Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. J'aimerais revoir Callaghan

Couverture du livre J'aimerais revoir Callaghan

Auteur : Dominique Fabre

Date de saisie : 23/04/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 17.90 €

ISBN : 978-2-213-65167-5

GENCOD : 9782213651675

Sorti le : 06/01/2010

Je ne sais si «on a tous en nous quelque chose de Callaghan», comme le dit un peu gauchement la couverture, mais je suis sûr que nous l'avons tous connu au cours de nos années de lycée, ce garçon dont nous enviions la vie mystérieuse et l'élégance naturelle.
Le Jimmy Callaghan dont il est question ici est le fils d'un maçon anglais et d'une mère remariée en Provence, interne à mi-chemin dans la banlieue parisienne. Le samedi il rejoint à Paris un appartement vide où il s'ennuie. Tous ses condisciples se disputent son amitié et les cigarettes qu'il distribue à foison. Un peu comme si le Grand Meaulnes fumait des JPS.
Vingt ans plus tard, alors que le narrateur doit vider l'appartement et l'existence de celle avec qui il vient de vivre quelques années moroses, il retrouve Callaghan dans un square, encombré d'une énorme valise qui contient toute sa vie. Encore dix ans et il ramènera cette valise à Londres, où Callaghan est devenu un tenancier de pub gras et pâle. Le Grand Meaulnes ne devrait pas vieillir.
Dominique Fabre pratique avec talent une écriture en contre-pied : ses phrases ne finissent jamais là où on les attend, et cela donne un déséquilibre aigre-doux à cette histoire d'une vie qui, comme beaucoup, n'a pas tenu les promesses de son adolescence.


  • Les présentations des éditeurs : 04/03/2010

Jimmy Callaghan, c'était mon pote anglais à l'internat. Il fumait des Benson, mettait les bouts en passant par un trou dans le grillage et allait parfois rendre visite à son père alcoolique dans la banlieue de Londres.
Je l'ai revu vingt ans plus tard. Il avait une grosse valise. De retour d'Australie, il était bronzé et SDF. Trop fort ! On est redevenus un peu amis. Puis il est parti en me laissant sa valise.
C'est moi qui la lui ai rapportée. Dix ans étaient passés. Calla était gérant d'un pub et avait une sale vieille tronche d'Anglais. C'était triste. Quoique. Il y a aussi des femmes, des enfants, des amours, des voyages, des fugues, des bitures et des galères immobilières. Une vie. J'ai même appris comment ne pas se faire voler à l'étranger !
On a tous en nous quelque chose de Callaghan.

Dominique Fabre est écrivain. Ses romans et recueils de nouvelles ont tons été salués par la presse, en France comme à l'étranger.



  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Monde du 22 avril 2010

Qu'a-t-il connu de ce camarade d'internat, cet ami "courant d'air", "porteur d'ailleurs" ? Peu de chose : une vie de famille brisée, des parents divorcés, un père rongé par l'alcool parti trop tôt. Pourtant il est demeuré là, fiché dans sa mémoire. Mystère d'une absence, d'une présence en soi qui, un soir, se matérialise sous ses yeux. "Il était là", avec sa mèche blonde et ses yeux bleus. Au début, il n'a aperçu qu'un homme assis sur un banc près d'une valise fatiguée et boursouflée, de celles qui contiennent une vie. Vingt ans ont passé. Pour Callaghan, vingt ans à voyager, à tenter de faire fortune en Australie. Vingt ans à stagner dans une existence aux contours flous pour le narrateur, qui voit dans cette réapparition un signe, une chance. Car alors que "Calla" revient subrepticement dans sa vie, Hélène, sa compagne, choisit d'en sortir. A la croisée de ces chemins, de ces vies chiffonnées, disjointes, c'est là que Dominique Fabre noue à mots simples, presque chuchotés, ces retrouvailles qui disent l'amitié et l'étrangeté d'un lien qui perdure par-delà le temps. Là aussi qu'il montre une fois encore son art de saisir avec une grande sensibilité les "presque rien d'une vie".


  • La revue de presse Pascal Jourdana - L'Humanité du 18 mars 2010

Le monologue intérieur, marque d'écriture de Dominique Fabre, prend un ton de confession, créant une petite musique bien particulière, avec son humour et ses ritournelles («Si ça veut dire quelque chose pour toi», répétait Callaghan s'amusant à traduire mot à mot les expressions anglaises). C'est surtout le roman d'un rêveur, qu'on dirait la tête dans la lune, et qui en réalité est un extraordinaire guetteur du quotidien, attaché à tous ces types cabossés par la vie, trop seuls. Lui s'est mis à raconter des histoires pour dire «ces choses [si] dures à expliquer».


  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 24 février 2010

J'aimerais revoir Callaghan ressemble à une chanson triste qui vous trotte dans la tête au point de la fredonner longtemps. Un poème modeste en suspension. L'écriture est précise, détaillant les gestes et les décors, et pourtant chacun peut ici se retrouver, le temps d'une phrase, d'une attitude, d'un souvenir ou d'une cer­taine négligence. Ainsi, Dominique Fabre redonne à son lecteur l'occasion de revenir en arrière, à l'heure de l'extinction des feux et des chuchotements de dortoir.


  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 4 février 2010

Dans J'aimerais revoir Callaghan, le bar s'appelle le Chiquito, les internes ne sont pas censés y aller. C'est leur quartier général. De l'autre côté du grillage, on peut rejoindre le «bahut» des filles en traversant le bois de Saint-Cucufa. Lui, il est boursier. Plus tard, il sera professeur d'anglais, sa femme le mettra dehors, il habitera Asnières. Les autres s'appellent Didier Bizerte, Mathieu Ménager, Greg Langinieux. Il reverra certains. Il veut surtout revoir Callaghan. Ils l'appelaient Calla, plus rarement, Jimmy. Il passait son temps à disparaître et à revenir, «il avait son sourire habituel»...
«Je ne sais pas pourquoi la vie de Callaghan à 16 ans me revient si clairement aujourd'hui, plus que la mienne probablement ?» Ce n'est pas, ou pas seulement, la nostalgie de la jeunesse. Encore moins une fascination. On dirait plutôt une tristesse native que la figure de Callaghan, dût-elle s'abîmer, console. Et c'est réciproque. Les romanciers qui racontent leur vie sont rarement aussi généreux


  • La revue de presse Baptiste Touverey - Le Nouvel Observateur du 8 janvier 2010

Fabre rend palpable le vieillissement. Mais sans pathos - sa prose, bouleversante, est un modèle de dépouillement. Pas de lourde insistance non plus - jamais, par exemple, malgré les échecs et les désillusions de ses personnages, il ne parle explicitement de «vies ratées». Il suggère qu'elles le sont toutes un peu d'une manière ou d'une autre. Et que c'est bien pour ça qu'au fond elles ne le seront jamais tout à fait.


  • Les courts extraits de livres : 10/03/2010

Ça me prend encore de temps en temps. Je ne peux pas dire que je sois obsédé par cette idée, n'empêche, je dois l'avoir en tête depuis de nombreuses années. J'aimerais revoir Callaghan. Il était bien anglais comme son nom l'indique. Il était en classe avec nous. Je pense parfois à ce nous qui a cessé de m'intéresser. Les années, les dizaines d'années m'en ont un peu détaché, de ce nous. Mais pas de Callaghan ou de quelques autres. C'est une sorte de mystère, pour moi. Et alors même que rien ne me le prouve, je suis presque certain qu'il se souvient aussi de nous, où que nous soyons. Ça aide un peu, à l'occasion. Se sentir si proche d'un inconnu permet de croire qu'on ne parle pas seulement à soi-même, à voix basse, et que l'on va bientôt mourir ; un jour en tout cas. Pas tout à fait lointain comme il aurait dit. Il avait besoin de beaucoup de choses, mais il n'avait pas besoin de les dire, la plupart du temps. J'ai souvent parlé de lui à des types qui l'ont connu, auraient pu le connaître. Je ne pensais pas à des types qui auraient pu vraiment le connaître, par son nom, son adresse et son occupation actuelles, je parle de types dont la vie est hasardeuse, ces types que l'on rencontre dans des endroits qui ressemblent à nulle part et n'ouvrent jamais avant sept heures le soir. Et puis, avec les années, de plus en plus souvent je me suis posé cette question : se peut-il que je revoie vraiment Callaghan ? Se peut-il que je ne sois pas le seul à croire encore que nous sommes amis, et en un sens, pour toujours amis ? Passé un certain âge, l'âge qu'il doit avoir aujourd'hui, «toujours» veut dire plus que «longtemps».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia