Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La mer noire

Couverture du livre La mer noire

Auteur : Kéthévane Davrichewy

Date de saisie : 08/04/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Sabine Wespieser éditeur, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 9782848050782

GENCOD : 9782848050782

Sorti le : 05/01/2010

Tamouna, désormais une vieille dame, relate ses souvenirs.
C'est un va et vient entre présent et passé. Nous naviguons entre la Géorgie du début du 20e siècle, le Paris du début de l'exil, et le Paris plus contemporain ; entre souvenirs d'enfance et l'attente de l'ultime et dernière rencontre entre Tamouna et Tamaz, l'amour de ses quinze ans, et de toute sa vie.
C'est un roman plein de sensibilité, de poésie, foisonnant de personnages, entre déracinement et révolte.
C'est le roman d'une vie, d'une vie traversée par la grande Histoire, d'une vie qui aurait pu être autrement si les circonstances avaient été autres, d'une vie qui passe malgré tout.
C'est un roman qui nous touche au plus profond, plein d'atmosphère, d'un charme indéniable, une histoire qui nous accompagne pendant la lecture et après.
Un livre qu'on n'oublie pas.


Géorgienne exilée à Paris depuis 75 ans, Tamouna s'apprête à fêter ses 90 ans en famille. Mais surtout elle attend Tamaz, un amour de jeunesse, l'amour de sa vie. Chaque heure qui passe, tout au long de cette journée presque ordinaire, est l'occasion pour la vieille femme de se souvenir : du premier baiser échangé avec l'adolescent dans un port de la Mer Noire ; du grand départ pour la France au lendemain de la Première Guerre mondiale ; de cette fuite devant les Bolcheviks qui provoqua la rupture avec ses grands-parents et plus tard avec son père, rentré au pays dans la résistance et disparu à jamais.
La grande force de ce récit est de restituer le quotidien d'une communauté d'exilés suspendue au temps d'un impossible retour. Ce qui fait qu'au début on ne s'installe pas vraiment dans sa nouvelle vie parce qu'on attend de pouvoir rentrer au pays. Sauf que le retour, sans cesse différé, n'est possible finalement qu'à la troisième génération. Le pouvoir des mots est là : dans ce glissement progressif du déracinement à l'enracinement. De la terre des grands-parents à celle des arrière-petits-enfants il y a l'épaisseur d'une vie, une vie dans l'entre-deux, destin commun à tous les exilés.
De l'existence apaisée de la vieille femme, Kéthévane Davrichewy restitue la lenteur, l'intériorité et la sagesse. Tamouna ne renonce pas, elle accepte ce qui désormais est : sa vie en France, son amour manqué pour Tamaz, les trop tard qui se sont peu à peu comblés autrement. Retourner en Géorgie aujourd'hui ? Pourquoi faire ? Du tourisme ? Au soir de sa vie Tamouna regarde sa vie comme un peintre le tableau achevé. Rien ne doit être corrigé, rien ne peut être retranché. La venue de Tamaz n'y changera rien, même si d'une certaine manière elle donne tout son sens à cette histoire sensible, en demi-teintes dans laquelle se reconnaitront nombre de Français toutes générations confondues, immigrés d'hier ou d'avant-hier ou issus à des degrés divers des colonies d'autrefois.

Extrait :
"Et Papa ? Tu penses à lui parfois ? Je ne réponds pas. Le silence finit par peser. Oui et non, en fait non, Bébia, Babou, Papa je les ai perdus, je voudrai y penser mais je n'y arrive pas, c'est comme un grand trou noir à l'intérieur et les jours passent et rien ne remplit ce trou."


  • Les présentations des éditeurs : 04/02/2010

LA MER NOIRE. En ce jour d'anniversaire, la première pensée de Tamouna est pour Tamaz. Cet homme, qu'elle a rencontré l'été de ses quinze ans à Batoumi et qu'au fil des années elle n'a cessé d'attendre, s'est annoncé à la fête qui se prépare.
Dans un demi-sommeil, la vieille dame se souvient de leurs amours timides et éblouies, très vite interrompues par le départ précipité de la famille, contrainte de fuir devant les bolcheviques. Tout aussi brutalement que de ses grands-parents et de son univers, la jeune fille a été coupée de son amour de jeunesse. Sa vie peu à peu s'est construite à Paris, parmi la communauté des exilés géorgiens. Quand Tamaz finit par reparaître, alors que les frontières du pays natal sont hermétiquement closes, leurs vies se sont dessinées autrement...
La longue journée pendant laquelle se déroule le roman est comme une métaphore de la vie de Tamouna : entourée des siens, de cette famille géorgienne qui a su garder vivaces les traditions et perpétuer un bonheur de vivre qui aurait dû être immuable, elle laisse libre cours à ses souvenirs. Dans une narration habilement tissée, l'image de la doyenne qu'elle est devenue se superpose à celle de la jeune fille exilée. Et c'est toute la force de ce roman que de peindre avec une remarquable élégance et sans le moindre pathos le portrait d'une femme toujours habitée par la joie et le désir malgré les deuils et les déchirements de l'histoire.

KÉTHÉVANE DAVRICHEWY est née à Paris en 1965 dans une famille géorgienne. Après avoir publié de nombreux ouvrages pour la jeunesse, et un premier roman en 2004 (Tout ira bien, Arléa), elle a puisé dans la mémoire familiale et l'expérience de l'exil vécue par ses grands-parents la matière de La Mer noire.



  • La revue de presse Astrid de Larminat - Le Figaro du 8 avril 2010

Le roman de Kéthévane Davrichewy, l'histoire d'une famille géorgienne réfugiée à Paris en 1918, est empreint d'une mélancolie langoureuse et délicate. L'auteur a recomposé l'histoire de sa grand-mère, fille d'un ministre de la toute jeune république de Géorgie qui, à peine libérée de la tutelle impériale russe, tomba sous la férule de l'URSS...
Il y a dans ce récit qui embrasse le temps à rebours un air du Temps retrouvé : les années ne passent qu'en apparence, chaque instant prend corps en celui qui le vit.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 3 février 2010

Auteur de nombreux livres pour la jeunesse, Kéthévane Davrichewy a le rêve par­tageur et la plume voyageuse...
Par son écriture, saccadée dans le présent, fluide dans le passé, puis l'inverse, Kéthévane Davrichewy atteint le bon vibrato. Celui des êtres qui laissent les émotions oxygéner la pensée, et la pensée dompter les émotions, pour trouver le juste rythme cardiaque. Alors, comme le dit la derniè­re phrase du livre, «sa respiration prend toute la place».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia