Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le coeur régulier

Couverture du livre Le coeur régulier

Auteur : Olivier Adam

Date de saisie : 23/09/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782879297460

GENCOD : 9782879297460

Sorti le : 19/08/2010

Nathan - Sarah, un couple frère-soeur, partageant l'enfance et l'adolescence à l'unisson de la gémellité. Un lien troublant qui se délitera par le mariage et la vie rangée de Sarah. Au décès de Nathan, effondrée, elle part vers le Japon dans les pas de son jumeau disparu. Commence alors la lente déconstruction du passé mêlée de culpabilité. Un parcours tendu vers les falaises suicidaires et la rencontre de Natsume, ange gardien de vies à bout de souffle, sauvetage improbable parfois, avec de simples mots. «Il y a la vie et il faut la vivre». Retrouver le coeur régulier, inspirer, expirer et s'occuper de ceux qui restent.
Olivier Adam nous offre là un très beau roman fluide et dans lequel le paysage participe à l'apaisement et la reconstruction.


Après la perte de Nathan, Sarah ressent le besoin de s'exiler, seule, loin de ses enfants et de son mari, dans le dernier pays qui ait plu à son frère : le Japon.

Bouleversée par ses émotions, elle se remémore leur connivence d'antan et les émotions ressenties en grandissant loin de lui. Le Japon, terre de mystères et de deuil, la fascine de plus en plus, d'autant que Nathan a évoqué un certain Natsume, sauveur des âmes en péril sur la falaise, qu'elle sait habiter le même village qu'elle...

Olivier Adam livre un roman d'une délicatesse absolue, qui n'épargne pourtant ni le quotidien de l'héroïne, ni ses sentiments personnels.


Sarah, la narratrice, part au Japon après le décès de son frère Nathan. Enfants, ils étaient très liés, il était son double, unis face à leurs parents, toujours à la recherche de leur liberté. Mais seul Nathan persévèrera dans cette voie, Sarah adoptant une vie plus conventionnelle, bien rangée. La mort de son frère trouble cet ordre bien établi et l'incite à partir sur ses traces afin d'expliquer cette disparition et savoir si son frère s'est suicidé comme il l'a déjà tenté dans la passé. Elle se retrouve dans un modeste village japonais, au pied des falaises, où moult désespérés viennent mettre fin à leur vie. Nathan prétendait avoir retrouvé la paix et la sagesse dans ce pays atypique et auprès d'un certain Natsume. Cet homme se dévoue totalement à ces désespérés et tente de les sauver puis de les remettre patiemment dans le chemin de la vie.
«Vu de loin on ne voit rien» disait Nathan mais «vu de près» non plus selon Sarah ! En effet, ce voyage en l'éloignant de son foyer et en la rapprochant de son frère l'éclairera dangereusement ("Je m'étais tellement trompée") sur sa vie, son mal être, ses proches, ses attentes mais aussi sur Nathan ce frère assoiffé d'amour qu'elle croyait connaître. Nathan avait trouvé en Natsume sa béquille alors que Sarah, qui s'occuperait d'elle... Olivier Adam continue d'explorer pour notre plus grand plaisir ses thèmes favoris (la fraternité, la difficulté à connaître ses proches, la vie de gens simples, la mort, la mer...).


Olivier Adam au micro de Jean Morzadec


Une courte lecture d'Olivier Adam


  • Les présentations des éditeurs : 13/01/2011

«Vu de loin on ne voit rien», disait souvent Nathan. Depuis la mort de ce frère tant aimé, Sarah se sent de plus en plus étrangère à sa vie, jusque-là «si parfaite». Le coeur en cavale, elle s'enfuit au Japon et se réfugie dans un petit village au pied des falaises. Nathan prétendait avoir trouvé la paix là-bas, auprès d'un certain Natsume. En revisitant les lieux d'élection de ce frère disparu, Sarah a l'espoir de se rapprocher, une dernière fois, de lui. Mais c'est sa propre histoire qu'elle va redécouvrir, à ses risques et périls.

Grâce à une écriture qui fait toute la place à la sensation, à l'impression, au paysage aussi bien intérieur qu'extérieur, Olivier Adam décrit les plus infimes mouvements du coeur et pose les grandes questions qui dérangent.

Olivier Adam est né en 1974. Après avoir grandi en banlieue et vécu à Paris, il s'est installé à Saint-Malo. Il est l'auteur de nombreux livres dont Je vais bien, ne t'en fais pas, Passer l'hiver (Goncourt de la nouvelle 2004), Falaises, À l'abri de rien (prix France Télévisions 2007 et prix Jean-Amila-Meckert 2008), Des vents contraires (Prix RTL/Lire 2009).



  • La revue de presse Muriel Steinmetz - L'Humanité du 23 septembre 2010

La construction du livre rappelle le ressac de l'océan  : ici et là-bas, présent et passé. Sarah est partie inconsciemment en quête d'elle-même. Le charme prenant de Coeur régulier tient à la découverte progressive du monde des sens par le personnage, au sein d'un pays inconnu qui le met entre parenthèses. Peu à peu, le contact, les odeurs, la caresse du vent parviennent à se faufiler dans ce corps, dans cette femme asséchée, quasiment morte, qui réorganise sa mémoire...
Il sait signifier en peu de mots choisis un milieu, les liens d'enfance si forts entre frère et soeur, la fragilité des dépossédés. Il impose une voix reconnaissable à un univers qui oscille entre le réalisme et une certaine forme d'expansion lyrique.


  • La revue de presse Anne Crignon - Le Nouvel Observateur du 9 septembre 2010

Sarah vient de perdre son frère. Comment se débrouillent ceux qui restent ? La question hante Olivier Adam dans «le Coeur régulier»...
Pas de sentimentalisme, un style âpre et ramassé, des phrases qui courent jusqu'au dénouement, Olivier Adam écrit contre le «refroidissement des âmes». La vie n'a aucun sens, il faut juste vivre. Il y a du Lawrence chez lui. Même panthéisme salvateur, la résurrection est toujours possible au contact de la nature - la mer houleuse n'est jamais loin. Même façon d'aborder autrui sans mise en scène de soi-même...
Tous les hommes tombent un jour ou l'autre. Olivier Adam raconte comment on se relève.


  • La revue de presse Alexandre Fillon - Lire, septembre 2010

Olivier Adam explique avoir eu envie de parler "du Japon comme d'une sensation". D'un Japon qui n'est pas celui de Sofia Coppola, ni de Jean-Philippe Toussaint et encore moins celui d'Amélie Nothomb. Il a cherché à créer une "ambiance en demi-teintes" dans un roman qu'il voulait "brutal et apaisé à la fois". A creuser les contours d'une femme "qui s'est perdue de vue en prenant un chemin intime et social qui l'a déconnectée d'elle-même". Le personnage de Natsume est venu après la lecture du portrait de Yukio Shige en dernière page de Libération. Un ex-policier japonais (présent aussi brièvement dans Incident de personne d'Eric Pessan) officiant à Tojimbo, à 400 kilomètres au nord-ouest de Tokyo, au bord des falaises, où il tente d'éloigner les suicidaires du gouffre. Les fans d'Olivier Adam ne peuvent que croiser les doigts. Espérer que, cette année, les jurés Goncourt fassent le bon choix.


  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 27 août 2010

Le lecteur fidèle d'Olivier Adam sait que, d'un livre à l'autre, se poursuit à la fois l'exploration d'une langue et d'un territoire sentimental bien particuliers. Romancier de la mélancolie et de ses petits détails terribles, l'écrivain possède cette faculté rare de construire des cathédrales sur un fil, souvent fragile. Le Coeur régulier ne déroge pas à la règle, en prenant pour prétexte le désespoir et l'exil volontaire d'une femme loin de sa famille...
On a parfois reproché à Olivier Adam la trop grande fluidité de son écriture et la simplicité de ses intrigues. Des critiques rapides (voire absurdes), sans aucun doute, car la lecture de ce nouveau livre confirme que, chez lui, l'intrigue est dans la langue et dans le détail : sa fluidité est aussi évidente que complexe. De ce point de vue, Le Coeur régulier est exemplaire. Mieux : il est excellent.


  • La revue de presse Albert Sebag - Le Point du 26 août 2010

Qu'on se rassure, n'en déplaise à ses contempteurs, qui sont légion, Olivier Adam n'a jamais été aussi vivant et tous ses détracteurs vont enrager, en cette rentrée littéraire, tant son nouveau roman est étincelant, puissant et littérairement juste...
Vous allez ainsi découvrir un personnage extraordinaire, comme échappé des Ailes du désir, de Wenders. Natsume Dombori, "vêtu d'un pantalon gris et d'un coupe-vent noir, une casquette de base-ball vissée sur la tête", passe son temps à "surgir de nulle part" pour empêcher les désespérés de commettre l'irréparable au bord du précipice. Un ange aux yeux bridés qu'on ne pourra plus jamais chasser de sa mémoire. Oui, on vous le redit, du grand Adam.


  • La revue de presse Claire Lesegretain - La Croix du 25 août 2010

Un roman d'Olivier Adam, c'est d'abord un rythme, une respiration, du fait d'une écriture balancée et d'une construction en allers et retours. Cette fois-ci, les allers-retours se font entre la France et le Japon. Plus précisément, entre la région parisienne, où Sarah a vécu toute sa jeunesse chez ses parents, avec son frère Nathan, d'un an plus jeune qu'elle, et sa plus jeune soeur Clara, et un petit village du littoral japonais, non loin de Kyoto, où Sarah séjourne quelques semaines pour retrouver les traces de son frère, mort brutalement peu auparavant...
En se coulant ainsi dans la vie de ce frère instable, immature et contestataire, qu'elle a trop souvent délaissé ces dernières années par souci de respectabilité, Sarah va peu à peu se retrouver elle-même...
Avec ce septième roman, dont l'héroïne porte un prénom déjà rencontré sous sa plume, Olivier Adam explore d'une nouvelle manière le thème de la disparition cher à sa réflexion. Il accompagne avec la même délicatesse des destins abîmés et désorientés. Il leur tend des bouées dans leur désarroi et leur recherche de dignité, avec à l'horizon la possibilité de casser leurs habitudes, mais pas leurs rêves.


  • Les courts extraits de livres : 13/01/2011

C'est une nuit sans lune et c'est à peine si l'on distingue l'eau du ciel, les arbres des falaises, le sable des roches. Seules scintillent quelques lumières, de rares fenêtres allumées, une dizaine de lampadaires le long de la plage, deux autres aux abords du sanctuaire, le néon d'un bar, un distributeur de boissons, myriade de canettes multicolores sous l'éclairage cru. Plus grand monde ne s'attarde à cette heure. La fin de l'été a ravalé les touristes, les dernières cigales crissent dans les jardins de la pension, nous sommes fin septembre mais il fait encore tiède. Par la baie entrouverte monte la rumeur du ressac. S'y mêlent le froissement des feuilles, le balancement des bambous, les craquements des cèdres. Les singes se sont tus peu après la tombée du jour, tout à l'heure ils hurlaient de panique, puis l'obscurité a tout recouvert et ils ont renoncé. Je rentrais des falaises par ce chemin sinueux que j'emprunte depuis déjà six jours. Sous la voûte des grands arbres où se croisaient les premières chauves-souris et les dernières buses, au milieu des fougères et des tapis de mousse, je longeais des lanternes déjà familières, des rosa rugosa encore fleuris des camélias aux feuilles luisantes, des érables encore verts, des maisons de bois par les fenêtres desquelles se devinaient des mobiliers à ras du sol, des cloisons de papier, l'écru blond des tatamis. Il n'était pas sept heures, mais déjà des repas s'y préparaient, répandaient leurs parfums moites de bouillon et d'algues, de thé vert et de soja. Trois gamins en tenue de base-ball me suivaient en bavardant, la batte sur l'épaule. Ils ont bifurqué dans mon dos sans que je m'en aperçoive, quand je me suis retournée il n'y avait plus personne, j'aurais aussi bien pu avoir été filée par des fantômes. Arrivée à la pension, je me suis installée près des fenêtres, accroupis autour d'une table en bois laqué nous n'étions que cinq à dîner, Katherine, moi-même et trois Japonais : un couple élégant et silencieux, tous deux vêtus de kimonos sobres et parfaitement coupés, visages aux traits si fins qu'on les aurait dits échappés d'un film, d'une photo. Et, légèrement en retrait, un homme d'une cinquantaine d'années, costume anthracite sur chemise claire, dont la bouche arborait en permanence une cigarette entièrement blanche. Il les sortait d'un paquet souple et bleu ciel et ne s'interrompait que pour avaler quelques bouchées ou boire une gorgée de bière d'une longueur inhabituelle, comme s'il tentait de vider son verre en un seul trait.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia