Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Cadence

Couverture du livre Cadence

Auteur : Stéphane Velut

Date de saisie : 22/10/2009

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Bourgois, Paris, France

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-267-02046-5

GENCOD : 9782267020465

Sorti le : 20/08/2009

Il y a des livres qui vous attaquent aussi sûrement qu'une bête. Ils sont rares, en tenir un entre les mains reste un événement. Les commencer est un plaisir, en sortir un arrachement. Cadence en fait partie.

Stéphane Velut livre le journal fictif, on préfère le croire, d'un artiste peintre. Berlin, 1933. A l'arrivée de Hitler au pouvoir, un peintre misanthrope n'a pas fuit l'Allemagne par désintérêt, ni sympathisant ni opposant. Les autorités lui commandent une oeuvre officielle, le portrait majestueux de la beauté et la force d'une Allemagne nouvelle, le tableau d'une petite fille blonde. Il se cloître avec son modèle dans un meublé.

Certes, il travaille pour un gouvernement pointilleux qui le harcèle par petits chefs interposés. Mais, grâce à eux, il va réaliser son oeuvre la plus poussée, son enfant. Avec l'aide d'un ami de longue date et d'une logeuse conciliante, il créera une oeuvre perverse. Le lecteur en est témoin, impuissant mais toujours tenté par la fascination pour l'imagination humaine, conscient de prendre part à une monstruosité et cachant le plaisir que l'on peut y prendre. Aux scènes étouffantes de huis-clos entre le peintre et la fillette s'entremêlent des extérieurs sur les trottoirs enneigés de Berlin.

S'affranchissant d'une période historique devenue référence littéraire, l'auteur modèle la brusquerie militaire et la violence des harangues du führer avec une précision mécanique. Il nous laisse contempler une ville et ses habitants en plaine métamorphose, une ville lourde des prémisses du IIIe Reich. Entre la torture de la petite fille et l'avènement du régime meurtrier, le lecteur n'a pas de place pour se cacher. Il assiste au malheur de l'enfant comme au stupéfiant changement de la capitale. Le lecteur croit trouver le repos lors des visites de Dora, femme belle et mystérieuse. Mais in n'en est rien.

Un livre qui bouscule et ne laisse rien en paix. Dérangeant.


  • Les présentations des éditeurs : 12/12/2009

«J'habite Betrachtungstrasse. Au 18 précisément. J'y suis depuis un an. Cette nuit est ma dernière ici, je vais quitter ce lieu et je suis affligé. Je suis affligé parce que tout ici me ressemblait - on me dit peu accueillant. C'était ma tanière, mon trou, mon chantier.»

Munich, 1933. Un peintre, chargé d'exécuter le portrait d'une enfant louant l'avenir radieux de la nouvelle Allemagne, se cloître en compagnie de son modèle. Mais c'est tout autre chose qu'il fait de sa jeune pensionnaire et qu'il déploie comme un cérémonial au fil de son récit. Car ce sont ses carnets que l'on lit ; le narrateur y prend son lecteur à témoin. On hésitera à discerner dans cet étrange huis clos le jeu du rite ou de la soumission.

Stéphane Velut est né en 1957. Il vit et travaille en Touraine. Il exerce la neurochirurgie et enseigne l'anatomie ; voilà pour le quotidien. Hormis ses travaux scientifiques portant essentiellement sur le cerveau, il a publié un essai de philosophie et donne régulièrement des conférences de sciences humaines. Il affectionne la lettre K, les villes désertes le dimanche, les paysages de neige. Et il écrit la nuit. Cadence est son premier roman.



  • La revue de presse Michel Abescat - Télérama du 21 octobre 2009

Stéphane Velut, neurochirurgien et professeur d'anatomie, livre là un premier roman exceptionnel. Multipliant les références, exhibant ses influences, Kafka évidemment, Dostoïevski, Hans Bellmer, David Cronenberg, son texte ouvre sur mille interprétations, l'allégorie politique et historique étant la plus évidente. Mais c'est la trajectoire d'un homme qui se nourrit et jouit de sa propre perversité qui fascine le plus. Implacablement, le narrateur de cette étrange histoire pousse le lecteur à regarder, au-delà des références morales, tout ce qui grouille sous sa peau.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 10 septembre 2009

On laissera le lecteur deviner comment. Le roman, qu'on pensait s'embarquer vers les clichés domination-soumission, évite le piège, et bascule dans un autre univers. L'esprit de narrateur devient alors un théâtre fantastique où la métamorphose ne frappe pas qui l'on croirait. Fantasme ou réalité, tous les rêves de l'artiste finissent en cauchemar. Abolir la distinction entre le monde et sa représentation, violer la frontière qui fonde l'art conduit à la catastrophe, comme se vouloir l'auteur d'un peuple, et le chantre d'une impossible pureté. Échec des démiurges, que laisse prévoir dès le début une citation ironique de Pinocchio...
Plus qu'une fable dont on pourrait sortir en tirant une morale rassurante, il conçoit, avec une grande économie de moyens, un roman qui sidère son lecteur, en douceur. Et les questions qu'il instille en son esprit sont de celles qu'on n'examine pas de soi-même. Beau résultat pour un premier roman.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia