Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Rébétiko : (la mauvaise herbe)

Couverture du livre Rébétiko : (la mauvaise herbe)

Auteur : David Prudhomme

Date de saisie : 14/01/2010

Genre : Bandes dessinées

Editeur : Futuropolis, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 978-2-7548-0191-1

GENCOD : 9782754801911

Sorti le : 08/10/2009

Athènes, 1936.
Chroniques quotidiennes de "mauvais garçons", mauvais comme l'herbe qu'ils fument quand ils trouvent refuge dans des arrière-salles de cafés pour pratiquer le rébétiko, ce blues grec qu'on leur interdit de jouer.
A peine le livre ouvert, on tombe sous le charme du dessin de David Prudhomme. Poétique et rude.
Cet album existe également en édition de luxe.


C'est dans les bas-fonds du Pyrée des années 30 que nous entraîne David prudhomme, là où résonne le rébétiko, cette musique populaire, sociale, contestataire née au XIXe siècle qui chante la douleur de l'exil, la mélancolie, les nuits de débauche et les femmes. Du blues mâtiné aux accents des bouzoukis et des baglamas, joué par des marginaux déracinés, frères d'infortune : les rebètes. Mais sous la dictature du général Metaxas ces traines savates chantants dérangeaient.
Un album magistral.
Et n'en déplaise aux dictateurs rabats joies mais on y goûte avec délice au charme vénéneux de ces cloaques malfamés, on s'y étourdit, on s'y enivre à l'envie en compagnie de ces maestri, ces canailles virtuoses, charmeurs, buveurs, fumeurs de haschich, voyous libertaires avides de tous les plaisirs, des artistes prêts à se damner (et nous avec) pour quelques cordes pincées sur un bouzouki... et ce jusqu'au bout de la nuit.


Laurence Pierre - 09/11/2009


  • Les présentations des éditeurs : 11/11/2009

En préambule

Je ne suis pas grec, encore moins musicien, il y a quelque temps déjà que je n'ai pas fumé.
Mais depuis que j'ai découvert cette musique nommée Rébétiko, son univers et l'esprit libertaire qui l'irrigue m'ont happé.
D'abord je fus intrigué par le milieu où le Rébétiko s'est développé, dans les quartiers mal famés, les prisons, les fumeries de haschich des ports du Pirée, de Thessalonique, d'Athènes.
Puis je fus conquis par les personnalités des musiciens, les rébètes, des marginaux, frères d'infortune et d'exil.
Déracinés de Turquie et des îles grecques survivant dans les bidonvilles aux portes des grandes cités.
Né dans la Grèce des années 20, le Rébétiko est comparable dans ses thèmes au tango, au fado.
On le nomme parfois le blues grec.
On le danse de manière hypnotique, yeux fermés.
Le danseur se lève, comme appelé, il tourne lentement sur lui-même, suivant chaque inflexion de la mélodie.
On entend dans cette musique un lien puissant entre l'Orient et l'Occident.
On y entend la douleur de l'exil, le romantisme des ports, l'errance de noctambules, leurs amours miséreuses. L'échec et l'humour.
À l'aube de cette musique, le public et les musiciens étaient frères... Cette rugosité chantée entre parias, au coeur des bas-fonds, dérangeait...
Va comprendre...
En 1936, un dictateur nationaliste, Métaxas, prit le pouvoir à Athènes et décida que ces marginaux chantants devaient être mâtés...



  • La revue de presse Laure Garcia - Le Nouvel Observateur du 24 décembre 2009

Dans cette errance nocturne, qui sent le haschisch et l'alcool, l'auteur décrit les bouges athéniens où chantaient illégalement les réfugiés grecs de Smyrne ou d'Istanbul dans un style à la fois oriental et occidental. Le rébétiko sera finalement normalisé, comme le flamenco par Franco. Quel beau livre !


  • La revue de presse Jean-Claude Loiseau - Télérama du 11 novembre 2009

La dimension documentaire est passionnante. Mais ce qui est réellement exceptionnel, c'est l'art avec lequel David Prudhomme fait le plein d'émo­tions, de sensations et d'incessantes petites surprises dans une histoire qui en est à peine une...
De bout en bout, le dessin joint littéralement le geste à la pa­role : c'est de la vie en mouvement, en perpétuel (dés)équi­libre, changeante comme la lumière, dansante, d'une énergie euphorisante. Avec Prudhomme, la musique n'a pas qu'une âme, elle s'incarne dans les pleins et les déliés des corps qu'elle habite au sens le plus fort du terme. Rébétiko est son chef-d'oeuvre.


  • La revue de presse Yves-Marie Labé - Le Monde du 6 novembre 2009

Littéralement envoûté par cette musique, cousine du tango et du fado, David Prudhomme en a tiré un album magistral et émouvant, Rébétiko (La Mauvaise Herbe)...
Mais, surtout, au gré d'un trait qui louvoie entre néoréalisme et expressionnisme, dans un univers de splendides coloris bistre, ocre, rouges et noirs que cisaille parfois le bleu nuit d'un décor portuaire, David Prudhomme fait écouter et sentir la musique jouée par ces rébétes, archanges aux mains sales, défoncés et misérables, dont les paroles empreintes de bonheur triste s'inspirent de la journée écoulée - bagarres inutiles, étreintes fugaces et terrasses alcoolisées...
Rébétiko a reçu le prix Coup de coeur, l'un des deux trophées du récent Festival BD Quai des bulles, à Saint-Malo.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia