Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Point omega

Couverture du livre Point omega

Auteur : Don DeLillo

Traducteur : Marianne Véron

Date de saisie : 27/10/2010

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 14.00 €

ISBN : 9782742792306

GENCOD : 9782742792306

Sorti le : 01/09/2010

C'est l'oeuvre d'un romancier et d'un cinéaste. C'est un livre qui mêle métaphysique, politique, intime, cherchant à cerner ce qu'est le cinéma, ce qu'est la réalité. Un petit livre étrange et envoûtant. Le titre est emprunté à Teilhard de Chardin, paléontologue et théologien français. L'homme doit rejoindre Dieu en un Point Oméga de parfaite spiritualité. L'évolution darwinienne n'est qu'une étape vers ce point. C'est l'un des trois personnages du roman qui fait sienne cette théorie.


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS

New York. Depuis plusieurs jours, un homme vient, seul, assister, dans une salle du MOMA, à la projection au ralenti du film d'Hitchcock Psychose, proposée, sous le titre 24 Hour Psycho, par le plasticien Douglas Gordon.
Bien loin de là, en plein désert, le taciturne Richard Elster, universitaire à la retraite, accueille avec réticence chez lui le jeune cinéaste Jim Finley qu'intéresse la collaboration scientifique apportée par ce spécialiste de la "loi de l'extinction" au Pentagone pendant la guerre d'Irak. Les deux hommes sont rejoints dans leur solitude par Jessie, la fille d'Elster...
Des images étirées à l'infini du film d'Hitchcock aux mots, toujours plus rares, qu'échangent trois personnages déconnectés du monde face aux illisibles étendues du désert, Point Oméga invite à faire l'expérience de perceptions inédites à la faveur d'une temporalité mutante, et à prendre la mesure secrète du monde.
Plus énigmatique que n'importe quel secret-défense, plus assourdissant que le fracas des guerres, ce roman en forme d'arrêt sur image édicté la sidération du signe face à la langue impitoyablement étrangère que, depuis les origines, profère la matière qui donne forme à l'univers.

En France, toute l'oeuvre de Don DeLillo est publiée par Actes Sud.

Né en 1936 à New York, Don DeLillo est l'auteur de nouvelles et d'une trentaine de romans. En 1985, il reçoit pour Bruit de fond (Babel, 2001) la plus grande distinction américaine, The National Book Award. Deux ans plus tard, Libra (Babel, 2001) l'impose au grand public. En 1991, le PEN/Faulkner Award for Fiction lui est remis pour Mao II (Actes Sud, 1992). Don DeLillo est l'un des chefs défile incontestés de la littérature américaine. Actes Sud a publié onze de ses romans et une précédente pièce, Valparaiso (2001, traduction de Dominique Hollier).



  • La revue de presse Baptiste Liger - Lire, octobre 22010

Il faut dire qu'entre le motel typiquement américain, la folie schizo-oedipienne de Norman Bates, le meurtre sous la douche et l'ambiance très années 1960, ce classique du septième art avait de quoi fasciner Don DeLillo...
S'il s'ouvre et se ferme sur une évocation de 24 Hour Psycho, Point Oméga se concentre en une centaine de pages nerveuses sur la rencontre entre un proche du gouvernement Bush, Richard Elster, et Finley, un jeune vidéaste qui souhaite tourner un film sur lui. Le premier, soixante-treize ans, avait notamment participé aux prémices de la guerre en Irak, avant d'être abandonné par la Maison-Blanche. Alors que les deux hommes discutent dans la maison, en plein désert, surgit Jessie, la mystérieuse et évanescente fille d'Elster.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 23 septembre 2010

Rencontre, voyage, amours possibles ou impossibles, disparition, la vie fraye son chemin dans le noir de la salle de projection du musée comme dans celle où se tient Jessie, une nuit où tout est pensable. De même que le spectateur, dans le temps distendu de la projection, prend conscience de la place centrale de ce qui n'était que détails entrevus, le lecteur tourne avec fébrilité les pages de ce thriller minimaliste. Et plus que le tour de force narratif, c'est la force de la méditation de Don DeLillo qui s'impose, une évolution signe de la liberté et de la diversité du roman américain d'aujourd'hui.


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 22 septembre 2010

Fort de sa passion pour Beckett et de ses interrogations sur les rapports de l'être avec le temps, Don DeLillo fait de ce trio un trépied pour sa propre caméra intime, glissant dans les méandres de son cerveau qui ressemble de plus en plus à une table de montage. Comment goûter la saveur d'être en vie ?...
Enigmatique jusqu'au vertige, déconcertant et envoûtant, Point oméga est l'oeuvre d'un auteur en quête permanente, dont chaque cellule pourrait constituer un roman à elle seule.


  • La revue de presse Mathieu Lindon - Libération du 2 septembre 2010

Nous sommes tous des artistes contemporains. C'est une sorte d'au-delà du postmodernisme que propose Point Oméga, le dernier et bref roman de Don DeLillo, l'auteur né en 1936 à New York de Libra et Outremonde. Un jeune cinéaste veut faire un film sur un intellectuel que le gouvernement Bush a recruté pour l'aider dans la conception de la guerre en Irak, puis que les républicains ont lâché quand il ne faisait plus l'affaire. Le jeune cinéaste veut qu'il raconte face à une caméra en plan fixe, devant un mur. «Une conversion sur un lit de mort. Voilà ce que vous voulez. La fatuité, la vanité de l'intellectuel. [...] Vous voulez filmer un homme qui s'effondre», dit le vieil homme au jeune sans avoir encore accepté ni refusé la proposition. Si le cinéaste s'intéresse tant à l'intellectuel, c'est que cet Elster a écrit un article intitulé «Redditions», dont la première phrase était «Un gouvernement est une entreprise criminelle». «La vraie vie n'est pas réductible à des mots prononcés ou écrits, par personne, jamais. La vraie vie a lieu quand nous sommes seuls, à penser, à ressentir, perdus dans les souvenirs, rêveusement conscients de nous-mêmes, des moments infinitésimaux», estime Elster à l'ouverture du premier chapitre. Nous sommes tous des artistes contemporains et vivre sa vie réclame un talent qui n'est pas donné à tout le monde.


  • La revue de presse Florence Noiville - Le Monde du 3 septembre 2010

L'Irak a beau être là en filigrane, on est loin des grands livres prémonitoires (Mao II, Outremonde, L'Homme qui tombe...) où DeLillo prenait à bras-le-corps les problèmes contemporains du monde et de l'Amérique - ces romans "chauds" où il semblait avoir prévu le terrorisme, le 11-Septembre, l'anthrax... et qui ont fait dire à certains critiques qu'il savait "prévoir" les Etats-Unis comme personne. Cela le fait rire. "Je ne suis pas extralucide, dit-il. Un écrivain sent certaines choses avant les autres, peut-être. Dans Point Oméga, je montre justement que la fiction, l'art en général, aident à voir. Et à s'interroger : que perçoit-on du monde finalement ?" Finley, lui, dit qu'il voit des mots, seulement des mots...
Difficile de ne pas voir dans le personnage du prologue - comme d'ailleurs dans celui d'Elster, qui a exactement le même âge que l'auteur - un double de DeLillo lui-même. Difficile de ne pas ressentir la mélancolie inquiète qui sourd de cette réflexion sur le temps et la perte.


  • Les courts extraits de livres : 30/08/2010

ANONYMAT

3 septembre

Il y avait un homme debout contre le mur nord, à peine visible. Les gens entraient par deux ou trois, s'immobilisaient dans l'obscurité pour regarder l'écran, et puis s'en allaient. Parfois c'est à peine s'ils franchissaient le seuil, des groupes plus nombreux entrés au hasard, des touristes déconcertés. Ils regardaient en se dandinant d'un pied sur l'autre, et puis ils s'en allaient.
Il n'y avait pas de sièges dans la salle. L'écran était dressé au milieu, à hauteur d'homme. C'était un écran translucide, de trois mètres sur cinq, et quelques visiteurs, peu nombreux, prenaient le temps de passer de l'autre côté. Ils s'attardaient encore un moment et puis s'en allaient.
La salle était froide, et seule la lueur grise de l'écran l'éclairait. Près du mur nord, l'obscurité était presque complète, et l'homme leva une main vers son visage, répétant, avec une extrême lenteur, le geste d'un personnage sur l'écran. Quand la porte coulissait pour laisser passer des gens, entrait un furtif éclat de lumière, provenant de l'autre salle, où, un peu plus loin, d'autres groupes se penchaient sur les livres d'art et les cartes postales.
Le film passait sans dialogue ni musique, sans aucune bande-son. Le gardien de musée se tenait tout près de la porte, et il arrivait qu'en sortant les gens le regardent, cherchant à croiser son regard, comme en quête d'un contact visuel qui validerait leur effarement. Il y avait d'autres salles, des étages entiers, nul besoin de s'éterniser dans une pièce hermétique où ce qui se passait prenait, à se passer, un temps infini.
L'homme près du mur regardait l'écran, et puis il commença à longer le mur adjacent jusqu'à se trouver de l'autre côté de l'écran, de manière à voir la même action en image inversée. Il regarda la main d'Anthony Perkins se tendre vers la portière d'une voiture, la main droite. Il savait qu'Anthony Perkins utiliserait sa main droite de ce côté-ci et sa main gauche de l'autre côté. Il le savait mais il avait besoin de le voir, et il longea le mur dans la pénombre puis s'en écarta de quelques mètres pour regarder Anthony Perkins de ce côté-là de l'écran, au verso, Anthony Perkins qui utilisait sa main gauche, la mauvaise main, pour ouvrir la portière de la voiture.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia