Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. C'est une chose étrange à la fin que le monde

Couverture du livre C'est une chose étrange à la fin que le monde

Auteur : Jean d' Ormesson

Date de saisie : 17/09/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Robert Laffont, Paris, France

Prix : 21.00 €

ISBN : 9782221117026

GENCOD : 9782221117026

Sorti le : 19/08/2010

  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

Qu'est-ce que la vie et d'où vient-elle ? Comment fonctionne l'univers ? Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ? Des mathématiciens aux philosophes grecs, à Einstein et à la théorie des quanta, en passant par Newton et Darwin, voilà déjà trois mille ans que les hommes s'efforcent de répondre à ces questions.
L'histoire s'est accélérée depuis trois ou quatre siècles. Nous sommes entrés dans l'âge moderne et postmoderne. La science, la technique, les chiffres ont conquis la planète. Il semble que la raison l'ait emporté. Elle a permis aux hommes de remplacer les dieux à la tête des affaires du monde.
Où en sommes-nous aujourd'hui ? Dieu est-il à reléguer au musée des gloires étrangères et des puissances déchues ? La vie a-t-elle un sens ou est-elle une parenthèse entre deux néants ? Est-il permis d'espérer quoi que ce soit au-delà de la mort ?
Avec les mots les plus simples et les plus clairs, avec une rigueur mêlée de gaieté, Jean d'Ormesson aborde de façon neuve ces problèmes de toujours et raconte au lecteur le roman fabuleux de l'univers et des hommes.

Jean d'Ormesson est normalien et agrégé de philosophie. Il a publié notamment Au plaisir de Dieu, La Gloire de l'Empire, Histoire du Juif errant, La Douane de mer, C'était bien. Qu'ai-je donc fait.



  • La revue de presse Philippe Lançon - Libération du 16 septembre 2010

Il est sans âge, il les a tous. Son public a 7 ans, 77 ans. Ses yeux clairs luisent entre les meubles de style, les reproductions assez bonnes de tableaux de maître. Ses livres sont des conversations au bridge, on les suit sans déplaisir et sans écouter. Ils fument le thé, mouillent les madeleines, tendent le velours des rideaux. Ils font glisser le temps qui passe...
Car ce qui serait chez tout autre un défaut est, chez Jean d'Ormesson, une qualité : ses livres s'arrêtent toujours au seuil de l'éclat, de l'original, du surprenant, du gênant, de l'intéressant, mais cette limite semble un signe de délicatesse, presque de générosité : plus que d'un manque, on y sent l'effet d'une courtoisie, d'une légèreté - d'une fermeté. Leur banalité soyeuse et bien structurée éclaire les uns sans assombrir les autres.


  • La revue de presse Jean-Gabriel Fredet - Le Nouvel Observateur du 16 septembre 2010

Connu pour son amour de la vie, l'écrivain favori des Français s'interroge sur l'au-delà. Et dévoile du même coup sa vraie personnalité...
Dieu, la transcendance, d'Ormesson, pourquoi pas ? Lorsque, entre une couverture sur le mal de dos et une autre sur le plaisir sexuel, les magazines font leur une sur le Grand Horloger, on aurait mauvaise grâce à refuser cette brillante méditation sur le fonctionnement de l'univers. D'autant qu'elle éclaire l'autre face de l'écrivain préféré des Français : sensuel, panthéiste, insolite...
Reste le style car «une histoire ne fait pas l'écrit», les formules, les portraits et croquis au scalpel, l'ironie douce ou mordante. Et, indexée sur son amour pour la vie, une passion communicative pour la littérature.


  • La revue de presse Bruno Frappat - La Croix du 15 septembre 20115

Pas optimiste, pas pessimiste : ce n'est pas son sujet. Il ne cesse de rendre grâce d'avoir vécu. Voilà un livre simple et requinquant...
Très bien, mais, au fait, de quoi est-il question dans cette histoire de l'Oncle Jean ? De tout, figurez-vous. De toutes les questions qu'un esprit affûté pose et se repose en voyant approcher le terme de ses jours. Du sens de la vie, de la formation de l'univers, des pourquoi et des comment que tous les hommes de science et tous les philosophes ont creusés depuis que l'homme, sur Terre, est en âge de penser. De tout ce qu'un adolescent anxieux se pose comme tourments : la vie, la mort, l'amour, Dieu. Tout, on vous dit. Comme le grand adolescent en question est gai, talentueux, limpide dans l'expression, le lecteur glisse avec bonheur, grâce à lui, sur le fleuve des grands questionnements.


  • La revue de presse - Le Figaro du 2 septembre 2010

En filigrane, tout au long du livre, les questions «D'où venons-nous ? Où allons-nous ? Que faisons-nous sur cette Terre ?» reviennent avec insistance. L'interrogation de Leibniz «Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ?» (titre du deuxième chapitre) tourmente l'auteur...
Jean d'Ormesson confesse qu'il a écrit ce livre pour tenter «d'inverser le mouvement et de donner ses chances à Dieu dont il est aussi impossible de prouver l'existence que la non-existence». Il voulait aussi «tenter d'y voir un peu plus clair». Vous serez également éclairés. L'auteur ajoute que «les bons livres sont ceux qui changent un peu leurs lecteurs... (Celui-ci) m'a guéri de mes souffrances et de mes égarements. Il m'a rendu l'espérance.» Comme lui, vous non plus ne sortirez pas indemne de la lecture de ce livre.


  • La revue de presse Roger-Pol Droit - Le Monde du 27 août 2010

Prenez des questions. Choisissez-les simples, compréhensibles par tous, mais impossibles à résoudre. Par exemple : le monde a-t-il un sens ? Dieu existe-t-il ? Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Laissez de côté l'air grave. Evitez comme la peste concepts et références. Faites comme si, un matin, tout ça vous tombait dessus. Découpez ces grandes interrogations en fines lamelles, nappez d'une couche d'histoire universelle, saupoudrez d'un rien de Platon, de Hegel, de Darwin, ajoutez un zeste de Heidegger, un soupçon de Max Planck. Intitulez le tout "roman" et prenez l'air ingénu. Vous croirez tenir la recette de Jean d'Ormesson. La vôtre sera ratée. Parce qu'il joue, lui, pour de vrai. Assez rusé pour être réellement candide. Assez factice pour sonner juste. Suffisamment hâbleur pour émouvoir. Du coup, même dans son rôle d'énergumène officiel, il finit par charmer.


  • La revue de presse Franz-Olivier Giesbert - Le Point du 26 août 2010

De livre en livre, Jean d'Ormesson se bonifie et prend de la hauteur. Son dernier opus, C'est une chose étrange à la fin que le monde, relève du tour de force. Il ose tout. Il se met dans la peau de Dieu, ni plus ni moins, et nous raconte carrément le roman du monde. Des idées, surtout, et puis aussi des sciences et des systèmes philosophiques. On pourrait y voir la marque d'une boursouflure terminale d'académicien statufié, mais non, l'auteur mène cette titanesque entreprise sans enflure ni moulinets, avec la vraie modestie des vrais érudits. Si la culture est ce qui reste quand on a tout oublié, alors il s'agit là d'un monument à sa gloire.


  • La revue de presse Tristan Savin - Lire, août 2010

Curieusement étiqueté "roman", C'est une chose étrange à la fin que le monde n'a pas non plus la prétention d'être un essai. L'octogénaire agrégé de philosophie nous livre, avec sa modestie coutumière, dans un style agréable et simple, les réflexions d'un "Vieux" sur la vie, la place de Dieu et la progression de la science...
On aimerait être un enfant et entendre ces histoires pour la première fois. On ne saurait trop recommander à tout adolescent de les lire pour parfaire son initiation à la culture générale. Mais on ne regrette pas, adulte, de les redécouvrir...
Sa sagesse nous illumine. "Le passé s'éclaire à mesure qu'il s'éloigne." Soyons patients. A la fin, les secrets du monde nous seront révélés.


  • Les courts extraits de livres : 09/09/2010

le fil du labyrinthe

Un beau matin de juillet, sous un soleil qui tapait fort, je me suis demandé d'où nous venions, où nous allions et ce que nous faisions sur cette Terre.

Le rêve du vieux

le fil du labyrinthe

Où nous allons ? Qui le sait ? Devant moi, il y avait... qu'y avait-il ? Autre chose. Autre chose qui n'existait pas encore et que nous appelons l'avenir. Quelque chose de différent, et même de très différent - et pourtant de semblable. Autre chose, mais la même chose. Et la mort.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia