Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Où j'ai laissé mon âme

Couverture du livre Où j'ai laissé mon âme

Auteur : Jérôme Ferrari

Date de saisie : 22/01/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 17.00 €

ISBN : 978-2-7427-9320-4

GENCOD : 9782742793204

Sorti le : 18/08/2010

L'écriture de Jérôme Ferrari est une âme. De celle qui tranche et laisse des cicatrices dans nos mémoires. L'Algérie, la confrontation de combattants, les exactions malheureusement liées à tout conflit et les hommes surtout dans toutes leurs ambigüités, leurs volontés, leurs ressentis. Une banale histoire d'homme ? non, une humanité à reconstruire. Le souffle des mots s'engouffre, s'inscrit et nous emporte. On ne peut pas lâcher le livre.
N'est ce pas mon capitaine ?


Où j'ai laissé mon âme, c'est par ce doux euphémisme que le capitaine Degorce évoque le conflit algérien. Lui et son camarade le lieutenant Andréani sont nés de la même guerre, l'Indochine, ont été prisonniers, affamés, brutalisés par les Viet Mihns. Degorce, l'aîné, le résistant déporté, sera le modèle, le mentor d'Andréani. Des liens indéfectibles naîtront de cette défaite et de cette captivité. Mais, en ce mois de mars 1957, derrière les volets clos d'une belle villa algéroise, ce sont eux les bourreaux, les tortionnaires.

Le récit recueille les tourments de ces deux soldats trois jours durant, de l'arrestation à la mort d'Hadj Nacer, dit Tahar, chef de l'ALN. Les mêmes actes de tortures réunissent les deux protagonistes mais, ils adoptent deux postures, là où Andréani y voit un mal nécessaire, exécutant sans scrupules les ordres en parfait soldat, Degorce est tiraillé et cherche une absolution biblique, et tissera des liens de respect et de fraternité avec Tahar figure centrale de ce trio. Tahar apparaît comme la seule âme en paix dans ce chaos, ce délitement humain.

Jérôme Ferrari fait parti de cette génération d'auteurs qui depuis peu s'emparent de cette page noire de l'histoire, mais Où j'ai laissé mon âme est avant tout une profonde réflexion sur cette frontière ténue entre bien et mal, portée par une langue tour à tour emportée lors du récit du lieutenant Andréani, et toute en nuances et contritions lorsque Degorce s'exprime. La grande réussite de ce roman saisissant tient certainement dans le portrait de ces hommes vainqueurs mais irrémédiablement vaincus.


L'histoire se déroule à Alger dans les années 60, mais elle aurait pu se dérouler dans tous les lieux du monde où l'homme mène la guerre. L'auteur décrypte sans jugement des hommes dans la violence qui se débattent entre le bien, le mal et bien plus que cela leur propre humanité. Touché, le lecteur ne prend aucun parti mais se laisse dériver dans les tréfonds de ces âmes. Une grande écriture.


Né après ce que l'on a longtemps appelé «les évènements d'Algérie», Jérôme Ferrari leur consacre un roman bouleversant.

Dans sa partie la plus passionnée, ce texte rapporte l'adresse que le lieutenant Andreani destine au capitaine Degorce pour lui dire son admiration déçue, et la haine qui s'y est insinuée. En effet, Andreani n'a survécu au camp où ils étaient prisonniers en Indochine que grâce à l'exemple et au soutien de son supérieur. Mais quand ils se retrouvent en 1957 à Alger, tous deux chargés d'obtenir par tous les moyens des renseignements sur les «insurgés», leur attitude diverge. Andreani accomplit sa tâche sans scrupules, parfait exécutant et exécuteur, retranché derrière ses valeurs : l'obéissance, l'efficacité, le souvenir de ses camarades tombés au combat, et, pourquoi pas, le sort des «supplétifs», ces harkis qu'on ne peut pas abandonner à une mort promise. Le capitaine Degorce, lui, est déchiré de doutes, bousculé dans sa foi, honteux de l'image qu'il pourrait donner à sa femme, à ses filles. Au point qu'il tisse avec Tahar, un commandant ennemi qu'il vient d'arrêter, des liens où se mêlent respect, fraternité, sympathie presque.

Emportée, colérique, indignée quand elle prête sa plume au lieutenant Andreani, l'écriture de Jérôme Ferrari se fait introspective, douloureuse, quand elle suit - à la troisième personne - les questionnements du capitaine Degorce. La grande force de ce livre tient certainement à la volonté de l'auteur de ne prendre parti pour aucun des deux protagonistes. Il ne s'agit pas pour lui, semble-t-il, de départager la vérité de l'erreur, mais bien de rentrer dans le coeur, et les tripes, de deux hommes noyés dans ce grand mensonge qu'a été la guerre d'Algérie.


De ces deux hommes, anciens frères d'armes en Indochine, on ne connaît quasiment rien, si ce n'est ce qui les oppose dorénavant : la nécessité de leur place de tortionnaire dans une guerre différente. Eux, les héros militaires, les survivants des camps indochinois, ont perdu leur position et en assume différemment le résultat réel et intérieur.
Le capitaine Degorce tergiverse, s'émeut, se perd. Le lieutenant Andréani poursuit, persiste, s'enfonce. Et le troisième personnage du livre, Tahar, opposant ultime et figure littéraire religieuse, achèvera les convictions des deux militaires.

Texte saisissant, essentiel, simplement beau.


Le 18 août, sortie du nouveau roman de Jérôme Ferrari, Où j'ai laissé mon âme. A travers l'histoire de deux corses pendant la guerre d'Algérie, l'auteur tente de nous faire entrevoir l'inaccessible Vérité de l'homme, cherchant le Bien et voulant repousser le Mal, dans l'Enfer des aléas de l'Histoire...


D'une écriture tout en poésie, sans artifices, qui va à l'essentiel, Jérôme FERRARI s'en sert comme une arme pour mieux pénétrer l'atmosphère des geôles algéroises et dépeindre cet univers moite, sombre et menaçant où toutes les lois humaines sont bafouées rendant la vérité indiscernable et laissant l'âme prisonnière d'une logique implacable régissant la pensée et l'action.
Le capitaine André Degorce et le lieutenant Horace Andreani se retrouvent à Alger en 1957. Après avoir été, ensemble, deux victimes rescapées des camps de rééducation sous Hô Chi Minh, ils deviennent deux bourreaux pendant la guerre d'Algérie, utilisant la force, l'intimidation et la menace pour procéder aux arrestations de groupes indépendantistes algériens et obtenir des renseignements sur les réseaux.
Une même période de l'Histoire collective partagée par ces deux hommes et deux destins individuels qui s'opposent dans la conception des valeurs. Excellent texte, basé sur le dialogue dans lequel, deux consciences vont être confrontées aux frontières du bien et du mal, dont l'une, celle du capitaine Degorce va être réveillée par la conscience collective, l'Histoire, pour signifier au capitaine que son âme a été enfouie, sacrifiée au détriment de la beauté que symbolisent les décorations et les honneurs militaires.
Un texte philosophique, sensible, vrai et percutant


Une courte lecture de Jérôme Ferrari


Une courte lecture de Jérôme Ferrari


Jérôme Ferrari au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 20/08/2010

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

1957. A Alger, le capitaine André Degorce retrouve le lieutenant Horace Andreani, avec lequel il a affronté l'horreur des combats puis de la détention en Indochine. Désormais les prisonniers passent des mains de Degorce à celles d'Andreani, d'un tortionnaire à l'autre : les victimes sont devenues bourreaux. Si Andreani assume pleinement ce nouveau statut, Degorce, dépossédé de lui-même, ne trouve l'apaisement qu'auprès de Tahar, commandant de I'ALN, retenu dans une cellule qui prend des allures de confessionnal où le geôlier se livre à son prisonnier...

Sur une scène désolée, fouettée par le vent, le sable et le sang, dans l'humidité des caves algéroises où des bourreaux se rassemblent autour des corps nus, Jérôme Ferrari, à travers trois personnages réunis par les injonctions de l'Histoire dans une douleur qui n'a, pour aucun d'eux, ni le même visage ni le même langage, trace, par-delà le bien et le mal, un incandescent chemin d'écriture vers l'impossible vérité de l'homme dès lors que l'enfer s'invite sur terre.

Né à Paris en 1968, Jérôme Ferrari, après avoir été, durant quatre ans, professeur de philosophie au lycée international d'Alger, vit actuellement en Corse, où il enseigne depuis 2007.
Chez Actes Sud, il a publié trois romans : Dans le secret (2007; Babel, 2010), Balco Atlantico (2008) er Un dieu un animal (2009).



  • La revue de presse Emmanuel Hecht - L'Express, septembre 2010

"Je me souviens de vous, mon capitaine, je m'en souviens très bien, et je revois encore distinctement la nuit de désarroi et d'abandon tomber sur vos yeux quand je vous ai appris qu'il s'était pendu"... Ainsi débute Où j'ai laissé mon âme, de Jérôme Ferrari, long monologue intérieur du lieutenant Andreani à l'adresse de son supérieur, - longtemps admiré, puis méprisé - le capitaine André Degorce, près de cinquante ans après la bataille d'Alger (1957)...
Jérôme Ferrari, auteur de plusieurs romans, dont Un dieu, un animal (Actes Sud, 2009), nous fait cadeau d'un récit lyrique sur "la honte d'être soi-même" et "l'impasse morale". Magistral, dostoïevskien.


  • La revue de presse Julien Bisson - Lire, octobre 22010

Avec ce roman magistral, Jérôme Ferrari plonge dans l'enfer de la guerre d'Algérie...
Par-delà le bien et le mal, Jérôme Ferrari renvoie ainsi dos à dos les ennemis d'hier pour mieux évoquer le chemin de croix d'hommes banals, prisonniers de leur faiblesse et de leur mauvaise conscience. "Vous savez ce qu'il en est de la dignité de l'être humain, vous savez ce que valent les hommes, vous et moi compris", assène Andreani à son supérieur hiérarchique. Plongés en enfer, rares sont ceux qui partagent les vertus de ce roman magistral : courage, droiture et intransigeance morale.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 22 octobre 2010

Le sixième roman de Jérôme Ferrari met en scène l'affrontement de deux combattants devenus des bourreaux pendant la bataille d'Alger. Un huis clos intense, sans complaisance, servi par une langue incandescente...
La situation, pour un romancier, n'était pas exempte de pièges. La grandiloquence, la théâtralité, et bien évidemment les clichés et les « scènes à faire ». Jérôme Ferrari les évite avec une grande finesse, sans tomber dans la sécheresse...
La langue de Ferrari, sobre, au plus près de la pensée et de la parole, porte le récit et les personnages avec une intensité rare. Pour son sixième roman, il atteint une maîtrise qui l'installe dans les tout premiers rangs.


  • La revue de presse Martine Laval - Télérama du 20 octobre 2010

Ici, sur fond de guerre de 40, d'Indochine et d'Algérie, Jérôme Ferrari prend les armes et s'engage totalement. Humaniste amer et lucide, il marche sur les traces de Jean Renoir. Un capitaine mû par une haine méticuleuse et endolorie, un prisonnier respecté pour son grade et son intelligence, et un alter ego oscillant entre l'amour et la vengeance : La Grande Illusion plane sur ces pages flamboyantes, dont la morale désabusée rappelle le «chacun a ses raisons» de La Règle du jeu.


  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Monde du 17 septembre 2010

Au coeur du roman, le capitaine Degorce interpelle ses soldats sur l'art de conduire un interrogatoire : "Messieurs, dit-il, la souffrance et la peur ne sont pas les seules clés pour ouvrir l'âme humaine. Elles sont parfois inefficaces. N'oubliez pas qu'il en existe d'autres. La nostalgie. L'orgueil. La tristesse. La honte. L'amour. Soyez attentifs à celui qui est en face de vous. Ne vous obstinez pas inutilement. Trouvez la clé. Il y a toujours une clé." Hors de l'effroi qu'elle inspire, cette harangue résume assez bien la démarche d'un romancier - par ailleurs professeur de philosophie - qui ne cesse d'explorer l'âme humaine dans ses recoins les plus sombres, les plus retors, grâce à une écriture ardente, épurée et lyrique...
Dans l'entrelacs des temps, des lieux qui disent la permanence de la violence aveugle, meurtrière, se dessine un chemin aride et déserté, hors du monde. Un calvaire qu'arpentent deux hommes, face à eux-mêmes et à leurs démons... De cette plongée dans l'abîme, troublante et terrifiante, de cette quête impossible menée par-delà le bien et le mal, ressort cependant une certitude : celle d'avoir lu un des romans les plus saisissants de cette rentrée.


  • La revue de presse Sabine Audrerie - La Croix du 2 septembre 2010

Dense et bouleversant, le cinquième roman de Jérôme Ferrari confronte un ancien officier des renseignements en Algérie et son lieutenant à leurs souvenirs et à leur conscience. Voir, céder, participer, laisser faire ou agir, que ce soit pour empêcher ou pour commettre... elles sont nombreuses et complexes les interrogations intimes qui pétrissent les personnages de Jérôme Ferrari. Ce n'est pourtant pas un livre cérébral ou psychologisant qu'il donne à lire, mais une réflexion dense et lyrique sur la mémoire, la culpabilité, la compassion, le devoir et l'honneur, à travers l'histoire du capitaine André Degorce, responsable du service de renseignements de l'armée française pendant la guerre d'Algérie. Maintenant son attention à des thèmes déjà étreints dans ses précédents romans (notamment dans Un dieu un animal, en 2009, où il était déjà question de guerres et de l'incapacité à revenir au monde après avoir plongé dans les ténèbres), l'écrivain publie l'un des meilleurs livres de cette rentrée.


  • Les courts extraits de livres : 20/08/2010

Je me souviens de vous, mon capitaine, je m'en souviens très bien, et je revois encore distinctement la nuit de désarroi et d'abandon tomber sur vos yeux quand je vous ai appris qu'il s'était pendu. C'était un froid matin de printemps, mon capitaine, c'était il y a si longtemps, et pourtant, un court instant, j'ai vu apparaître devant moi le vieillard que vous êtes finalement devenu. Vous m'aviez demandé comment il était possible que nous ayons laissé un prisonnier aussi important que Tahar sans surveillance, "vous aviez répété plusieurs fois, comment est-ce possible ? comme s'il vous fallait absolument comprendre de quelle négligence inconcevable nous nous étions rendus coupables - mais que pouvais-je bien vous répondre ? Alors, je suis resté silencieux, je vous ai souri et vous avez fini par comprendre et j'ai vu la nuit tomber sur vous, vous vous êtes affaissé derrière votre bureau, toutes les années qu'il vous restait à vivre ont couru dans vos veines, elles ont jailli de votre coeur et vous ont submergé, et il y eut soudain devant moi un vieil homme à l'agonie, ou peut-être un petit enfant, un orphelin, oublié au bord d'une longue route désertique. Vous avez posé sur moi vos yeux pleins de ténèbres et j'ai senti le souffle froid de votre haine impuissante, mon capitaine, vous ne m'avez pas fait de reproches, vos lèvres se crispaient pour réprimer le flux acide des mots que vous n'aviez pas le droit de prononcer et votre corps tremblait parce que aucun des élans de révolte qui l'ébranlaient ne pouvait être mené à son terme, la naïveté et l'espoir ne sont pas des excuses, mon capitaine, et vous saviez bien que, pas plus que moi, vous ne pouviez être absous de sa mort. Vous avez baissé les yeux et murmuré, je m'en souviens très bien, vous me l'avez pris, Andreani, vous me l'avez pris, d'une voix brisée, et j'ai eu honte pour vous, qui n'aviez même plus la force de dissimuler l'obscénité de votre chagrin. Quand vous vous êtes ressaisi, vous m'avez fait un geste de la main sans plus me regarder, le même geste dont on congédie les domestiques et les chiens, et vous vous êtes impatienté parce que je prenais le temps de vous saluer, vous avez dit, foutez-moi le camp, lieutenant ! mais j'ai achevé mon salut et j'ai soigneusement effectué un demi-tour réglementaire avant de sortir parce qu'il y a des choses plus importantes que vos états d'âme. J'ai été heureux de me retrouver dans la rue, je vous le confesse, mon capitaine, et d'échapper au spectacle répugnant de vos tourments et de vos luttes perdues d'avance contre vous-même. J'ai respiré l'air pur et j'ai pensé qu'il me faudrait peut-être recommander à l'état-major de vous relever de toutes vos responsabilités, que c'était mon devoir, mais j'ai vite renoncé à cette idée, mon capitaine, car il n'existe pas d'autre vertu que la loyauté.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia