Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Charles Marville : Paris photographié au temps d'Haussmann

Couverture du livre Charles Marville : Paris photographié au temps d'Haussmann

Auteur : Patrice de Moncan

Date de saisie : 30/10/2008

Genre : Photos

Editeur : Ed. du Mécène, Paris, France

Prix : 45.00 €

ISBN : 978-2-907970-89-1

GENCOD : 9782907970891

Sorti le : 30/10/2008

  • Les présentations des éditeurs : 02/12/2008

Il est difficile d'imaginer aujourd'hui ce qu'était Paris avant 1850. Encore en grande partie médiéval, son coeur était encombré, misérable et obscur. Autour de Saint-Germain-des-Prés, Saint-Nicolas-des-Champs, l'Ile de la Cité, la Bastille et jusqu'aux portes du Louvre, ce n'était qu'un noeud de ruelles sinueuses, mal éclairées et insalubres.

L'état dramatique de nombreux quartiers imposera à Napoléon III, avec l'aide de son préfet le baron Haussmann, de transformer la ville en une capitale moderne. Bien sûr, certains contempo­rains comme Victor Hugo ou Eugène Sue, nostalgiques de cette ville chargée d'histoire, reprocheront à l'empereur et à Haussmann d'avoir tué l'âme du vieux Paris en rasant des îlots entiers pour créer de larges voies, claires et aérées.

Ce sont ces transformations que Charles Marville est chargé de photographier pour le compte de la Ville de Paris, tant pour conserver une trace historique des quartiers à jamais détruits que pour démontrer aux plus sceptiques l'urgente nécessité de «donner de l'air et de l'eau» à cette capitale asphyxiée.

La vie de Marville ainsi que les conditions dans lesquelles il a été engagé par l'Administration des Travaux Historiques sont peu connues, la plupart des informations ayant disparu dans l'incendie qui ravagea l'Hôtel de Ville sous la Commune. Pourtant nous savons que le photographe avait commencé à prendre des vues des rues anciennes pour son propre compte, et c'est probablement pour cette raison qu'il fut choisi en 1865 par l'administration parisienne pour continuer ce travail. Ainsi, entre 1865 et 1878, il prendra des centaines de clichés selon une technique immuable : chargé d'effectuer un travail topographique et documentaire - et non pas artistique -, Marville photographie toujours la rue dans son ensemble, dans un sens puis dans l'autre, se postant souvent légèrement décalé afin de révéler le tracé sinueux de la voie et l'état de délabrement et d'insalubrité des maisons à démolir.

La chance de Marville fut d'avoir été le témoin privilégié de l'un des bouleversements les plus importants de l'Histoire de Paris. Notre chance est que ses photographies nous soient parvenues et nous permettent de replonger, grâce à cet ouvrage, dans un Paris aujourd'hui disparu, tout en assistant à l'extraordinaire renaissance d'une ville.


  • Les courts extraits de livres : 02/12/2008

LE PARIS D'HAUSSMANN PHOTOGRAPHIÉ PAR CHARLES MARVILLE

Il serait difficile d'imaginer aujourd'hui ce qu'était Paris avant 1850 sans les photos de Charles Marville. Encore en grande partie médiéval, son coeur était surpeuplé et le plus souvent misérable. Autour de Saint-Germain-des-Prés, Saint-Nicolas-des-Champs, l'Ile de la Cité, la Bastille et jusqu'aux portes du Louvre, ce n'était qu'un noeud de ruelles sinueuses, mal éclairées et insa­lubres. Sans ces documents, il serait tout aussi difficile d'imaginer l'importance des travaux entrepris à Paris sous le Second Empire.

Napoléon III imposera à son fidèle préfet, le baron Haussmann, de transformer la ville en une ville moderne. Et dès 1867, au lendemain de l'Exposition Universelle de Paris, les transformations de la capitale française, après avoir suscité l'admiration de ses visiteurs, seront copiées par les plus grandes cités européennes.
Bien sûr, certains contemporains tels Victor Hugo ou Eugène Sue, nostalgiques d'un passé riche d'histoire, reprocheront à l'empereur et à Haussmann d'avoir détruit l'âme du vieux Paris en rasant des îlots entiers pour créer de larges voies et moderniser la capitale... oubliant un peu vite l'effroyable misère qui régnait alors à l'intérieur de ces murs.
Charles Marville sera chargé par la Ville de photographier la transformation et l'assainissement de Paris, tant pour conserver une trace historique des quartiers à jamais détruits que pour démontrer aux plus sceptiques l'urgente nécessité de «donner de l'air et de l'eau» à cette capitale asphyxiée, fixant aussi sur ses plaques les grandes avenues arborées et les larges perspectives créées par le Second Empire.
Quand en 1852 Napoléon III nomme Georges-Eugène Haussmann préfet de la Seine, le Vieux Paris est une ville malade qui a subi en moins de soixante-dix ans les méfaits de trois révolutions, les ravages de deux invasions des armées étrangères et une succession d'épidémies meurtrières dont celles du choléra de 1832 et de 1849.
Sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), Rambuteau, préfet de la Seine, tenta bien d'améliorer les conditions de vie dans la capitale. «De l'eau et de l'ombre, c'est ce qu'il faut aux Parisiens,» aimait-il répéter. Pour cela, il fit construire plusieurs fontaines monumentales, (place de la Concorde et place Saint-Sulpice) et multiplia à travers la ville les bornes-fontaines de sorte que le volume d'eau journalier des Parisiens fut multiplié par cinq. Il planta de nombreux arbres et créa le premier jardin public de Paris dans l'île de la Cité. Malgré ses efforts, les conditions de vie ne connurent pas d'amélioration notoire. On peut même affirmer que Paris accumula un important retard par rapport aux villes de province qui se modernisaient sous l'effet des administrateurs royaux qui étaient dotés de larges attributions, tant dans les domaines financier, administratif, judiciaire, qu'en matière de police. Cela leur permettait de mener à bien des travaux d'urbanisme importants. A Paris, la situation était bien différente. La municipalité se heurtait sans cesse à deux représentants du roi, à l'intendant de la région d'Ile-de-France, qui exerçait surtout un rôle de figuration, et au lieutenant de police chargé du maintien de l'ordre de la bouillonnante capitale.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia