Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Je vous raconterai

Couverture du livre Je vous raconterai

Auteur : Alain Monnier

Date de saisie : 06/12/2009

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Flammarion, Paris, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-08-122862-7

GENCOD : 9782081228627

Sorti le : 26/08/2009

Rien ne semble pourvoir sauver le narrateur de ce livre. Il a tout perdu : son travail, sa maison, sa femme, sa fille, jusqu'à sa dignité ; il n'attend qu'un moment favorable pour passer à l'acte. La rencontre de l'étrange monsieur Igor va changer sa vie - ou sa mort ? Il accepte de jouer à la roulette russe devant un parterre de parieurs, et devient le protégé : celui que le revolver épargne inlassablement, contre toutes les règles de la statistique ; et c'est dans ce voisinage de la mort qu'il retrouve goût à l'existence.

S'il est un roman... percutant, c'est bien celui-là. Le jeu de mot est facile mais il est tout à fait approprié. Alain Monnier nous prend aux tripes dès les premières lignes : il ne nous lâchera plus. Fable sociale, conte noir, apologie métaphysique, son livre ne dévie jamais de sa course impérieuse, quitte à entraîner le lecteur dans cette trajectoire qui est à la fois une descente aux enfers et le récit d'une transfiguration. Le monde du protégé ressemble au nôtre, dont les dérives inhumaines, les ambiguïtés morales, les noirceurs décadentes sont simplement accusées par le tranchant de la parabole. On pense parfois au superbe Voyage au bout de l'enfer de Cimino (auquel Monnier rend d'ailleurs hommage) : le livre est digne en tout point de son pendant cinématographique. Et l'on n'est pas prêt d'oublier ce final vertigineux dans lequel le titre énigmatique, Je vous raconterai, prend tout son poids. Avec le héros, on se prend à rêver d'un monde ou rien ne serait impossible... pas même les miracles.


«Je vous raconterai» est la confession sans retenue d'un «homme sans qualité», témoignage d'un homme lucide sur lui-même, sur vous, lecteur voyeur et acteur, sur le monde, au parcours si contemporain et hélas de moins en moins singulier : une perte d'emploi, un divorce, et la rue, cette rue qui devient immédiatement pesante, violente, absurde, excluant. Pourtant, au bord du suicide, cet homme devenu S.D.F. va défier la vie et son destin. Un homme mystérieux lui propose de l'aider à mourir sans souffrances : dans un lieu luxueux, devant une assistance attentive et tendue, il doit jouer à la roulette russe, un revolver, une balle, une gâchette, un tir. La tension ressentie, la sensation de pouvoir et de maîtrise, la proximité de la mort, l'attention du public (l'Autre), la victoire sur la vie et sur la mort, tout est fait pour qu'il poursuive le jeu, jeu qui tangue avec la folie mais ses victoires aussi inattendues que provocatrices en font le Protégé. On ne sort cependant pas indemne de cette expérience et de ces miracles, et il va devoir recouvrer son passé, pour mieux apprécier ses nouvelles passions, et achever l'élaboration de sa légende. Un texte sans concession, provoquant ou attendrissant, déstabilisant ou tout en retenue, il interpelle, prend à témoin le lecteur et l'aspire littéralement, entre témoin et acteur, dans une spirale infernale.


Alain Monnier ose un roman assez singulier. D'emblée, le lecteur est pris à parti par le narrateur. Cet homme reviens de loin, de très loin et il raconte. Alors qu'il subit la spirale divorce, perte d'emploi, perte de logement, rue, il rencontre un personnage mystérieux qui lui propose de jouer à la roulette russe pour de l'argent.

Considérant qu'il n'a plus rien à perdre, l'homme essaie un soir, puis, ayant survécu, se prend au jeu. Car sa chance tourne à un point inimaginable. Alors qu'il voyait dans cette proposition pour le moins inhabituelle un moyen de se suicider en laissant un peu d'argent à sa fille, il va défier la mort, tous les mois, puis y prendre goût peut être, sans doute plus que de raison.

Toujours sur le fil, il n'a plus peur de rien. Pas même de convoiter la femme d'un personnage prêt à tuer pour moins que cela.

Original et très prenant, ce récit tient en haleine jusqu'à la dernière page.


Jean Morzadec - 05/11/2009


  • Les présentations des éditeurs : 04/09/2009

Flirter avec la mort pour distraire de riches parieurs. Telle est la situation d'un homme que la détresse condamne à jouer à la roulette russe. Mais le sort le protège et son destin bascule. Pour résister à la folie qui le gagne, il lui faut remonter le cours de sa vie et se risquer à aimer l'inaccessible Loula. Cela ne suffit pas : il lui reste à s'assurer que les miracles existent.

Dans ce roman qui prend la forme d'un cri, Alain Monnier continue l'exploration des marges. Une immersion troublante dans le monde ordinaire.

Alain Monnier est l'auteur de sept ouvrages parus chez Climats et de deux romans, Givrée (2006) et Notre seconde vie (2007) chez Flammarion.



  • La revue de presse Benoît Duteurtre - Le Figaro du 15 octobre 2009

On connaissait déjà Alain Monnier en tant qu'écrivain qui jette sur son époque un regard aigu, plein de scepticisme et d'ironie. On le savait capable de glisser du réalisme contemporain aux fantaisies de l'imagination. Dans son nouveau roman, Je vous raconterai, Monnier ne montre pas seulement sa faculté d'aborder un registre complètement différent, proche du roman noir. Il nous tient en haleine par l'une de ces histoires au déroulement presque mathématique qui semblent exister avant même d'être écrites...
Outre l'art de raconter, avec autant d'efficacité que de naturel, l'auteur nous convie à une réflexion sur la fragilité des choses.


  • La revue de presse Aude Lancelin - Le Nouvel Observateur du 3 septembre 2009

Où l'on voit un paumé renaître grâce au succès. Le mythique «Dahlia noir», d'Ellroy n'est pas loin. Envoûtant...
Passé maître dans l'art du roman d'anticipation avec «Survivance» et «Notre seconde vie», fictions des années 2000 à redécouvrir d'urgence, Monnier démontre ici une variété de registres dont on ne voit guère d'équivalent dans le roman français. Il le fait dans un style limpide, sans cabotinage morbide, étonnant mélange de fausse naïveté et de connaissance intime de la «méchanceté indolente, sûre d'elle, qui ne se reconnaît même pas quand on lui tend un miroir». La leçon de l'allégorie, car il y en a une, c'est de se comporter comme si tout était possible. Ne pas craindre d'aller provoquer les limites obscures. S'arracher coûte que coûte au grand cauchemar sécurisé, où la paix s'achète au prix de la vie elle-même. On n'en dira pas plus. Et cela même si, on s'en rend compte, «Je vous raconterai» est comme tous les grands romans. Indifférent au fait que l'on dissipe ou non sa fin.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia