Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Cour nord

Couverture du livre Cour nord

Auteur : Antoine Choplin

Date de saisie : 16/03/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Rouergue, Arles, France

Collection : La Brune

Prix : 13.50 €

ISBN : 9782812600913

GENCOD : 9782812600913

Sorti le : 11/01/2010

Le Nord, une usine menacée de fermeture, des ouvriers en grève,... et un père et son fils ou plutôt un fils et son père, ils travaillent dans la même usine. Le père est militant syndical, le fils est fou de jazz et a monté un groupe avec des amis. Ils ne se comprennent pas, ils se parlent peu, entre les deux il y a la vie, les vies et surtout la mort de la femme - la mère.
Antoine Choplin raconte une usine, une ville qui meurt. C'est un livre qui sent la pluie, les nuages bas qui pèsent sur les destinés humaines, un livre qui raconte la mer à marée basse.

Extrait : "Quand tu venais t'asseoir sans bruit dans le fauteuil, les soirs, derrière elle. Tu faisais semblant de lire et moi, je voyais bien que tu tournais jamais les pages de ton livre. Je voyais bien ton regard dans le vague. Tu l'écoutais sa musique à elle. Tu la considérais. Ça, j'en suis sûr que tu la considérais. C'est ça que je comprends pas." [p69]


Léo et son père font partie des ouvriers de l'usine en grève depuis plus de quinze jours après l'annonce de sa fermeture. Ils appartiennent au même monde, ont le même environnement, le même univers, mais vivent-ils réellement le même quotidien ? Les rêves et ambitions les éloignent. Cette dernière lutte est emblématique de leurs différences. Le père, vieux militant syndical, est ancré dans Son usine. Le fils est ailleurs, trompettiste, il rêve de Thelonious Monk et du prochain concert qu'il donnera avec ses amis. Il n'existe plus que des individualités qui se côtoient et même s'entraident mais dont les espoirs et rêves isolent. Un monde s'éteint, un autre se cherche. La nouvelle partition d'Antoine Choplin joue avec retenue et respect, sans jugement ferme et définitif, deux mondes qui se croisent et représentés surtout par le désarroi de leurs acteurs.


C'est avec une écriture très dépouillée, qu'Antoine Choplin nous narre la difficile épreuve que vont vivre ce père et son fils, confrontés à la fermeture de leur usine dans le Nord.
L'un, le père, fervent syndicaliste défenseur du droit du travail ; de l'autre, le fils, trompettiste, qui le soir rejoint ses copains afin de se consacrer à leur passion : le jazz !
Les mots sonnent justes. Les phrases sont claires. Malgré la difficulté du sujet traité, la sensibilité de l'auteur pointe pour nous exprimer toute la souffrance de ces hommes, tant au travers de leur action que dans leur relation !
A lire et à faire découvrir !


Retour sur les années 80 pour ce face à face entre un père, meneur de grève dans une usine du Nord, et son fils ouvrier comme lui et trompettiste à ses heures. Entre ces deux générations qui cohabitent sous le même toit il y a l'épaisseur des silences, un mal-être qui, plus qu'une incompréhension entre deux hommes, raconte celle d'une époque aux horizons mal définis. Dès lors, il faut compter avec les compromis sociaux, la fin des idéaux communautaires et des solidarités de classe. Dans ce contexte de crise des valeurs politiques, quel sens donner à l'engagement syndical et surtout que reste-t-il à transmettre ?
Il ne faudrait pas voir dans cet ouvrage une sorte de manifeste, ni même un constat. Ce court roman ne dénonce ni ne démontre. Il apporte un témoignage d'un temps de détresse qui, au-delà de l'époque où elle s'inscrit, raconte nos égarements, nos peines et nos difficultés à marquer d'une empreinte quelconque notre quotidien, quel qu'il soit et à quelque époque qu'il appartienne.


  • Les présentations des éditeurs : 14/01/2010

Autour d'un double portrait d'un père et de son fils, de ses variations et de ses dissonances, Antoine Choplin compose une mélodie sensible.
Au moyen d'une écriture délestée du superflu, il frappe juste et bien. Plus qu'un roman social sur la fin d'un certain monde ouvrier, Cour Nord est un roman plein d'émotion retenue pour le désarroi et les mystères de ses personnages.
L'usine du Nord où travaillent Léo et son père va fermer. En grève depuis dix-sept jours, les ouvriers attendent une ultime négociation avec la direction. Père et fils vivent ensemble dans une petite maison, mais partagent-ils autre chose ? Car si le père est un de ces vieux ouvriers attaché à son usine, syndicaliste militant, Léo, trompettiste, passe ses soirées à répéter avec des copains. Ils ont monté un quartet de jazz et préparent leur premier vrai concert, à Lille. Le père incarne les derniers combats, les dernières défaites d'une classe ouvrière, fière d'ellemême, attachée viscéralement à ses usines, quand le fils ne participe même pas aux votes des grévistes. Après l'échec des négociations, le père s'engage en désespoir de cause dans une grève de la faim solitaire et s'installe sur un matelas dans la Cour Nord, tandis que Léo prend la tangente. Il ne tient même pas sa promesse de passer voir son père chaque jour, et s'échappe de l'usine pour suivre dans le ciel les avions s'envolant vers New York, où son copain Gasp est allé récemment assister aux funérailles du pianiste de jazz Thelonious Monk. Il passe du temps au bistro «Chez Fanny» où il retrouve une ouvrière de l'usine, Nadine, qu'il ne drague même pas ou si peu. Chacun rêve d'un ailleurs, Nadine d'ouvrir une oisellerie à la frontière belge, Ahmed, un copain d'atelier, de revoir la mer, Vincent, un membre du quartet, d'installer des pistes de ski sur le grand terril de Noeux-les-Mines...
Structuré musicalement en quatre mouvements (exposition du thème, double variation et reprise), Cour Nord explore, avec le minimum d'effets, une communauté humaine confrontée à la fin d'un certain monde et cherchant à s'inventer un avenir. La 'petite musique' de Choplin tourne autour de ses personnages, de leur désarroi et de leurs contradictions, avec lucidité et respect.

Né en 1962, Antoine Choplin vit près de Grenoble, où il partage son temps entre l'écriture et l'action culturelle. Il est l'auteur d'une dizaine de romans, récits et recueils de poésie, dont Radeau (La Fosse aux Ours, 2003), qui a connu un vrai succès populaire, et Apnées publié à l'automne dernier chez le même éditeur. La brune l'accueille pour la première fois.



  • La revue de presse Martine Laval - Télérama du 13 janvier 2009

Cour Nord, dixième livre d'Antoine Choplin, d'une écriture tendue, comme essorée de tout pathos, nous fait emboîter les pas lourds de Léo et de son père, nous entraîne dans un monde qui se dilue, où règne l'incertain, où se noient des valeurs d'un autre temps - avoir un travail, un toit, connaître la solidarité, ne pas se soumettre à l'arbitraire, rester dignes...
Il éclaire père et fils d'une lumière d'orage, en variant les tempos, doux ou rageurs. Il raconte leur lassitude, leur désarroi, leurs contradictions, leurs pauvres utopies, raconte cette grisaille de plomb qui les fait se courber, cette espèce de noblesse de classe qui les fait se redresser, et tenir debout, malgré tout.


  • Les courts extraits de livres : 21/01/2010

Depuis le début de la grève, on va à l'usine ensemble avec mon père. Ça dure depuis plus de deux semaines maintenant, sans compter les débrayages de septembre.

Ce matin encore, il est debout avant moi, vers les cinq heures et demi. Depuis mon lit, je l'entends quitter sa chambre, faire couler l'eau au lavabo du palier, s'asperger longuement le visage. Après, il frappe les deux coups secs à ma porte et descend à la cuisine. Il prépare le café et aussi quelque chose à mettre dans nos gamelles pour midi.
Quand je le rejoins, nous nous saluons d'un regard. Je soulève le couvercle des casseroles où cuisent des oeufs et des lentilles au lard. J'expose mes paumes à la bonne chaleur du feu.
Je demande à mon père s'il n'a pas eu trop froid durant la nuit, surtout avec ses douleurs aux articulations. Il ne répond rien.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia