Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'homme qui ne savait pas dire non

Couverture du livre L'homme qui ne savait pas dire non

Auteur : Serge Joncour

Date de saisie : 13/11/2009

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Flammarion, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-08-120093-7

GENCOD : 9782081200937

Sorti le : 17/08/2009

Beaujour ne peut plus dire «non». Il a beau essayer, «le mot ne vient pas, il lui reste sur la langue comme un noyau de cerise, un chewing-gum qui refuse de buller». Pas facile de vivre sans dire non. Il accepte donc plusieurs invitations à déjeuner le même jour, après avoir bu moult cafés proposés par ses collègues de bureau et se retrouve même à poser du carrelage chez un collègue de bureau ? Serge Joncour - l'auteur des savoureux «Vu», «U.V.», «Combien de fois je t'aime» - s'en donne à plume-joie. Essayez donc de passer une journée sans rien refuser !
Mais là où cette histoire prend tout son sel c'est lorsque l'on apprend que Beaujour travaille dans un institut de sondages...
«- Parmi ces trois propositions laquelle correspond le mieux à votre opinion ? Oui, ou Ne sait pas ?
- Oui ou Ne sait pas ?
- Exact.
- Mais ça n'en fait que deux !
- Alors votre réponse ?»
Beaujour obtient des résultats formidables - 95% des Français sont pour le travail le dimanche, un résultat inespéré ! ? que sa direction apprécie vivement : «Votre méthodologie très personnelle dans le domaine des questionnaires, eh bien ça mériterait presque d'être déposé sous forme de brevet, la Méthode Beaujour, ça sonnerait bien.» Beaujour s'est inscrit dans un atelier d'écriture qui vise à retrouver l'usage des mots perdus. L'animateur de cet atelier où l'on «apprend à broder des textes pour faire parler les mots» a coutume de dire : «Le passé est à chacun ce que le brouillard est à l'accident ; responsable de rien mais cause de tout cependant».
Ces «broderies» de «L'ouvroir des mots perdus» qui remontent le temps jusqu'au mot originel, s'intercalent à la narration.
Cela fait au total un ensemble drôle, cocasse très critique des excès de la société contemporaine.


Laurence Pierre - 09/11/2009


  • Les présentations des éditeurs : 11/11/2009

«Parfois le soir, seul devant la glace, il avance ses lèvres pour dire le mot, il les rassemble comme pour une moue ou un demi-baiser, il tend la bouche vers l'avant et cale les incisives pour souffler la décisive consonne, mais là, le mot ne vient pas, il lui reste sur la langue comme un noyau de cerise, un chewing-gum qui refuserait de buller.»
On n'imagine pas l'embarras de ne plus pouvoir prononcer ce simple mot : non. C'est pourtant ce qui arrive à Beaujour, employé modèle dans un institut de sondage. Grâce à un atelier d'écriture, il part à la recherche du mot perdu, quitte à remonter toute l'histoire.
Avec la sensibilité qu'on lui connaît, Serge Joncour multiplie les scènes cocasses et compose un véritable roman des origines.

Serge Joncour est l'auteur de sept livres, parmi lesquels UV (Prix France Télévision 2003), L'Idole (Flammarion, 2005), Combien de fois je t'aime (Flammarion, 2008). Ses romans sont traduits en quinze langues. Il collabore à l'émission «Les Papous dans la tête» sur France Culture.



  • La revue de presse Thierry Clermont - Le Figaro du 5 novembre 2009

Membre de l'Oulipo, club de lettrés goguenards, bambocheurs de mots qui s'imposent des contraintes de forme, complice de la radiophonique «Des Papous dans la tête», Serge Joncour a relevé un nouveau défi littéraire. Voici l'histoire d'un homme incapable de dire non, pris dans l'impossibilité du refus, du renoncement et de la désapprobation. Un récit aux parfums de conte et que n'aurait pas désavoué Italo Calvino...
Comme dans Combien de fois je t'aime, Joncour nous livre son regard d'une belle acuité, mélangeant les tonalités (tour à tour grave, léger, tonitruant, acerbe, cocasse, poétique...). Une façon de rappeler l'exhortation de Baudelaire : le droit pour chacun de partir et de dire non !


  • La revue de presse Jean-Louis Ezine - Le Nouvel Observateur du 1er octobre 2009

«L'homme qui ne savait pas dire non» est physiquement et mentalement incapable de prononcer l'adverbe de négation. Tout à fait le genre de gars, se dit le lecteur in petto, qu'on va retrouver posant du carrelage le week-end chez un collègue de bureau. Le con (et c'est bien ce qui arrivera, vous verrez)....
La gloire de Beaujour irradie bientôt jusque dans les ateliers d'écriture. Et celle de Joncour est de nous livrer un conte philosophique ravageur, sardonique et d'une constante drôlerie, un coup de balai voltairien sur notre époque de béni- oui-oui. L'homme endormi de Perec, qui s'exerçait à l'indifférence, avait déjà observé : «Quelle merveilleuse invention que l'homme ! Il peut souffler dans ses mains pour les ré chauffer et souffler sur sa soupe pour la refroidir.» Joncour, lui, souffle le chaud et le froid sur la société de toutes les hypocrisies : qui dirait non à pareil roman ?


  • La revue de presse Christine Ferniot - Lire, septembre 2009

Serge Joncour ne se contente pas de rédiger une petite fable souriante dont le héros serait un pauvre type, il plonge dans l'histoire des hommes, dans l'évolution des espèces depuis le cri primal, tel un ethnologue fougueux et inspiré. A travers cette maladie du langage, il se met à dénoncer une société de l'acquiescement, un univers où chacun doit avoir l'air heureux, satisfait, en pleine forme pour mieux oublier la mort...
Dans ce nouveau texte, il est à la fois déchirant et mutin, incisif et morbide, jusqu'à la dernière ligne, ultime pirouette, aussi dérisoire que son antihéros et - finalement - tragique.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia