Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. HHhH

Couverture du livre HHhH

Auteur : Laurent Binet

Date de saisie : 02/06/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 20.90 €

ISBN : 978-2-246-76001-6

GENCOD : 9782246760016

Sorti le : 13/01/2010

  • Le courrier des auteurs : 20/05/2010

1) Qui êtes-vous ? !
L'un des quelques Français, à ma connaissance, qui ne situe pas la Slovaquie en ex-Yougoslavie.

2) Quel est le thème central de votre livre ?
L'Histoire avec un grand H (et aussi un petit, d'ailleurs).

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de votre livre, laquelle choisiriez-vous ?
"J'espère simplement que derrière l'épaisse couche réfléchissante d'idéalisation que je vais appliquer à cette histoire fabuleuse, le miroir sans tain de la réalité historique se laissera encore traverser."

4) Si votre livre était une musique, quelle serait-elle ?
"The Partisan", de Leonard Cohen, reprise par les 16th Horsepower et Bertrand Cantat.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Mon admiration pour les deux parachutistes qui ont perpétré l'attentat contre Heydrich en 1942 et mon amour de Prague.


Matthieu de Montchalin, Librairie l'Armitière à Rouen


  • Les présentations des éditeurs : 20/05/2010

À Prague, en 1942, deux hommes doivent en tuer un troisième. C'est l'opération «Anthropoïde» : deux parachutistes tchécoslovaques envoyés par Londres sont chargés d'assassiner Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo, chef des services secrets nazis, planificateur de la solution finale, «le bourreau de Prague», «la bête blonde», «l'homme le plus dangereux du IIIe Reich».
Heydrich était le chef d'Eichmann et le bras droit d'Himmler, mais chez les SS, on disait : «HHhH». Himmlers Hirn heibetat Heydrich - le cerveau d'Himmler s'appelle Heydrich.
Tous les personnages de ce livre ont existé ou existent encore. Tous les faits relatés sont authentiques. Mais derrière les préparatifs de l'attentat, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L'auteur, emporté par son sujet, doit résister à la tentation de romancer.
Il faut bien, pourtant, mener l'histoire à son terme.

Laurent Binet a 37 ans. Il a effectué son service militaire en Slovaquie et a vécu à Prague. Agrégé de lettres, il est professeur de français en Seine-Saint-Denis et chargé de cours à l'Université. HHhH est son premier roman.



  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 2 juin 2010

Laurent Binet, de bout en bout, accompagne le déroulement des faits de ses interrogations et commentaires sur l'écriture et l'acte romanesque. Pourquoi a-t-il choisi d'écrire sur ce sujet ? Pourquoi refuse-t-il toute intrusion de la fiction ? Quand convient-il de détailler ou, au contraire, de styliser ? A quelle vérité peut-il espérer accéder ? Questions éthiques et esthétiques, les unes et les autres intrinsèquement liées, et qui, loin d'alourdir le récit, le lestent d'intelligence.


  • La revue de presse Marc Riglet - Lire, mai 2010

Le récit est conduit de manière originale et maîtrisée. L'auteur alterne le récit historique et des interrogations sur la légitimité de l'écrivain à se mettre "dans la peau" de ses personnages. Cette "modestie", doublée d'un sens de l'humour appliqué aux affres de l'écriture, permet avec virtuosité de passer du "je" contemporain au "nous" de l'histoire, des temps héroïques d'hier aux petites misères d'aujourd'hui.


  • La revue de presse Bruno Frappat - La Croix du 17 mars 2010

Du coup, grâces soient rendues aux jurés du Goncourt du premier roman qui viennent, en décernant leur récompense à Laurent Binet, de nous inciter à entreprendre la lecture de ce livre si ésotériquement titré. Car cet ouvrage stupéfiant est à la fois une méditation en actes sur l'acte et le tourment d'écrire, une passionnante enquête historique, un hommage à des héros oubliés, une leçon de mémoire et une ode à la ville de Prague...
C'est là signe d'un très grand talent. Les esquisses de sourires du début se perdent vite dans le tragique haletant et dans des scènes qui révèlent un bel écrivain. Laurent Binet raconte la préparation et l'accomplissement, par des parachutistes tchèques et slovaques envoyés de Londres par le président en exil, Edvard Benes, de l'attentat qui coûta la vie à Reinhard Heydrich, à Prague, en 1942...
Vers la fin du livre, après des récits extraordinairement écrits et palpitants sur l'attentat lui-même et sur l'attaque de ses auteurs par huit cents SS accourus pour faire le siège de l'église orthodoxe où les parachutistes se réfugièrent, on voit Laurent Binet abandonner l'exposé de ses hésitations, de ses prudences, de ses scrupules. Reste le tragique. Plus personne ne se regarde écrire. Le livre qu'on a vu se fabriquer peu à peu accède, via un crescendo magistral, à ce qui est l'essence même de la littérature : la vérité des hommes et le choc de leur destin.


  • La revue de presse Jean Birnbaum - Le Monde du 12 mars 2010

Il sait que l'écriture est un pari ambigu, et qu'elle exige une éthique langagière, une morale de la forme. Son premier roman, HHhH, en témoigne de façon magnifique. Il raconte lui aussi un épisode réel : l'attentat perpétré à Prague, en 1942, contre le chef nazi Reinhard Heydrich, par deux parachutistes tchécoslovaques...
Refusant les artifices du roman, Binet s'en tient aux faits avérés. Il propose une aventure d'autant plus haletante : celle d'une écriture conçue comme pratique justicière, comme opération commando, visant à retrouver la trace des héros. Mieux : à sauver leur peau...
Il poursuit son entreprise de salut, celle qui engage avec lui une génération. Non, décidément, les "enfants" n'ont pas renoncé à prendre en charge l'Histoire. Comme leurs aînés, ils le font la plume à la main. Mais contrairement à d'autres, ils n'entrent pas en littérature sans hésitation. Ou plutôt, ils comptent s'y avancer sans trahir les faits, sans céder sur la vérité.


  • La revue de presse Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 25 février 2010

Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître. 
Le premier roman de Laurent Binet, trente-sept ans, 
se présente comme une totale réussite. Construit autour de l'un des épisodes les plus connus de la Seconde Guerre mondiale - l'attentat contre Heydrich, à Prague, le 27 mai 1942 -, il redonne à ce matériau historique une époustouflante intensité dramatique, sans jamais cesser de s'interroger sur la légitimité d'une telle entreprise...
Et toujours Laurent Binet tient l'autre fil, fait entendre son scrupule à faire de la littérature sur le dos de l'histoire, dit sa crainte de se laisser emporter par l'élan narratif. Il en advient ce livre magnifique. Hors norme. Comme son titre.


  • La revue de presse Bernard Loupias - Le Nouvel Observateur du 28 janvier 2010

Un récit puzzle pour raconter l'exécution par la Résistance du SS Reinhard Heydrich, le planificateur de la solution finale...
Pour l'auteur, le problème reste entier : comment évoquer un des pires salauds de l'histoire sans, d'une manière ou une autre, lui servir la soupe ? Cette question, moralement incontournable, Laurent Binet se la pose tout au long des 400 pages de son (remarquable) premier roman. C'est tout à son honneur...
Laurent Binet procède par allers-retours dans le temps et l'espace, entre réflexions personnelles et documents historiques, composant peu à peu un puzzle d'où émergent une image de plus en plus nette de ce qui s'est joué ce jour-là, et quelques visages...
Deux mois après sa liquidation, en juillet 1942, rappelle Binet, débuta «le programme d'extermination de tous les juifs de Pologne, avec l'ouverture de Belzec, Sobibor et Treblinka». Son nom de code ? «Aktion Reinhard». Oui, la mort était bien le métier de ce monstre. Elle fut son salaire.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia