Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'entreprise des Indes

Couverture du livre L'entreprise des Indes

Auteur : Erik Orsenna

Date de saisie : 10/07/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Stock, Paris, France

Collection : Bleue

Prix : 21.50 €

ISBN : 978-2-234-06392-1

GENCOD : 9782234063921

Sorti le : 12/05/2010

L'Entreprise des Indes à la force des romans qui nous instruisent dans le plaisir. Erik Orsenna imagine une confession du frère de Christophe Colomb, par cette démarche nous allons découvrir tout l'univers des cartographes et des conquistadors. Un ouvrage où se mêlent l'histoire des hommes et une époque, une plume sûre qui manie l'humour et dénonce le pouvoir. Un grand plaisir de lecture grâce à Mr Orsenna.


Erik Orsenna rend hommage aux libraires


Une revue de presse d'Aurélie Kieffer, journaliste à France Culture


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

«Les bateaux ne partent pas que des ports, ils s'en vont poussés par un rêve. Bien des historiens ont déjà commenté et commenteront la Découverte de Christophe et disputeront de ses conséquences.
Étant son frère, celui qui, seul, le connaît depuis le début de ses jours, j'ai vu naître son idée et grandir sa fièvre.
C'est cette naissance, c'est sa folie que je vais raconter.»

«Le 13 août 1476, au large du Portugal, le bateau que commande Christophe Colomb fait naufrage.
Le futur amiral vient d'avoir vingt-cinq ans. Par miracle, il réussit à regagner la côte et trouve refuge à Lisbonne auprès de son frère cadet, Bartolomé. Lequel exerce la profession de cartographe.
Depuis le début de ce xve siècle, le monde s'ouvre. Et le Portugal est le moteur principal de cette ouverture. La Renaissance commence par des expéditions lointaines. Sous l'impulsion d'Henri le navigateur, des caravelles partent chaque mois pour aller explorer les côtes de l'Afrique. À Lisbonne, capitale du savoir, se retrouvent toutes les corporations de la découverte : mathématiciens savants du ciel, cosmographes, géographes, constructeurs de bateaux et des outils de navigation... cartographes.
Huit années durant, les deux frères vont travailler ensemble et préparer le voyage auquel Christophe songe depuis l'adolescence : c'est l'Entreprise des Indes, gagner Cipango (le Japon) et l'empire du Grand Khan (la Chine). Mais au lieu de la route habituelle, celle de la soie, vers l'est, on affrontera l'océan, plein ouest.
En 1484, leur projet sera rejeté par le Comité des Sages qui conseille le Roi Jean II. C'est la raison pour laquelle Christophe ira tenter sa chance auprès des monarques espagnols, Isabelle et Ferdinand.
Un maître cartographe, un rhinocéros, un fabricant de veuves, une maîtresse d'école pour les oiseaux, une bécassine, une prostituée réputée principalement pour la qualité de ses oreilles, Marco Polo, quelques Dominicains, des chiens dévoreurs d'Indiens, tels sont quelques-uns des personnages secondaires de ce récit.
J'ai voulu m'attacher à cette période peu connue de l'histoire de la curiosité humaine. Ce moment où naît une nouvelle liberté en même temps que se développe l'Inquisition et que les Juifs sont chassés. Ces années où se conçoit peu à peu l'unité de la planète, préalable à la première mondialisation, qui ne va plus tarder.
Pour ce faire, j'ai osé donner la parole au jeune frère, Bartolomé. C'est lui qui parle, c'est lui qui raconte : il est complice, et premier témoin de l'Entreprise depuis ses tout débuts. C'est aussi lui qui s'interroge : pourquoi, et comment, cette belle passion de la Découverte s'est-elle changée en génocide des Indiens ? À quoi sert de découvrir si l'on tue ce et ceux que l'on découvre ?»



  • La revue de presse Philippe Lançon - Libération du 10 juin 2010

Orsenna n'est ni un créateur, ni un styliste, mais c'est un conteur agréable et malin. Pour rendre son entreprise crédible, il la décentre de deux manières. Il ne pouvait choisir la voix de Colomb, puisque celui-ci a écrit. Et il ne pouvait choisir de raconter ses voyages, puisque tout le monde, à commencer par Colomb, l'a fait. L'Entreprise des Indes raconte donc, par la voix inconnue de Bartolomé, ce qui précède : la construction d'un rêve et d'une aventure par les livres et les cartes. Bartolomé est en effet cartographe. Tout ce qui revient à Lisbonne par les bateaux du Nouveau Monde, du rhinocéros au perroquet, doit être nommé, décrit, dessiné, imaginé. C'est le sujet du livre : la splendeur folle du monde déposée sur le papier, la manière dont il est dévoyé par le fanatisme et l'appétit humain. Ce qu'Orsenna fait le mieux n'est pas la morale, mais le récit : raconter l'arrivée d'un bateau et décharger ses cales, ses odeurs dans son livre. Il refait l'enfance méconnue des deux frères ? Il invente, détourne, brode ? Il fait comme les Colomb tels qu'il les aime et les imagine.


  • La revue de presse Bruno Frappat - La Croix du 26 mai 2010

Qu'allait-il faire sur ses caravelles ? En s'embarquant, le 3 août 1492, en Espagne, pour rallier «les Indes» par «la route de l'ouest», Christophe Colomb poursuivait un rêve, une chimère, un ensemble de mensonges et de vérités. On sait aujourd'hui que les savants portugais, en lui refusant leur appui et celui de leur roi, quelques années plus tôt, avaient eu scientifiquement raison. Même si on peut aujourd'hui leur donner mythologiquement tort : ce ne sont pas les Indes qu'il découvrirait à l'ouest ! Il n'en démordrait pas. Il y avait en lui une espèce de folie. C'est sur les traces de cette folie - qu'on l'appelle rêve, mission de «prophète», ambition, curiosité poussée à l'extrême - qu'Erik Orsenna nous entraîne avec le talent de conteur et même de raconteur qui fait son immense et légitime popularité...
Orsenna, à sa manière légère, enlevée, de jongleur des mots et des choses, fait de ces récits un parcours non dénué d'agréments, de drôlerie, de plaisanteries qui font rire (souvent jaune). Il ne juge pas. Il sautille sur l'océan de ces incertitudes, d'île en île, de mot en mot, de science en science, sans pédanterie mais avec une envie de découvrir et partager qui n'a d'égale que celle de Colomb. Avec, rassurez-vous, de moins funestes conséquences. Il n'empêche : on entre dans son livre en sifflotant, on en sort taraudé.


  • La revue de presse Emmanuel Hecht - L'Express du 17 mai 2010

Comment Christophe Colomb a-t-il préparé le voyage de la Découverte, avec un "D", celle du Nouveau Monde ? Quel en a été le véritable prix ? En compromissions, en crimes ? Ces questions, Erik Orsenna, marin familier des antichambres du pouvoir, romancier amateur du grand large, ne peut que se les poser...
Erik Orsenna évite le piège du didactisme. Son Entreprise des Indes est un récit sensible, peuplé de personnages tout droit sortis de la littérature picaresque, où l'aventure côtoie la métaphysique, la disputation la scène de rue, et la mesquinerie, la noblesse.


  • La revue de presse Véronique Maurus - Le Monde du 7 mai 2010

Christophe Colomb a sans doute inspiré autant de livres que la deuxième guerre mondiale, c'est dire !", note Erik Orsenna en présentant la bibliographie de L'Entreprise des Indes. C'est dire, oui, le défi relevé par l'académicien avec brio - et un léger biais. Car il se garde de marcher dans les travées encombrées de la biographie ou du récit de voyages. Le navigateur l'intéresse moins que les racines du génie - individuel et collectif - et la "fièvre du savoir" qui, à la fin du Moyen Age, a fait basculer l'Occident dans l'Histoire moderne. Ce bouillonnement de curiosité tous azimuts a permis les grandes découvertes - doublant la superficie du monde connu - puis la formidable aventure intellectuelle nommée Renaissance ; il est le vrai sujet de l'ouvrage...
L'Histoire, la grande, reprend ses droits, sans insister - "l'histoire racontée se nourrit de la vérité plutôt qu'elle la respecte". Telle est la clé de ce grand roman de la curiosité, encyclopédique mais jamais pédant. Entre conte et confession, le récit charme, philosophe, s'égare dans les méandres de la mémoire avant de reprendre son fil, bref, vit. Point de bruit ni de fureur, mais une mélodie pénétrante, de celles que l'on garde en tête, sans même s'en apercevoir. A la fin, on a compris. Et on en demeure étonné, ravi de se sentir plus savant.


  • Les courts extraits de livres : 30/06/2010

Île d'Hispañola,
Ville de Santo Domingo,
Palais du Vice-Roi des Indes,
Noël 1511

Il n'était pas prévu que je raconte.
Dans notre famille, c'est le frère aîné qui rêve. Et ce rêve devient sacré. De gré ou de force, Christophe nous a tous embarqués.
À chacun de nous il avait assigné un rôle.
Le mien était de l'aider, jour et nuit.
Et de me taire.
Je n'ai jamais eu l'idée de protester. À quoi sert de refuser la loi quand la loi est le coeur de vous-même ?
De cet acquiescement bien m'a pris : c'est ainsi que le rêve s'est accompli.
Dans la ville toute neuve de Santo Domingo, le palais de PAlcazar voudrait rappeler Séville. Mais ce n'est qu'un gros bloc de pierres grises posé sur le bord de la petite rivière Ozama. Avancez-vous sans crainte et franchissez la porte. Peu de chances que les gardes vous importunent : ils dorment la plupart du temps et leurs ronflements prouvent qu'ils s'adonnent sans réserve à la noble activité du sommeil. Tournez à gauche et traversez deux chapelles, l'une grande, l'autre petite. Toujours à main gauche, poussez une porte. Vous croirez pénétrer dans un tombeau tant la pièce est vide et dépourvue de lumière. Telle est la demeure prestigieuse et sinistre que le Vice-Roi m'a réservée. Le Vice-Roi est Diego, mon neveu : le seul fils légitime de Christophe.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia