Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Resplandy

Couverture du livre Resplandy

Auteur : Yves Bichet

Date de saisie : 04/11/2010

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Cadre rouge

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782021022254

GENCOD : 9782021022254

Sorti le : 16/08/2010

Avec son dernier roman, Resplandy, Yves Bichet confirme l'intérêt qu'il avait déjà manifesté dans Le Porteur d'ombre pour ces héros du quotidien que nous sommes parfois. Ici Bertrand, professeur de dessin dans un collège du nord de Paris, voit sa vie bouleversée, le jour de la mort de son père, par la rencontre de l'énigmatique Resplandy, plus âgée que lui de dix ans, et qui, sitôt croisée dans une chambre d'hôtel, disparaît.
Ce roman, en même temps qu'il intrigue - la scène initiale où l'héroïne mélange les cendres de sa propre mère à celle du père de Bertrand constitue une véritable page d'anthologie - dévoile un aspect de la conscience masculine peu exploré : sa fragilité. Faiblesse de cet homme face aux aléas du destin : mort de son père, départ de son épouse. Faiblesse surtout vis-à-vis des femmes qui l'entourent, mystérieuses et magnifiques comme Agathe, sa compagne, et Benti l'amie algérienne. Ou encore horripilantes et touchantes comme sa mère. Ces figures féminines hautes en couleur, attachantes, soulignent en négatif l'égarement du héros et donnent un puissant relief à l'exploration de l'intime, de la sensation et du corps à laquelle se livre l'auteur, fidèle en ce sens à ses autres romans. Cette évocation tout en finesse de la chair donnent lieu à des pages étrangement pudiques en même temps que très sensuelles.
Bertrand va fouiller dans le passé de son père et y découvrir le lien qu'il entretint jadis avec des évènements méconnus de la guerre d'Algérie. La narration prend alors une autre ampleur, le rapport des personnages se complexifie, leur donnant une dimension non seulement historique mais politique, sans que pour autant passe au second plan le côté plus charnel et vertigineux du récit.
Yves Bichet confirme ici sa singularité et nous offre un livre fort.
La librairie Lucioles lui avait décerné en 2002 son PRIX LUCIOLES pour "La Femme Dieu".


Cinq ans que nous attendions le nouveau roman d'Yves Bichet.
Nous entrons dans la vie de Bertrand, le suivons dans son quotidien, entre travail - il est professeur d'arts plastiques - et vie de famille - Agathe, ses deux enfants, Marion et Théo-.
Mais Yves Bichet a l'art de décaler légèrement la réalité ; il campe une situation, qui à première vue paraît complètement anodine, mais du fait de ce léger décalage, donne une autre dimension, une autre profondeur au récit.
Par quel extraordinaire hasard, Bertrand, qui vient de perdre son père, se retrouve face à Resplendy, une urne funéraire également à la main ?
Et alors affleure une autre histoire, celle d'un fils en quête de la mémoire de son père, de son passé méconnu, du secret qu'il a dissimulé toute sa vie.
Et nous voilà projetés au début de la guerre d'Algérie.
C'est une histoire d'hommes, de femmes, d'amitiés, d'amours, de quêtes, de questionnements, d'erreurs, de doutes, de recherches d'identités, somme toute de la vie qui s'enroule et se déroule.


  • Le journal sonore des livres : Yves Bichet - 17/09/2010
  • Les présentations des éditeurs : 15/09/2010

Bertrand, professeur de dessin, rencontre au Père-Lachaise une inconnue le jour de la crémation de son père. Elle trimballe comme lui une urne à bout de bras. Il la trouve belle. Plus tard, dans une chambre d'hôtel, leurs deux corps s'emmêlent. Resplandy, la femme que Bertrand vient d'étreindre, ouvre les urnes puis mélange les cendres avant de disparaître.
Bertrand, stupéfait par ce geste, part à la poursuite de Resplandy. Il va peu à peu fouiller dans sa propre histoire, comprendre le passé d'un père qu'il n'a jamais vraiment connu, le passé d'un héros, un héros timide et souriant.

Dans ce roman, Yves Bichet, l'auteur de La Part animale, de La Femme Dieu et du Porteurd'ombre, nous entraîne dans l'enquête d'un homme sidéré par les femmes autour de lui et qui incarne peut-être, à son corps défendant, une nouvelle figure masculine.


  • Les courts extraits de livres : 15/09/2010

J'ai connu Resplandy devant l'allée du bout du monde. L'hiver commençait à peine. De courtes averses se succédaient sur la ville. Le ciel de janvier était gris, changeant, métallique. Un camion pizza était garé à l'angle de l'avenue Gambetta et de la rue des Mûriers. Il venait d'ouvrir son volet, je voyais de la fumée blanche sortir du toit de la cabine et ça me serrait le coeur. Un fanion en tôle battait derrière la cheminée, avec «PIZZA» inscrit dessus. Le A était effacé. La bannière couinait. On lisait «PIZZ...» et ça faisait vaguement penser à une tapette à mouches. J'ai baissé les yeux, examiné de près l'auréole de café sur ma tablette en marbre. J'ai regardé la fumée dehors qui s'enroulait autour du petit drapeau puis je me suis pris la tête entre les mains.
Passé le camion pizza, y a pas grand-chose à voir sur le trottoir. Des rambardes d'escalier, des murs en pierre limitant trois ou quatre hectares de terre arable, des allées impeccables où on avance nez au sol... Une heure et demie d'attente avant de récupérer son dû derrière la rangée d'arbres centenaires, en catimini, par une porte de service. Mon dû, en l'occurrence, en ce matin de janvier, c'est papa... Il reste trente-cinq minutes à tirer, j'inspecte ma tasse vide et l'auréole de café sans savoir si la faim reviendra un jour, ou le sommeil, ou même l'envie de rigoler. Le bistrot sent le graillon mais il fait bon à l'intérieur. Je regarde les platanes, les voitures qui klaxonnent, le camion pizza, les tables des parieurs en fond de salle qui épluchent Paris-Turf, le barman.
Une femme sirote un demi sur la banquette d'à côté. Elle n'est plus très jeune et semble aussi paumée que moi. Elle avale une gorgée de bière, consulte sa montre, se lève, soupire, se rassied, avale une autre gorgée de bière. Elle a des cheveux relevés en chignon, un front large, des oreilles sans lobe. Ça surprend, ces cartilages roses qui ont l'air de pousser à même le chignon. Elle devine que je la regarde, bascule la tête en arrière et me sourit assez loyalement. En réalité, c'est au chat qu'elle sourit, je m'en rends compte avec une seconde de retard, un gros matou qui se prélasse à côté de moi sur la banquette. Je me détourne, attrape ma sacoche de professeur d'arts plastiques, l'ouvre, repousse la tasse vide et la soucoupe.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia