observe avec gourmandise.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia