Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'écuyer mirobolant

Couverture du livre L'écuyer mirobolant

Auteur : Jérôme Garcin

Date de saisie : 12/05/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 15.90 €

ISBN : 978-2-07-012182-3

GENCOD : 9782070121823

Sorti le : 04/02/2010

Comme son titre l'indique il s'agit bien d'une histoire de cheval ; elle va ravir les amateurs. Mais vous, les autres, qui n'éprouvez pas la passion de l'auteur pour le cheval, ne vous détournez pas, faîtes-moi confiance, lancez-vous dans la lecture de ce roman, vous ne le regretterez pas ; tout d'abord parce que, comme toujours avec ce grand styliste qu'est Jérôme Garcin, vous allez être subjugué par la beauté de l'écriture et ensuite vite fasciné par le personnage hors du commun dont il est ici question.
Dax, 16 janvier 1949. Un enterrement, celui du capitaine Étienne Beudant, écuyer à la renommée internationale, mort à 86 ans. Driss, un Marocain en gandoura blanche, tenant en main un cheval bai, lira à voix basse deux sourates : «Le démon n'ose pas entrer dans une tente gardée par un pur sang» et «Le cheval est un cadeau de Dieu à l'homme».
Étienne entre à Saumur à l'âge de 24 ans. C'est son rêve car il est persuadé que "l'armée seule lui donnerait l'occasion d'exprimer, sans qu'on la voie, sa passion inavouée pour les chevaux." Une passion ancienne : "à l'école il n'avait que des camarades. Il s'était déjà choisi ses amis pour la vie, ce serait les chevaux". Né sans fortune ni particule ronflante il sait que pour monter en grade il ne peut compte que sur son opiniâtreté. Ses supérieurs lui promettent une belle carrière. Il prend peur : pas question de sacrifier l'amour des chevaux à l'ambition et aux médailles. Il démissionne. En 1892, il part pour le Montana : l'ivresse des espaces illimités, la sauvagerie des broncos, les rodéos, l'étonnant confort des selles western, la rencontre avec Buffalo Bill et Calamity Jane, alors âgée de 40 ans qui "sentait le chacal mouillé et la sueur acide des éthyliques", à qui, après le spectacle, un grand barnum sans intérêt, il propose de prendre un verre. Ce qu'elle accepte...
Au retour des États-Unis on lui propose d'administrer une commune mixte du Tell algérien et de le réintégrer dans l'armée avec le grade de capitaine. Très vite, chez lui, maintenant c'est ici. Il parle couramment l'arabe, le berbère et même le touareg et s'initie à la religion musulmane. Malgré les rigueurs intraitables du métier il n'est jamais fatigué. C'est un charmeur, nulle arrogance chez lui et jamais de brutalité. Parfois, dans son lit, vient se glisser une femme qu'il ne reverra plus, "rencontrée la veille, au coin d'une ruelle obscure ou à la sortie humide du hammam. Car son plaisir préférait le hasard à la nécessité".
Quelle vie ! Et je ne vous ai raconté que les grandes lignes des premières quarante pages de ce livre qui caracole à fière allure.
Étienne Beudant, cet "écuyer mirobolant" - dixit le général Decarpentry - qui a "su développer les aptitudes naturelles des chevaux, aussi bien en haute école qu'en extérieur, et porter leurs facultés au sommet" - comme l'écrira Théodore Monod - mais aussi cet homme persévérant, patient, généreux qui s'est construit un destin hors norme, a enfin trouvé son biographe.
Ne ratez pas cette rencontre.


  • Les présentations des éditeurs : 15/04/2010

" En équitation comme dans l'armée, Etienne savait combien c'eût été vain de vouloir casser les rebelles, soumettre les acariâtres, et qu'il était impossible d'atteindre la légèreté par la force, le brillant parla colère.
Même les étalons les plus impérieux, il ne les avait pas combattus. Au contraire, il n'avait eu de cesse de vouloir les comprendre pour mieux s'en faire des alliés. Quel que fût le cheval, il n'aspirait qu'à se passer des aides. Il rêvait en effet de régner sans poids ni appuis, par le seul souffle de la botte, la caresse du cuir et la profondeur de l'assiette. Monter n'était plus alors une activité physique, c'était une pensée pure, un acte de foi ".

Jérôme Garcin est notamment l'auteur, aux Editions Gallimard, de La chute de cheval, Bartabas, roman et Cavalier seul.



  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 12 mai 2010

Le goût pour l'équitation a ceci de spécial qu'il ne saurait être tiède : c'est de passion qu'il s'agit, toujours, et même d'éthique, de religion, de mystique, dans le cas du capitaine Etienne Beudant (1863-1949). Le dernier roman de Jérôme Garcin en fait une évocation tout ensemble réaliste et rêvée - un de ces portraits ciselés, admiratifs, songeurs, délicatement mélancoliques dans lesquels l'écrivain excelle.


  • La revue de presse Jean-Claude Raspiengeas - La Croix du 17 mars 2010

Mais comment fait-il pour nous captiver ? Nous : des bipèdes qui redoutent l'approche d'un cheval et tremblent sur leurs chétifs jarrets à l'idée qu'ils pourraient se retrouver, juchés en déséquilibre, ballottés à plein galop sans rien contrôler, loin de l'ivresse du centaure. Comment fait Jérôme Garcin (La Chute de cheval ; Bartabas, roman ; Cavalier seul) pour nous entraîner, à sa suite, sans renoncer aux termes techniques de cet art équestre dont, sans lui, nous ne connaîtrions pas la patience d'orfèvre, les figures de style et les caracoles vertigineuses ?...
Jérôme Garcin distille une prose précise, au service d'une connaissance historique et d'une sensualité géographique pour décrire les reliefs et les senteurs de cette Afrique du Nord où s'est épanoui son prodigieux héros, vêtu de modestie. Il nous initie surtout aux secrets d'un monde où monter n'est plus une activité physique, mais «une pensée pure, un acte de foi».


  • La revue de presse Raphaëlle Rérolle - Le Monde du 12 mars 2010

Fou de chevaux, l'écrivain et journaliste (au Nouvel Observateur) fait entrer dans son texte quantité de mots liés à l'équitation, certains très connus, d'autres, très énigmatiques, pour qui ne fréquente pas les paddocks. Un choix qui n'a rien d'ornemental ou de gratuit : loin d'alourdir le récit, ce registre le soulève et lui donne une partie de son charme. A travers lui, dans ses rugosités comme dans ses silences, se dessine le profil d'un homme singulier, dont l'auteur ébauche l'histoire avec délicatesse et un peu de mélancolie...
Avec beaucoup de douceur, l'écrivain décrit des paysages, des lumières, le corps des chevaux, la manière de les soigner, sans jamais trahir le mystère de l'homme qui l'a inspiré.


  • La revue de presse Etienne de Montety - Le Figaro du 18 février 2010

Parlant de l'humanité, Oscar Wilde ne lui reconnaissait que deux mystères : la mort et la vulgarité. Jérôme Garcin a fait son art de tourner le dos à l'une comme à l'autre. De la mort, son expérience est saisissante...
Après Perspectives cavalières ou le très beau Cavalier seul, L'Écuyer mirobolant est une nouvelle variation autour de l'art équestre mais ne saurait être réduit à un nouvel hommage à cet animal extraordinaire qui, après lui avoir tout pris, lui a tout donné. Qu'il séduise les cavaliers, c'est chose certaine. Mais ceux qui ne le sont pas, on peut le leur pardonner, trouveront dans ce livre une formidable leçon d'humanité.


  • La revue de presse Grégoire Leménager - Le Nouvel Observateur du 4 février 2010

Les vrais cavaliers sont volontiers de grands taiseux qui pratiquent leur art en solitaire, et préfèrent la sagesse muette des chevaux au bavardage humain...
Ainsi Etienne Beudant (1863-1949), cet «écuyer mirobolant» qui, comme les poètes et les musiciens, a voué son existence à la recherche de la légèreté et de l'équilibre...
Bien placé pour savoir qu'une distance pudique n'exclut pas les sentiments profonds, Jérôme Garcin romance cette destinée exemplaire avec des grâces de peintre orientaliste, une prose parfaitement cadencée, et l'admiration du disciple soucieux de faire connaître un maître.


  • Les courts extraits de livres : 20/04/2010

Dax, 16 janvier 1949

On aurait dit que, venu pour l'occasion du désert africain, un dromadaire blatérait derrière le mur et faisait l'intéressant mais ce n'était que l'ébrouement rauque d'un cheval de trait sonné par l'hiver gascon. Les grandes roues du corbillard, tiré par un frison noir charbon à la crinière bien tressée et à la démarche avantageuse, crissèrent alors sur le gravier blond du cimetière. C'était un jour de brume froide et de lassitude. Dans l'air cotonneux se jouait un mystérieux ballet d'ombres où brillaient, d'un éclat incongru, les ors de quelques uniformes.
Les Dacquois ne s'étaient pas déplacés. On eût dit qu'on enterrait un étranger. Le mort n'était pas d'ici. Il ne serait pas visité. Inutile de l'accompagner. Paru la veille dans le journal, dont les gros titres annonçaient l'ouverture du procès de Victor Kravchenko et le remplacement de Henri Queuille par Maurice Petsche au ministère des Finances et des Affaires économiques, un entrefilet avait découragé jusqu'aux retraités de la ville, qui assistaient pourtant à toutes les funérailles comme ils s'abonnaient à la saison culturelle du théâtre municipal : pour occuper le temps et sortir de la naphtaline leurs habits du dimanche.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia