Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La vie est brève et le désir sans fin

Couverture du livre La vie est brève et le désir sans fin

Auteur : Patrick Lapeyre

Date de saisie : 12/12/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : POL, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 9782818006030

GENCOD : 9782818006030

Sorti le : 26/08/2010

Intemporelle Manon
«La vie est brève et le désir sans fin» de Patrick Lapeyre, Prix Femina 2010, paru aux éditions P.O.L, est le septième roman de Patrick Lapeyre, né en 1949 dont le précédent récit, «L'Homme-soeur» avait obtenu le prix du livre Inter en 2004. Il déclare s'être inspiré de Manon Lescaut...

Dans ce roman Manon se nomme Nora. Comme la plupart des héroïnes classiques, c'est une manipulatrice, mais l'auteur ne nous révèle pas ses états d'âmes. Nora reste une énigme.
Le trio amoureux se met rapidement en place, deux hommes, l'un à Londres, l'autre à Paris. En miroir ils brûlent et s'intoxiquent de cette femme... Peu décrite, on la devine attirante, enfantine et immature. L'un, Murphy Blomdale financier américain et célibataire londonien assume Nora, l'autre Louis Blériot (comme l'aviateur) traducteur free lance vit aux crochets de sa femme, des ses parents et amis. La recette est ancienne, là où nous attends l'auteur c'est de par son style moderne, le ping-pong s'accélérant et les paragraphes s'amenuisant, effet de vitesse de l'amour en roue libre. Beaucoup de phrases idiomatiques de la modernité, du langage d'aujourd'hui le tout parsemé subtilement de références.
Patrick Lapeyre nous offre un roman tout en finesse, et même si l'on connait ses classiques, même si toute la poésie de l'histoire réside dans le titre (tiré d'un vers japonais), le lecteur happé dans cette spirale ferme le livre en pensant décidément que qu'elle que soit l'époque «la vie est brève et le désir sans fin».


Prix Femina 2010 et à juste titre ! Ce livre est un vrai coup de coeur ! Patrick Lapeyre nous raconte les histoires d'amour de Nora avec ses hommes : Murphy, l'américain et Louis le français. Ils savent tous les deux que Nora est une manipulatrice perverse mais elle est aussi une de ces femmes fatales auxquelles on ne résiste pas longtemps et qui font autant de bien qu'elles font de mal. Ils sont un jour heureux, un jour malheureux, ils voudraient y arriver, la quitter, mais c'est une passion dévorante et destructrice plus forte que tout...
«C'est à la fois quelque chose de très fort et d'inévitable. Ce qui l'étonne d'ailleurs, ce n'est pas que ce soit aussi fort, mais que ce soit aussi inévitable».


  • Les présentations des éditeurs : 24/02/2011

Nora n'aurait jamais dû revenir à Paris. Jamais. Mais elle est comme ça. Elle croit toujours que le temps est réversible. Donc elle est revenue.
Oh ! Louis, l've missed you so much, so much, lui a-t-elle dit.
Et il en a perdu la parole.

Patrick Lapeyre est né en juin 1949 à Paris. Il est auteur de six romans, tous publiés aux Éditions P.O.L. L'Homme-soeur a obtenu le prix du livre Inter en 2004.



  • La revue de presse Pascal Jourdana - L'Humanité du 9 décembre 2010

C'est un roman sur l'amour, plus que «d'amour», fait de petites perceptions, couronné par le prix Femina...
En mettant en scène les situations sentimentales de deux personnages masculins, La vie est brève et le désir sans fin s'attache surtout, sans avoir l'air d'y toucher, à toute la complexité de leurs émotions et des rapports que les hommes entretiennent aux femmes qu'ils aiment, surtout quand elles leur échappent.


  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 15 octobre 2010

Le dernier chapitre de La vie est brève et le désir sans fin est probablement l'un des plus ambigus et des plus gracieux de cette rentrée littéraire...
Le désir est une fenêtre qui s'ouvre sur une autre vie que l'on aurait pu avoir - ou pas. Etre quelqu'un d'autre. "En général, cette multiplicité, on l'oublie, mais le désir, entre autres choses, nous le rappelle, précise-t-il. On aime quelqu'un, on aime un monde, et on a le coeur navré de ne pas pouvoir aimer quelqu'un d'autre, dans un autre monde." Pour ce roman, il a choisi deux vers du poète japonais Issa (1763-1828) dont il a fait son titre. Le miracle est qu'ils correspondent à la fois à ce roman-là et à Manon Lescaut dont il est une réécriture. Car entre tous ces mondes littéraires, par la main de Patrick Lapeyre, les correspondances sont bien celles du désir et de la vie.


  • La revue de presse Alexandre Fillon - Lire, septembre 2010

Publié chez P.O.L en 1984, le premier, Le corps inflammable, inaugurait une oeuvre - traduite en chinois, en arabe, en espagnol, en roumain et en égyptien - hautement mélancolique et touchante qui atteint de nouveaux sommets avec La vie est brève et le désir sans fin...
Roman d'une incroyable subtilité sur la perte et l'attente, La vie est brève et le désir sans fin est son texte le plus ambitieux et le plus accompli...
Il s'est amusé à glisser des répliques de La princesse de Clèves dans la bouche de ses protagonistes. A travailler les dialogues et les scènes d'intérieur en ayant en tête Jean Seberg et Belmondo dans A bout de souffle. "J'ai l'impression que j'écris des livres pour faire respirer les gens, leur donner du souffle", glisse encore celui qui envisage le roman "comme un courant d'air". Les siens aident à vivre même s'ils vous serrent le coeur et vous laissent la larme à l'oeil.


  • La revue de presse Philippe Lançon - Libération du 16 septembre 2010

Nora est l'avenir de l'homme, qui n'en a pas. Elle va et vient entre eux, coeur plein, portefeuille vide, petite valise en main. Elle est leur absente-présente, d'une ingratitude souveraine, «puisque l'amour est sans solution». Elle flotte dans cette zone où la liberté touche à tout, à rien...
Murphy Blomdale est un ancien mathématicien reconverti dans la haute finance. Il est moins immature, moins agaçant de fausse modestie esthétisée. Les deux sont des personnages comme le roman français contemporain en produit dans le genre déprimé chic : antihéros muets, sans âge, plantés entre deux eaux et des murs vides et blancs. Leur essence narrative est l'ironie. Ils croient qu'ils sont élégants parce qu'ils sont dépressifs et parce qu'ils ont assez de goût pour juger mauvais celui de la plupart des autres. Le livre est tenu par cette névrose, chargé par la psychologie qu'elle impose : les grands muets qui souffrent, quand ils se mettent à parler, sont aussi cons -et amoureux- que les autres.


  • La revue de presse Valérie Marin La Meslée - Le Point du 9 septembre 2010

Roman subtil sur les affres de l'amour de cet écrivain hors pair...
Dans ce livre superbement temporalisé, la vie amoureuse suit un rythme organique, celui de la respiration ou de la suffocation de ses héros, Louis et Murphy, attendant Nora. Et ce n'est pas tant l'héroïne, dont le mystère agace plus qu'il ne séduit, que l'éperdue perplexité masculine qui crée l'adhésion à chaque ligne. Dans les incises et relatives glisse tout l'inavouable, et de temps à autre une petite phrase ouvre des perspectives infinies. " La douleur qu'on cause, se souvient-il tout à coup, est la grande question de la vie. "


  • La revue de presse Delphine Peras - Lire, septembre 2010

Après L'Homme-soeur, voici un septième roman sublime sur des amours impossibles, entre attente et absence...
De fait, même sans franchir les frontières de l'Europe, son nouveau roman ressemble à un origami, subtil, énigmatique, se pliant et se dépliant au gré des va-et-vient de la jeune et jolie Nora, qui passe des bras de Murphy le Londonien, cadre dans la haute finance, à ceux de Louis le Parisien, traducteur free-lance d'articles scientifiques, toujours fauché. Lequel n'arrive pas non plus à quitter son executive woman d'épouse, Sabine, qui l'entretient. Nora, elle, a besoin de l'argent de Murphy, mais pas seulement... Avec une gravité tout en grâce, en ellipses pudiques, digressions sensibles, Patrick Lapeyre orchestre magnifiquement ce ballet sentimental où la perte et l'attente marquent la cadence.


  • La revue de presse Patrick Kéchichian - La Croix du 25 août 2010

Avec distance et ironie, Patrick Lapeyre accompagne ses personnages dans leur errance amoureuse. Si le roman est une affaire de langage, la vie aussi. Et donc, pour bien rendre compte de cette vie, ou-soyons humble-d'une part infime de celle-ci, il est requis de prêter une attention extrême, maniaque, à ce langage. Car les lieux communs guettent. Cependant, quoi qu'on dise, il ne s'agit nullement de les écarter, de les moquer. Plus subtilement, il faut les mettre à contribution, les intégrer à la trame du récit, les contraindre à montrer leur face cachée. Leur vérité. Patrick Lapeyre, depuis plus de vingt-cinq ans, est passé maître dans cet art dont il sait dissimuler la haute technicité derrière des intrigues modernes à l'apparence presque banale.


  • Les courts extraits de livres : 24/02/2011

Le soleil sans vent commence à brûler. La voiture blanche est garée légèrement en contrebas de la route, à l'entrée d'un chemin creux bordé d'arbustes et de buissons de fougères.
A l'intérieur de la voiture, un homme aux cheveux hérissés paraît dormir les yeux ouverts, la tempe appuyée contre la vitre. Il a la peau mate, les yeux sombres avec de longs cils très fins pareils à des cils d'enfant.
L'homme s'appelle Blériot, il a quarante et un ans depuis peu, et porte ce jour-là - jour de l'Ascension - une petite cravate en cuir noir et des Converse rouges aux pieds.
Pendant que les rares voitures semblent onduler sur la route à cause de la distorsion de la chaleur, il continue à scruter le paysage - les pâtures, les troupeaux qui cherchent l'ombre - aussi immobile sur son siège que s'il comptait mentalement chaque animal. Puis, sans jamais rompre le fil de son attention, il finit par s'extraire de la voiture en esquissant quelques mouvements d'assoupissement et en massant ses reins ankylosés, avant de s'installer jambes croisées sur le capot.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia