Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Lark et Termite

Couverture du livre Lark et Termite

Auteur : Jayne Anne Phillips

Traducteur : Marc Amfreville

Date de saisie : 22/10/2009

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Bourgois, Paris, France

Prix : 26.00 €

ISBN : 978-2-267-02047-2

GENCOD : 9782267020472

Sorti le : 28/08/2009

1950, Corée du Sud ; 1959, Virginie occidentale. Deux époques. Quatre personnages. Quatre voix. Il y a Leavitt, le soldat qui agonise au front parmi une foule de réfugiés coréens. Sa fille, Lark, une jeune femme généreuse et courageuse qui s'occupe à plein temps et avec patience de son petit frère, Termite, handicapé moteur, mental, et presque aveugle. Tous deux ont été adoptés par leur tante, Nonnie, femme forte, aimante avec une histoire hors du commun pour une femme américaine des années 50. Avec des parcours, des histoires pareilles, on pourrait s'attendre à quelques chose de larmoyant. Hors Jayne Anne Phillips nous offre ici un roman très poétique, où chaque sens a une voix propre, parfois dur, parfois tendre, magnifique. "Taillé comme un diamant, avec la même authenticité abrupte et des éclairs de lumière" d'après Alice Munro, je ne peux qu'être d'accord avec elle !


Difficile de résumer un tel livre sans piétiner sa complexe et subtile mosaïque où deux époques et quatre voix s'interpénètrent. La voix de Robert Leavitt d'abord, caporal de l'armée américaine chargé de soustraire à la menace des troupes du Nord les populations civiles du sud de la Corée. Accidentellement pris pour cible par ses propres compatriotes, il se terre, blessé, dans un tunnel, et y vit ses derniers instants. La voix de Termite ensuite, neuf ans plus tard, le fils que Robert n'a jamais connu : mais s'agit-il d'une voix ou d'un flux de conscience ? Termite est un petit garçon autiste, handicapé moteur, ce qui ne l'empêche pas d'avoir une vie intérieure - en tout cas c'est la conviction de sa demi-soeur Lark - et d'éprouver une étrange fascination pour un tunnel ferroviaire qui passe près de chez lui, en Virginie-Occidentale. Et puis la voix de Lark, justement, cette lumineuse adolescente qui consacre sa vie au jeune handicapé, et parle comme on chante ; en anglais, Lark signifie alouette. La voix de Nonie, enfin, la tante qui a élevé Lark et Termite, aide le lecteur à démêler l'inextricable drame de leur famille, tandis que se dessine en creux le portrait de la grande absente : Lola, la mère des deux enfants, qui les a abandonnés tour à tour.

Jane Anne Phillips maintient miraculeusement l'équilibre entre drame psychologique, réalisme social (à travers le portrait convaincant d'une petite communauté de l'Amérique profonde), et onirisme. Sa réussite doit beaucoup au chatoyant personnage de Lark dont l'inspiration poétique et le dévouement fraternel font penser à une icône religieuse, sans toutefois oblitérer sa sensualité adolescente. Quand à Termite, qui semble enfermé dans son propre mystère, il n'en est pas moins le déchiffreur de tout un jeu de correspondances qui unissent passé et présent, morts et vivants, Corée et Virginie-Occidentale. Ce beau roman aux accents parfois faulknériens culmine avec une scène d'inondation mémorable, presque biblique. Une grande réussite.


  • Les présentations des éditeurs : 16/12/2009

Juillet 1950, Corée du Sud ; 1959, Virginie occidentale : quelques dizaines de milliers de kilomètres et neuf ans séparent les deux temps de ce récit à quatre voix. S'y succèdent celle du soldat Leavitt, à l'agonie au fond d'un tunnel après le «malencontreux» pilonnage par les Américains d'une colonne de réfugiés alliés qu'il encadrait ; celle de Nonie, sa belle-soeur, une femme solide et généreuse qui a élevé sa nièce et son neveu après la disparition de leur mère ; celle de Lark, une adolescente courageuse qui ne se résoudra jamais à laisser partir son jeune frère, Termite, handicapé mental et moteur, pour une institution spécialisée ; celle de Termite, enfin, qui relève plus d'une musique intérieure : presque aveugle, il fait preuve d'une sensibilité hors du commun, attentif au moindre bruissement.
La tempête qui se déchaîne sur la paisible bourgade fait écho au déluge de mitraille qui s'abattit sur l'Extrême Orient. Tous les mystères s'évanouissent à l'instant même où ils commencent à planer : paternités, filiations, secrets des solitudes et des existences aliénées.
C'est la puissance délicate d'une écriture tout en réverbérations et en frémissements que de réussir à ravauder le tissu déchiré de correspondances entre sensations tactiles, sonorités et couleurs. Traversé de résonances chimériques qui vont bien au-delà de la chronique entreprise, Lark et Termite suggère tout un univers inattendu de fluctuations entre ici et là, hier et aujourd'hui. Répondant à l'entrelacs de terre et d'eau provoqué par l'inondation, le tangible cède le pas à la magie en un lieu où s'abolit la frontière entre père et fils, animaux et humains, passé et avenir, vivants et disparus.

Jayne Anne Phillips est née en 1952 en Virginie. Elle publié son premier recueil de nouvelles, Black Tickets, en 1979, et son premier roman, Machine Dreams, en 1984. Dès ses débuts, elle est remarquée par Nadine Gordimer et saluée par la critique. Jayne Anne Phillips a enseigné à Harvard, au Williams College ainsi qu'à la Boston University. Elle enseigne actuellement à l'université d'Etat du New Jersey.

«Ce roman est taillé comme un diamant, avec la même authenticité vive et des éclairs de lumière.» (Alice Munro)

«Lark et Termite est un livre extraordinaire et lumineux. C'est une surprenante prouesse de l'imagination.» (Junot Diaz)



  • La revue de presse Christophe Mercier - Le Figaro du 22 octobre 2009

Cinq voix racontent une famille américaine sur fond de guerre de Corée...
Le livre s'ouvre sur une scène de la guerre de Corée : le caporal Robert Leavitt, vingt ans, de la 24e division d'infanterie, accompagne une colonne de réfugiés nord-coréens, le 26 juillet 1950. La colonne sera bombardée par erreur par l'aviation américaine. Tout en avançant, il se remémore sa vie d'avant : son mariage avec Lola ; leur bébé qui va naître ; la fillette d'une dizaine d'années que Lola a eue d'un autre homme, et qui est élevée par sa tante...
Le roman de Jayne Anne Phillips est à la fois très tendre, et souvent violent. Lola n'est presque jamais évoquée, mais son ombre plane sur l'existence de sa famille, et il faudra une catastrophe, une inondation qui ravage la petite ville, pour que Lark, enfin, apprenne l'histoire de sa mère, et l'identité de son père. Lark et Termite est aussi, à sa façon, un roman d'éducation.


  • La revue de presse Fabienne Pascaud - Télérama du 1er octobre 2009

Roman d'échos et d'infinies correspondances entre le monde, l'Histoire et les hommes, le passé et le présent, l'énigme et le révélé, les vivants et les morts, Lark et Termite est encore une formidable saga familiale, hantée par l'irrésistible fantôme de la mère défunte. Une saga moite et sublime dont les membres sont attachés par des liens indicibles et miraculeux, où la générosité triomphe mystérieusement de la haine, de la chute, de l'absurde. C'est que les personnages de Jayne Anne Phillips ne connaissent ni l'angoisse, ni la peur. Leur soif de vivre est trop forte. Tellurique, véné­neuse et innocente à la fois.


  • La revue de presse Geneviève Welcomme - La Croix du 9 septembre 2009

Un roman polyphonique, prodigieux et subtil qui évoque une famille américaine détruite par la guerre de Corée dans les années 1950...
Incroyable talent d'écrivain qui trouve le chemin étroit et subtil pour rejoindre les hauteurs spirituelles des âmes pures, là où la communication semble fusion instantanée des pensées. Grâce d'une écriture où la compassion ignore la mièvrerie mais traduit, dans des passages d'une beauté déchirante, la violence des émotions, de l'amour, de la vie. La réussite du roman repose également sur le dialogue des cinq récits - Lark, Termite, Lola, Robert Leavitt et la tante Nonie. Les échos fructueux qu'ils offrent au lecteur lui permettent d'établir une relation intime avec une oeuvre aussi dense et profonde.


  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 28 août 2009

S'il est impossible de résumer ce roman riche et subtil, si prompt à redéfinir les contours de sa narration, on peut choisir de parler d'abord du titre - en guise d'introduction à deux des principaux personnages : une grande soeur et un petit frère, Lark et Termite. En français, Lark porte le nom d'un oiseau, l'alouette, et Termite est un termite, ce qui n'est pas sans incidences. En effet, ce dernier, enfant autiste, muet, handicapé et presque aveugle, est condamné à rester entre les quatre murs de sa conscience mystérieuse, sous la surveillance amoureuse de sa soeur, dont la voix et la beauté comptent pour deux. A sa manière, ce texte est le chant de Lark, le chant de l'alouette...
Dans une écriture que l'on croirait intime, mais qui ne l'est pas - elle est totale, libre -, Jayne Anne Phillips ne se contente pas de la superposition des amours ou des voix. Elle accumule également les catastrophes (toutes provoquées plus ou moins directement par l'homme) dans un fracas qui est tout aussi ferroviaire (le tunnel) que biblique (le déluge, la guerre). Et ce texte qui était tout entier contenu dans le théâtre tragique de ses personnages déborde, échappe à Lark, au caporal Leavitt, à Lola et à sa soeur Nonie qui a recueilli les deux enfants...
Dans le fracas de ces voix, de la guerre, des trains et des catastrophes, on criera à l'oeuvre d'art, sans pudeur. Il y a du Faulkner, du Woolf et du Kerouac dans ce livre-là. Il y a surtout du Jayne Anne Phillips - une référence supplémentaire à laquelle il faudra se faire.


  • Les courts extraits de livres : 16/12/2009

Province du Chungcheong du Nord, Corée du Sud
26 juillet 1950

Caporal Robert Leavitt
24e division d'infanterie

Il avait été envoyé au Japon occupé en décembre 1949, même si la graine du futur bébé qu'il avait plantée se développait en secret dans le sexe de Lola, un corps étranger de la taille d'un coccyx. Tu veux m'épouser ? Et tu comptes dire à ta mère qui tu as l'intention d'épouser ? Sa mère n'aurait aucune objection, lui avait-il expliqué, elle était morte, il voulait justement une femme qui avait roulé sa bosse, c'est elle qu'il voulait, il l'avait trouvée, pas question de la laisser échapper, jamais il ne la quitterait, enfin pas vraiment, est-ce qu'elle l'entendait ? Je t'entends, je ne fais même que ça. Ah ! vous dirai-je, maman ? Je veux être ton petit. Elle t'a abandonné trop tôt, pas vrai ? Et moi, j'ai hérité de toi. Pourtant, il est loin de Lola aujourd'hui, loin depuis plusieurs mois. Le bébé est lové en elle, bien à l'abri, intouchable et coupé du monde.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia