Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les enfants de la veuve

Couverture du livre Les enfants de la veuve

Auteur : Paula Fox

Préface : Andrea Barrett

Traducteur : Marie-Hélène Dumas

Date de saisie : 23/06/2010

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Joëlle Losfeld, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782070789429

GENCOD : 9782070789429

Sorti le : 01/03/2010

Une revue de presse d'Aurélie Kieffer, journaliste à France Culture


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

A la veille d'un voyage en Afrique, Laura Maldonada Clapper et son mari, Desmond, boivent du scotch assis dans une chambre d'hôtel new-yorkaise, en attendant leurs trois invités : Clara, la timide fille de Laura née d'un précédent mariage; Carlos, l'exubérant frère de Laura, critique musical raté; et Peter, un éditeur falot et mélancolique que Laura n'a pas revu depuis un an. Ce qui s'annonçait comme une petite fête de départ se transforme bientôt en un amer et angoissant règlement de compte familial. Laura, sorte de «diva», qui tout au moins semble se considérer comme telle, orchestre la soirée avec une impériale cruauté et multiplie insinuations et hostilités pour tenter de cacher une terrible nouvelle qu'elle vient d'apprendre. Paula Fox révèle une fois de plus son incontestable maîtrise esthétique et sa capacité à raconter les relations humaines telles qu'elles sont et non telles qu'elles devraient être. Elle met en scène avec une grande subtilité la toute-puissance maternelle dans ce qu'elle peut avoir de manipulateur et de déstabilisant.

Paula Fox, née en 1923, est américaine et vit à New York. Elle a été redécouverte à la fin des années 1980 grâce, entre autres, à Jonathan Franzen, Frederick Busch et Andréa Barrett, qui la considèrent comme l'un des plus importants écrivains de ce siècle.



  • La revue de presse Sabine Audrerie - La Croix du 23 juin 2010

Subtil roman d'une grande dame des lettres américaines, ce huis clos familial évoque le deuil et la filiation avec une saisissante intensité...
Les lecteurs de Paula Fox savent combien est délicieuse cette sensation presque agaçante de sentir son piège narratif et stylistique se refermer sûrement sur eux comme la toile retenant ses protagonistes dans ce lieu confiné. Impitoyable quand il s'agit de décortiquer les relations humaines, la vieille dame de Brooklyn excelle dans l'art de la subtilité et dans l'intensité de ses descriptions des mécanismes de la cruauté...
Chaque mouvement, chaque inflexion se déplie en souterrain d'un sol dont la stabilité n'a que l'apparence, comme si coexistaient deux mondes dont on se demande lequel est le plus réel, de l'officiel ou du caché, de celui du dit ou de celui du non-dit, évoluant en parallèle et même luttant l'un contre l'autre.


  • La revue de presse Martine Laval - Télérama du 2 juin 2010

La romancière améri­caine Paula Fox plante le décor, presque un huis clos, y manipule les uns et les autres, leur fait jouer la comédie, dans le cadre de cette sacro-sainte réunion de famille. De fausses retrouvailles en fausses confidences, tout ce petit monde s'emploie à se mentir, à s'épingler façon humour vache. A coups de drinks glacés et de mots aigres, tous interprètent le rôle de leur vie. Faire du simulacre une règle de conduite, et même un art : à ce jeu, tous se révèlent excellents - pitoyables.


  • La revue de presse André Clavel - Lire, mai 2010

Les enfants de la veuve sont sans doute le roman le plus féroce de l'auteur de Personnages désespérés : un huis clos de plus en plus tendu, en présence de personnages empêtrés dans leur amertume et dans leurs secrets, face à cette Laura qui décoche ses mots comme des banderilles. "Nous changeons tous, finira-t-elle par avouer, nous devenons hideux, aussi difformes que les chaussures noires de ma pauvre mère." Les petites phrases de Paula Fox font mouche et son autopsie d'un enfer familial est d'une précision effrayante : un véritable jeu de massacre, dans "une époque de dégoût et de détestation sentimentale".


  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 22 avril 2010

Nous ne sommes pas ici dans un roman psychologique banal, genre chronique familiale à l'ango-saxonne. Cela tient au clan des Maldonada, «têtes massives d'Espagnols du Nord», drôles d'oiseaux catastrophiques dépassés par leurs dons. Cela tient à la lucidité infiniment désespérante et admirable de Paula Fox, qui détaille les gestes maladroits, les revirements, les élans, les déceptions, les violences meurtrières, les mille torpilles insignifiantes ou primordiales qui peuvent lester une communauté d'individus dans un espace et une durée limités. L'indifférence de Laura envers sa fille est si toxique que celle-ci «sentait son moi se décomposer». Pourtant, Clara a sa vie, ses secrets, son amant. Elle a son oncle Carlos. Lui est-il vraiment acquis ?


  • Les courts extraits de livres : 02/06/2010

Apéritif

Assise en sous-vêtements, très droite au bord d'une chaise, Clara Hansen se tenait immobile. Bientôt, il lui faudrait allumer la lumière. Finir de s'habiller. Elle s'autorisait à rester encore trois minutes dans la pénombre de son appartement, plongée dans cette torpeur proche du sommeil. Elle se tourna vers une table où était posé un petit réveil. Immédiatement, une agitation douloureuse s'empara d'elle et la fit se lever. Elle allait être en retard : il suffisait qu'on soit pressé pour que le bus se fasse attendre. Elle n'avait pas les moyens de prendre un taxi jusqu'à l'hôtel où sa mère, Laura, et son beau-père, Desmond Clapper, l'attendaient pour boire un verre avant d'aller dîner. Les Clapper embarquaient le lendemain matin - cette fois vers l'Afrique. Ils resteraient absents plusieurs mois. Clara s'était débrouillée pour quitter son bureau une demi-heure plus tôt afin d'avoir du temps devant elle. Mais elle n'avait eu que celui de rêvasser.
Clara se précipita dans la petite chambre où sa robe l'attendait, posée en travers du lit. C'était la plus belle chose qu'elle possédât. Habituellement, lorsqu'elle choisissait un vêtement, elle était plutôt sur la défensive, elle en avait conscience. Comme elle avait conscience, en l'occurrence, de l'agressivité de son choix. Laura verrait tout de suite que cette robe valait cher. Oh et puis qu'est-ce que ça peut bien faire ? se dit-elle, mais tandis que la soie glissait le long de son corps, elle se sentit envahie par le doute.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia