Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'Inde en héritage

Couverture du livre L'Inde en héritage

Auteur : Abha Dawesar

Traducteur : Laurence Videloup

Date de saisie : 10/12/2009

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Ed. Héloïse d'Ormesson, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-35087-121-9

GENCOD : 9782350871219

Sorti le : 20/08/2009

Quel roman que signe ici Abha Dawesar ! Brillant et vertigineux, ce livre dépeint une pléiade de personnages, une capitale mondiale, des quartiers et des banlieues, sans jamais les nommer : L'Inde bien évidemment.
A la manière d'une grande parabole, l'auteur nous rappelle que la corruption du pouvoir reste avant tout une maladie endémique.
Le tout par le regard d'un enfant, qui ausculte tout un pays à travers le poids des traditions et la complexité des relations familiales : rivalité, jalousie et haine certes - Mais aussi et surtout l'amour et la grâce - Un roman puissant, dans une prose épurée mais aussi acérée et d'une sincérité implacable, ce texte est aussi un brûlot envers son pays... Excellent !


  • Les présentations des éditeurs : 03/10/2009

De sa chambre, coincée entre les cabinets de ses parents médecins, avec les microbes et les bactéries pour compagnons de jeux, un petit garçon ausculte son entourage.
Observateur discret, il capte l'imposture ambiante, perçoit la violence qui vérole le système. Ses oncles et tantes cupides qui complotent pour détourner l'héritage du grand-père constituent ses sujets d'étude. Puis la télévision lui offre le spectacle de l'avidité des puissants. Ici, on vole un rein, là on occulte un virus. Quand on assassine Miss Shampoing, pin-up qui affole les populations, le gamin noircit encore le diagnostic.
Ainsi, par cercles concentriques, Abha Dawesar expose une société gangrenée. A travers les mésaventures d'une famille, son roman nous conduit au coeur d'un pays écartelé entre démocratie et barbarie.

Née en 1974 en Inde, Abha Dawesar est diplômée d'Harvard. Nouvelle égérie de la scène littéraire internationale, élue personnalité de l'année par India Today et Time Out, elle est l'auteur du très remarqué Babyji. Elle vit aujourd'hui entre Delhi, New York et Paris. Malgré sa fibre subversive, le présent roman, best-seller en Inde, a été salué par une critique unanime.



  • La revue de presse Astrid Eliard - Le Figaro du 10 décembre 2009

À travers les yeux de ce petit souffreteux, Dawesar nous donne à lire les maux de l'Inde contemporaine. La famille en est le premier fléau. Celle de l'enfant n'attend qu'une chose : la mort du grand-père, pour hériter. Bien sûr, avant que le vieux casse sa pipe, il faudra marier Cousine. La pauvre a de la moustache, et personne n'en veut, pas même pour un mariage arrangé. Et que dire des frasques de Camé Raté, l'aîné des cousins, qui a été mis à la porte de sa cure de désintoxication ?...
Dawesar nous parle de la corruption, du crime - on tombe sur une sordide affaire de trafics d'organes et sur l'assassinat de Miss Shampooing - avec le calme apparent d'un médecin qui ne veut pas affoler son patient, mais n'épargne cependant aucun détail. Le diagnostic est implacable. Alors, tous pourris ? Abha Dawesar préfère en rire.


  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 2 octobre 2009

Le tour de force stylistique d'Abha Dawesar, née en 1974, auteur à succès de Babyji (Ed. Héloïse d'Ormesson, 2007), tient à ce personnage d'enfant hébété écrit à la troisième personne, sur un rythme métronomique parfait et effrayant. La violence de ce qui l'entoure, coupante et glacée, imprègne une langue sobre et simple, pénètre le lecteur comme une lame...
Ces êtres très évidemment de papier, on ne les regrettera pas. Bien au contraire. Avec plus de chair et de sang, ils auraient été écoeurants d'humanité. Faux à force de souffrance, de drame et de dégringolades diverses. Il y a beaucoup de romans indiens ou de romans sur l'Inde qui les accueilleraient sans hésiter, avec délectation. L'intelligence d'Abha Dawesar, c'est de s'interroger sur son récit et sur son livre. De mettre à nu les mécanismes rouillés et grinçants d'une société et d'une famille, mais aussi ceux du roman. C'est à ce prix qu'on ne trompe personne. Il faut dire que l'intrigue repose déjà sur la manipulation des uns par les autres : il n'était pas besoin d'en rajouter.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia