Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Cantique de la racaille. Opus 2

Couverture du livre Cantique de la racaille. Opus 2

Auteur : Vincent Ravalec

Date de saisie : 02/11/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Fayard, Paris, France

Collection : Littérature française

Prix : 20.90 €

ISBN : 978-2-213-64285-7

GENCOD : 9782213642857

Sorti le : 18/08/2010

  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

Comment un petit voyou qui se rêvait chef d'entreprise peut-il devenir paparazzo, médium et agent secret, avant de plonger dans les annales du monde et d'être sauvé par les charmes de l'amour ?

En 1994, Vincent Ravalec fait une entrée fracassante en littérature avec Cantique de la racaille (Flammarion), roman emblématique d'une génération rebelle.
D'emblée, la critique l'identifie comme un des pionniers du mouvement des " nouveaux réalistes ", aux côtés de Virginie Despentes et de Michel Houellebecq. Parallèlement, il entame une carrière de réalisateur et a déjà vu plusieurs de ses romans portés à l'écran.



  • La revue de presse Alexis Brocas - Le Magazine Littéraire, octobre 2010

Cantique de la racaille, opus 2 retrouve un Gaston qui, après 15 ans de détention, entend bien se refaire. Pour cela, le voilà qui s'improvise paparazzi d'un journal lancé par un émir pour ruiner la réputation d'émirs concurrents. Sa mission : infiltrer une fête orgiaque et photographier les vedettes dans les situations les plus compromettantes...
Mais Vincent Ravalec ne colle pas longtemps au schéma du premier épisode. Certes, on retrouve ses personnages : Bruno, l'ex-flamboyant communiquant, devenu accro à la cocaïne. Patricia, son ancienne compagne, qui a connu une plus riante trajectoire. Marie-Pierre, la muse de Gaston... Mais ces visites au passé cèdent bientôt devant les charmes de la nouveauté. Celle de l'époque : après son incarcération, Gaston a 15 ans de «progrès» à rattraper et sa formation aux téléphones portables, connexion internet et autre Facebook ne va pas sans douleur. Et celle de l'inspiration de Ravalec, qui a une autre histoire à conter que la sinusoïdale existentielle d'un ambitieux...


  • La revue de presse Fabienne Dumontet - Le Monde du 23 septembre 2010

Dans Cantique de la racaille opus 2, qui vient de paraître, Ravalec remet en selle, pour 400 pages, son personnage fétiche, une fois sa peine de prison purgée. Il le propulse paparazzo, puis agent secret par raccroc, avant de le mêler, dans la seconde moitié du roman, au vaste complot d'une société secrète manipulant les consciences pour déstabiliser les places financières. Malgré l'allant des 200 premières pages, l'alchimie du premier opus semble petit à petit se décomposer...
Mais s'il y a bien une chose qu'on ne peut refuser à Ravalec, dans cette seconde moitié du roman, c'est de rire avec lui. Rire de bon coeur à cet imaginaire de série B, qu'il le prenne au sérieux ou pas, et l'admirer pour sa ténacité à lui rester fidèle. Ce n'est sans doute pas sans raison que nombre de ses romans mettent en scène des personnages menacés d'être dépossédés de leur imaginaire, aussi extravagant soit-il.


  • La revue de presse Jean-Didier Wagneur - Libération du 2 septembre 2010

Gaston revient ! pas Lagaffe ni celui du téléfon ! Gaston tout court, le Gaston nonpareil, héros de Cantique de la racaille, roman qui a fait connaître Vincent Ravalec au siècle dernier et lui a rapporté le prix de Flore 1994...
Point n'est besoin d'avoir lu le premier Cantique pour lire la suite. Après avoir créé sa petite entreprise de matériel hight tech, Extramill, Gaston s'est retrouvé emprisonné pour avoir réglé son compte à un malfaisant qui s'en était pris à Marie-Pierre, sa femme. Cantique 2 commence par une levée d'écrou moins poétique que les scènes linoventuresques et matutinales en noir et blanc des années 60...
Par-delà la fantaisie, dans ce roman assez neuronal qui ne se prend pas la tête pour autant, Ravalec s'interroge sur un monde sens dessus dessous et le point de vue qu'il délivre, où éthique et compassion s'imposent comme des impératifs pour éviter le devenir «chacal», met aussi au centre écriture et expression artistique..
C'est le talent de Ravalec de capter les choses, son art de nouvelliste en témoigne. Il fait ici lever la pâte fictionnelle dans laquelle on roule nos travaux et nos jours, jusqu'à restituer un objet narratif assez délirant et séduisant - son final est une vraie réussite.


  • Les courts extraits de livres : 13/09/2010

(Jésus s'éclipsant du tombeau)
La première chose que je pense en mettant le pied dehors, c'est que le monde a changé. Je le sens dans l'air. Je le sens à la tête des gens. La veille, j'ai rêvé du tableau d'acuité visuelle face auquel, dans la pièce qui jouxte l'infirmerie, Hepner-qui-sait-tout me prodiguait ses leçons secrètes : les lettres représentaient les formes nouvelles et mouvantes de l'extérieur. Je suppose - ou plutôt comme Hepner m'a appris à le supposer - qu'il s'agit d'un message envoyé par un recoin de mon cerveau pour mieux gérer l'anxiété qui étreint les détenus après une longue peine.
J'ai obtenu une permission, à un mois de ma libération, après treize ans, huit mois et quatorze jours (si je ne compte pas la garde à vue qui a précédé mon incarcération). Cette mesure ne m'a été accordée qu'en raison de l'imminence de ma libération, et encore parce que Hepner l'a appuyée. Pendant ma détention, j'ai joué de malchance, mes demandes de conditionnelle ayant été systématiquement reléguées aux oubliettes. Comme si un sort malin s'acharnait à me maintenir prisonnier. Soit des faits-divers scabreux mettant en scène des détenus récidivistes défrayaient l'actualité, soit survenaient des élections, et donc un climat peu propice à la clémence. Quand ce n'était pas le directeur qui m'avait dans le nez. Quoi qu'il en soit, la réponse était toujours la même : pas de liberté, comme un leitmotiv dément à vous rendre fou. Avant d'y être confronté, on aurait tendance à penser que certaines situations seront invivables, qu'il sera impossible d'y survivre. C'est en partie faux, puisque je n'étais pas mort. Non pas d'ailleurs que je n'aie songé me suicider, mais je suppose qu'avoir une plus haute idée de mon destin que ce qui était mon lot, et le fait également d'avoir été un capitaine d'entreprise, d'avoir surmonté beaucoup de difficultés lorsque j'avais ma société, tout cela m'a aidé à traverser l'épreuve.
Les deux paparazzi avec qui j'ai rendez-vous m'attendent à l'angle de la rue. Je monte dans la voiture et, sitôt la portière refermée, je leur demande s'ils ont l'argent. Ce sont les premières paroles que je prononce à l'air libre, après ces absurdes années d'enfermement. «Vous avez l'argent ?» Et même si le monde a changé, cette phrase claque dans l'air comme des retrouvailles joyeuses, comme la certitude d'une reconnexion immédiate avec les forces vives qui, en profondeur, animent la marche des gens, de la Terre et du monde.
- Vous avez l'argent ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia