Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'absence d'oiseaux d'eau

Couverture du livre L'absence d'oiseaux d'eau

Auteur : Emmanuelle Pagano

Date de saisie : 26/02/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : POL, Paris, France

Collection : Fiction

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-84682-447-7

GENCOD : 9782846824477

Sorti le : 05/01/2010

Dans ce nouveau livre, Emmanuelle Pagano nous dévoile une histoire d'amour très intime dans laquelle la construction littéraire, sous forme épistolaire, mêle l'encre virtuelle du clavier d'ordinateur à celle, très sensuelle et poétique, du désir et de la jouissance.
La passion amoureuse naît, s'écrit, s'épanouit et se donne tant dans les mots que dans les caresses de l'amant, écrivain lui même. L'écriture se fait charnelle dans le moindre repli des corps, nous entraînant dans des flots sacrés, toujours entre les lignes.
La rupture, provoquée par le départ de l'autre, va noyer cet amour rivière, laissant sur la berge un galet de souffrance. Ses lettres se feront silence, nous ne les lirons pas. L'écrit, initialement prévu à deux voix, sera alors le monologue d'une passion vécue, submergée puis délitée par le manque et l'absence. Il fallait tout le talent d'Emmanuelle Pagano pour le dire.


Une idée à priori simple et sans danger aucun : deux écrivains décident - à l'initiative de l'un deux - d'écrire un roman d'amour épistolaire imaginaire ; pour devenir à la finale un échange à une voix.
Tout à l'air véridique, mais où commence la fiction et où finit la réalité ?
De la poésie, du charme, de la sensualité, des interrogations, des attentes, de l'espoir, de la souffrance...
Un bel éloge de la littérature, de l'imagination, ancré dans la vie.
Cela paraît dérisoire et presque inutile de commenter le nouveau livre d'Emmanuelle Paganno : il faut seulement se précipiter pour le lire.


  • Les présentations des éditeurs : 02/03/2010

Ce roman était à l'origine un échange de lettres avec un autre écrivain. Emmanuelle Pagano et lui se l'étaient représenté comme une oeuvre de fiction qu'ils construiraient chaque jour, à deux, et dans laquelle ils inventeraient qu'ils s'aimaient. Évidemment, ils ne savaient pas jusqu'où le pouvoir du roman les amènerait. Ils ne connaissaient pas la fin de l'histoire.

Il est sorti de sa vie brutalement, abandonnant ce texte en cours d'écriture.

En partant, il a repris ses lettres.

Il y a donc des vides, des ellipses cruelles dans ce roman, des ellipses dans lesquelles il faut imaginer ces lettres, qu'il publiera peut-être un jour, une autre fois, ailleurs, séparément. Ces ellipses sont un des éléments dramatiques important : par elles s'insinue le doute sur la réciprocité et puis la douleur du silence qui peu à peu s'installe.

Emmanuelle Pagano est née en septembre 1969 dans l'Aveyron.
Trois enfants nés en 1991, 1995 et 2003.
Le Tiroir à cheveux a reçu le Prix de la Télévision Suisse Romande (TSR) en 2005.
Les Adolescents Troglodytes a reçu le Prix Rhône-Alpes de l'adaptation cinématographique en 2009.
Les Mains Gamines a reçu le prix Wepler en 2008 ainsi que le Prix Rhône Alpes du Livre 2009.



  • La revue de presse Eric Loret - Libération du 25 février 2010

Comparé à ses aînés, l'Absence... est un livre plus persistant, tout en variations chromatiques et à coups de ronds dans l'eau. Son élément est le liquide, il pleut par toutes les pages, le corps de l'homme mouille extraordinairement : «Tu ne transpires pas : tu coules, c'est de l'eau, tu te recouvres d'eau et tu me recouvrais d'eau. C'est cet écoulement, et ta peau de soie, cette peau très blanche, une peau de lait, qui me faisaient dire que tu avais une peau de femme..."
Il n'est pas absolument sûr qu'Emmanuelle Pagano, fille d'un gendarme et d'une institutrice, ait jamais écrit autrement qu'en recouvrant, en cicatrisant, en incorporant. Par-delà les anecdotes (lire ci-contre) qui servent de nucléons au texte, c'est la nacre autour qui fascine, le travail de la langue...
La consubstantiation de l'homme et de la femme en un même corps est une des marques de l'oeuvre d'Emmanuelle Pagano, mère de trois enfants nés en 1991, 1995 et 2003. Elle a voulu, dit-elle, avec l'Absence..., former un personnage d'homme, quand il n'y avait que des femmes et des garçons dans ses autres textes : «La voix des hommes dans mes livres, je la prends depuis très peu de temps et c'est la tienne. C'est par la tienne que je commence cette réconciliation avec la parole des hommes.»


  • La revue de presse Baptiste Liger - Lire, février 2010

Ainsi, la narratrice confesse : "Tu es un homme d'eau, tu sais, l'homme le plus liquide et clair que j'aie connu [...]. Tu glisses, tu échappes. Toi, tu te déshydratais, tu perdais tout ton sucre, ton eau, tu me la donnais." Car L'absence d'oiseaux d'eau, c'est celle de l'être aimé, qu'elle n'arrive pas à détester, et dont on tente, durant près de trois cents pages, à reconstituer les mots. Trouvant un équilibre idéal entre la théorie et le récit d'une passion intime, Emmanuelle Pagano livre un texte émouvant et magnifiquement écrit sur le désir féminin, qui nous interroge au passage sur la nature de nos sentiments envers l'élu(e) de notre coeur. Ou son double de fiction.


  • La revue de presse Thierry Clermont - Le Figaro du 21 janvier 2010

On peut dire l'amour, le désir d'amour, ainsi ? L'écrire d'une seule voix, féminine, charnelle et si vivante, jusqu'au sang, alors que l'autre est tout ? Disons-le d'emblée, avec ce sixième roman, Emmanuelle Pagano est parvenue, avec maestria, à renouveler le roman d'amour, dans une histoire qui ne cesse de grandir, jusqu'à la fêlure. L'auteur a fait le choix, ô combien périlleux, du dialogue à une voix, omettant les missives adressées par l'amant...
La force aussi d'Emmanuelle Pagano, dans ce duo pour voix seule, c'est son écriture douce mais tendue, faite d'une musique difficile à transcrire ; comme une symphonie réduite pour un piano à quatre mains. Rien qu'une histoire d'amour. Quand l'amour n'est que tout, jusqu'à en absorber les marges de la vie. Le livre refermé, le livre relu, on voudrait entendre chuchoter cette voix de femme, ce son d'amour, nuitamment, les yeux clos, en rêvant de passions.


  • La revue de presse Robert Solé - Le Monde du 15 janvier 2010

Et si on essayait ? Si on essayait de s'envoyer des lettres d'amour qui deviendraient un roman ? Un homme et une femme, écrivains tous les deux, se sont lancés dans l'aventure. Et nous voilà, en fin de compte, avec un livre à une seule voix, celle d'Emmanuelle Pagano, à peine remise d'une rupture amoureuse, et qui s'en explique dès la première page : "Ce roman était à l'origine un échange de lettres avec un autre écrivain. Nous nous l'étions représenté comme une oeuvre de fiction que nous construisions chaque jour, à deux, et dans laquelle nous inventions que nous nous aimions. Nous ne savions pas jusqu'où le pouvoir du roman nous amènerait. Nous ne connaissions pas la fin de l'histoire. Il est sorti de ma vie brutalement, abandonnant ce texte en cours d'écriture. En partant, il a repris ses lettres... Ce roman épistolaire est loin d'être un demi-livre pour autant. L'une de ses forces réside justement dans l'absence de l'autre voix, présente en creux. On devine les mots, les élans, les hésitations de l'homme dont le nom n'est pas révélé et qui s'est laissé entraîner dans cette aventure...
Lettres d'amoureuse, folle du corps de l'autre, dont le lecteur découvre l'anatomie dans les moindres détails. Lettres impudiques, mais sauvées de la vulgarité ou de la banalité par une écriture magnifique...
"Elle ne peut plus faire l'amour avec lui que dans ce livre, en le relisant, en ajoutant des pages. Un livre un peu irréel, comme un paysage de carte postale : un lac silencieux, sans oiseaux d'eau. "Le moins réel de tous mes livres", constate, étonnée ou soulagée, Emmanuelle Pagano.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia