Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Nos coeurs vaillants

Couverture du livre Nos coeurs vaillants

Auteur : Jean-Baptiste Harang

Date de saisie : 02/03/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Roman

Prix : 16.00 €

ISBN : 978-2-246-72661-6

GENCOD : 9782246726616

Sorti le : 25/08/2010

André Hardellet disait «Le souvenir : cette tentative d'insubordination pour rendre actuel, disponible ce que le passé a englouti dans sa trappe.».
J.B. Harang se confronte à une vague de souvenirs qui va ressurgir dans sa vie d'une façon inattendue. Destinataire d'une lettre anonyme mais amicale, il découvre un passé commun enfoui entre son auteur et lui. Désenchanté le courageux mais étrange épistolier semble même reprocher à l'écrivain son absence dans son oeuvre littéraire. Une seconde missive, signée, ciblera de nouveau une période, des noms et un lieu : la colonie de vacances des Crozets dans le jura. Tirant la pelote, J.B. Harang se plie à l'exercice presque douloureux en tout cas doux amer, du souvenir imposé, finalement accepté, définitivement sensible. Et nous avec lui, nous cheminons du Paris populaire de l'après-guerre, des patronages religieux où l'huile de coude et la camaraderie chaleureuse remplace l'argenterie et l'éducation des beaux quartiers, jusqu'à la montagne quasi-mythique de la colo lieu référent de la boîte de pandore dangereusement ouverte par l'étrange épistolier. Et corollaire inévitable au film de souvenirs la question lancinante de l'oubli, de l'empreinte de l'enfance et des sentiments délaissées. Finesse et littérature tissent une ambiance désenchantée très agréable ! À découvrir !


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

«La vie est une porte qu'on nous claque lentement au nez, et lorsque l'ouverture se réduit à une fine fente de lumière, nous tâchons de nous souvenir de ce merveilleux paysage qu'elle nous offrait jadis, grand ouvert, le panorama d'un avenir sans fin. Cet avenir meurt ce jour même où je me souviens.»
Le narrateur reçoit une lettre anonyme qui, curieusement, lui raconte sa propre enfance : la colonie de vacances, l'abbé T. et le coussin de ses genoux, les marches forcées, le Jura, ces amitiés qu'on prenait pour de l'amour, Agathe. Non, pas Agathe.
On ne répond pas à une lettre anonyme.
Sinon par un roman.

Jean-Baptiste Harang est l'auteur de plusieurs romans parus chez Grasset dont La Chambre de la Stella, prix du Livre Inter 2006.



  • La revue de presse Jean-Luc Douin - Le Monde du 23 septembre 2010

La jeunesse est un état passager, disait Guy Debord, qui eut des pensées plus subversives. C'est Jean-Baptiste Harang qui le cite. De ce passage il fait tout un roman. Sans doute pour voir dans quel état sa jeunesse l'a laissé. Tout en sachant qu'en nous mettant ses enfances sous le nez, il amorce un regard rétrospectif sur les nôtres...
Nos coeurs vaillants se présente comme un exercice romanesque. On se précipite, on se prend au jeu, on savoure, car l'écrivain a du talent, mais on suppute que ces aventures juvéniles, situées dans un périmètre balayant les rues qui cernent l'église Saint-Ferdinand, Paris 17e (avec échappées dans le Jura), ne sont pas si fictives que cela ? On a beau savoir que, même ancré dans le réel, un roman s'offre le luxe d'envolées libres et d'enjolivures, on croit dur comme fer à la vérité de ce qui est écrit...
Pas question pour Harang de nous saouler avec ses souvenirs édifiants, de ressasser. Le charme de son livre tient dans une démonstration : à un romancier cherchant à prendre à contre-pied son amnésie, rien d'impossible !


  • La revue de presse Edouard Launet - Libération du 16 septembre 2010

Que Jean-Baptiste Harang ait été louveteau, scout ou coeur vaillant, nous nous en cognons éperdument, du moins tant que nous n'avons pas besoin de son aide pour allumer un feu de camp. Mais alors d'où vient que nous le suivons avec tant d'entrain sur le chemin du patronage et des colonies de vacances ? Sans doute est-ce parce que la réminiscence haranguienne possède un charme singulier : elle est fluide, sans nostalgie excessive, et surtout elle combat opiniâtrement toute forme de gravité ou de prétention. Le souvenir n'est plus ici que poussière de charbon venant alimenter un plaisir d'écriture. Autre forme de brasier que sait entretenir un coeur vaillant bien formé.


  • La revue de presse Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 9 septembre 2010

C'était une colonie de vacances, pieuse et un peu militaire, dans le Jura des années 1960. Un récit émouvant et narquois par l'auteur de «Gros Chagrin»...
Jean-Baptiste Harang répète joliment qu'il «n'a pas la mémoire des souvenirs». On apprend pourtant, ici, qu'à 9 ans il préférait être pompier que curé ; qu'il servait la messe, avec le grade de cérémoniaire, à l'église Saint-Ferdinand; qu'à 16 ans il calligraphiait des poèmes à l'encre carmin ; qu'il fut plus tard objecteur de conscience ; que, sur sa carte de Citoyen du Monde, à la rubrique profession, il inscrivit «rienfaiseur»; qu'il exerça un temps le métier de moniteur sportif à Neuilly conduisant au stade le petit et turbulent Nicolas S. ; et qu'il a eu bien raison, in fine, de devenir écrivain. Un écrivain désabusé à la prose moirée, qui a la suprême élégance de ne jamais céder à l'émotion sans y mettre de l'ironie, et qui, après «la Chambre de la Stella», continue de se balader, débonnaire, dans ses souvenirs comme dans un paysage à l'abandon retrouvé après une trop longue absence, le coeur vaillant, le coeur battant.


  • La revue de presse Albert Sebag - Le Point du 26 août 2010

De Perec il a hérité la précision quasi mathématique. Lorsque Harang déclenche sa machine à "je me souviens", il est impossible de ne pas vouloir goûter à son "morceau de beurre perlé de rosée dans du papier sulfurisé",à son "pain de la ferme du collège, luisant, presque gras sous le couteau, qui semblait cuit pour ne jamais sécher...". De Pagnol il a reçu cette manière très française de peindre un personnage en trois soubresauts de chevalet...
A Proust, enfin, il a emprunté avec bonheur cette incomparable relation au temps et l'indéfectible mélancolie qui s'empare de celles et de ceux qui n'ont jamais songé à s'en faire un ami...
Jean-Baptiste Harang est un écrivain épatant.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 25 août 2010

Tissé d'une réflexion sur la mémoire qui lui confère gravité et profondeur, teinté d'autodérision, de ce fait joliment exempt d'égotisme, ce récit d'apprentissage sensible et précis, tableau en noir et blanc d'une époque qui semble étonnamment lointaine, recèle assez de charme pour être lu tel qu'il s'offre, disons au premier degré. Mais en ces pages rôde, on le pressent, on le devine, un secret, une énigme, un non-dit peut-être - rien de tragique, rien même de grave, au contraire, une sorte de douceur plutôt, une promesse d'avenir, comme une raison de regarder cette enfance en conservant, vis-à-vis d'elle, la juste distance, celle qui préserve de la nostalgie doucereuse et vaine.


  • Les courts extraits de livres : 17/09/2010

Nos coeurs sont vaillants, c'est la mémoire qui flanche. Je suis en bonne santé, en pleine possession de mes facultés intellectuelles. Le peu de tests que j'ai subis depuis l'enfance, ce qu'en pensent les personnes bienveillantes qui m'ont côtoyé semblent me situer dans une vague moyenne dont il n'y a pas lieu de se vanter. Je suis le mâle aîné d'une famille reconstituée comme on en produit beaucoup de nos jours, père de trois enfants, beau-père d'un quatrième, et compagnon d'une femme admirable. Je perçois des revenus modestes et réguliers, suffisants pour assurer le gîte, le couvert, le club de remise en forme et les cigarettes de tout ce petit monde. Bref, je n'ai aucune raison d'écrire un livre et encore moins d'excuses pour le faire. Je n'ai rien d'important, d'intéressant à dire, je n'en éprouve pas le moindre besoin, ni par vanité, ni par désoeuvrement. Et pourtant nous y voilà.
J'écris pour me souvenir. Sur ordre de la Faculté. Mon cousin Maurice est psychiatre, il voulait être vétérinaire. Nous nous voyons peu, à chaque rencontre j'essaie de lire dans son oeil ironique et bienveillant le diagnostic qu'inconsciemment il porte sur ses contemporains, leurs chevaux et leurs femmes. La dernière fois, alors que nous évoquions l'état d'amnésie et de renoncement de mon père au moment de sa mort, il marqua soudain une pause, me dévisagea et ne dit rien. Son silence parlait pour lui : «Attention, mon vieux, à ton âge, tu commences à perdre la boule, toi aussi».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia