Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Indignation

Couverture du livre Indignation

Auteur : Philip Roth

Traducteur : Marie-Claire Pasquier

Date de saisie : 26/10/2010

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Du monde entier

Prix : 17.90 €

ISBN : 978-2-07-012309-4

GENCOD : 9782070123094

Sorti le : 07/10/2010

Marcus Messner, un jeune homme sérieux et brillant, s'entend plutôt bien avec son père jusqu'à ce que celui-ci, boucher kasher dans le New Jersey, se persuade subitement qu'il va arriver quelque chose de terrible à son fils. Pour échapper à cette angoissante paranoïa, Marcus s'inscrit au Winesburg College, dans l'Ohio, à des centaines de kilomètres de chez lui. Il y découvre à la fois le sexe, la solitude, et l'étroitesse d'esprit de la classe moyenne blanche et protestante. Nous sommes en 1951 ; la guerre de Corée fait rage. Malheur à celui qui ne se coulera pas dans le moule conformiste du campus, car tout étudiant renvoyé devient aussitôt mobilisable ?

Il en va un peu de Philip Roth comme de Woody Allen : la régularité métronomique de leur production a tendance à faire oublier leur génie, surtout que par-ci par-là un livre ou un film un peu moins réussi que les autres donne du grain à moudre à leurs détracteurs. Mais quand le Balzac de Newark, le Marivaux de Manhattan se surpassent, ils sont inégalables.

Indignation est un chef-d'oeuvre, non pas au sens où il attendrait une sorte de perfection statique, mais au contraire parce qu'il est parcouru de bout en bout d'une énergie tourbillonnante, d ?un dynamisme romanesque qui emportent le lecteur médusé. On épouse la révolte discrète et opiniâtre de Marcus contre tous les pharisaïsmes, juif aussi bien que protestant : à cet égard, les deux entretiens du héros avec le bien-pensant et cauteleux doyen de Winesburg atteignent des sommets. Roth sait comme personne tisser le destin individuel de ses personnages sur la grande trame de fond de l'Histoire. En deux cents pages denses, fulgurantes, il nous émeut, nous interroge, nous déconcerte, et son dénouement, pourtant prévisible dès les premières lignes, nous laisse hagard et pantelant. Tous ceux qui pensaient Philip Roth confit dans ses propres mythes, irrémédiablement rongé par le spectre de la vieillesse, doivent lire cette bouleversante complainte de la jeunesse sacrifiée, cet hymne à l'amour, à la rébellion, et à la clairvoyance.


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

Nous sommes en 1951, seconde année de la guerre de Corée.
Marcus Messner, jeune homme de dix-neuf ans, intense et sérieux, d'origine juive, poursuit ses études au Winesburg College, dans le fin fond de l'Ohio. Il a quitté l'école de Newark, dans le New Jersey, où habite sa famille. Il espère par ce changement échapper à la domination de son père, boucher de sa profession, un homme honnête et travailleur, mais qui est depuis quelque temps la proie d'une véritable paranoïa au sujet de son fils bien-aimé.
Fierté et amour, telles sont les sources de cette peur panique. Marcus, en s'éloignant de ses parents, va tenter sa chance dans une Amérique encore inconnue de lui, pleine d'embûches, de difficultés et de surprises. Indignation, le vingt-neuvième livre de Philip Roth, propose une forme de roman d'apprentissage : c'est une histoire d'audace et de folie, d'erreurs et de tâtonnements, de résistances et de révélations, tant sur le plan sexuel qu'intellectuel.
Renonçant à sa description minutieuse de la vieillesse et de son cortège de maux, Philip Roth poursuit avec l'énergie habituelle son analyse de l'histoire de l'Amérique - celle des années cinquante, des tabous et des frustrations sexuelles - et de son impact sur la vie d'un homme jeune, isolé, vulnérable.

Après une enfance passée à Newark, ville portuaire proche de Manhattan, dont est également issu l'écrivain Nick Tosches, Philip Roth étudie à l'université. Son mariage, qui tourne au désastre, est à l'origine des thèmes de ses premiers romans qui soulèveront la polémique, à cause de leur caractère cru et provocateur comme 'Portnoy et son complexe'. Malgré le scandale, Roth est très vite considéré comme un auteur influent. L'écrivain s'engage alors dans ce qu'il définit lui-même comme un combat avec 'les femmes, les rabbins, les hommes politiques, les psychanalystes et les critiques littéraires'. L'oeuvre de Roth, bien qu'essentiellement autobiographique, mélange les genres et passe sans retenue de la fiction à la confession, dans un style jubilatoire.



  • La revue de presse André Clavel - L'Express, octobre 2010

Le géant des lettres américaines revient avec un texte sur les années 1950 : Marcus, jeune homme juif dont le père est boucher, décide de s'éloigner pour étudier le droit. Cette décision le conduira plus loin qu'il ne l'avait prévu...
Liberté de ton, sens aigu du dialogue, maîtrise absolue du scénario, humour décapant, profondeur philosophique, Roth excelle dans tous ces rôles...
Ses confessions d'outre-tombe sont un nouveau coup de maître : depuis l'éternité, le héros d'Indignation ruminera "les menus détails de toute une vie" au fil d'un récit d'apprentissage où se mêlent fresque sociale et souvenirs autobiographiques.


  • La revue de presse Michel Schneider - Le Point du 7 octobre 2010

Indignation est un roman de formation. Roth revient aux jeunes années, comme dans Goodbye, Columbus. L'histoire se passe au début de la guerre de Corée, en 1951. Marcus Messner, fils d'un boucher kasher de Newark, navigue entre un père possessif et un premier amour difficile...
Une histoire d'amour, aussi, c'est-à-dire de manque, de trahison et de bonheurs brefs, entre Marcus et Olivia, une belle désaxée et suicidaire qu'il croise à l'université. Ils s'aiment, se fuient, se font du mal. Sans le vouloir. En le voulant...
Roman d'apprentissage, sauf que la vie ne s'apprend pas et qu'on meurt sans avoir compris de quoi il s'agissait dans nos amours, nos angoisses, nos travaux, nos rêves. Mais l'histoire était là, qui attendait sa proie.


  • La revue de presse Michel Schneider - Le Point du 30 septembre 2010

Après plusieurs livres sur la vieillesse (La Tache, La bête qui meurt, Un homme, Exit le fantôme) et avant le prochain (The Humbling, " Devenir humble "), non encore traduit et qui reprend le même thème, Indignation est un roman de formation. Roth revient aux jeunes années, comme dans Goodbye, Columbus...
Roman d'apprentissage, sauf que la vie ne s'apprend pas et qu'on meurt sans avoir compris de quoi il s'agissait dans nos amours, nos angoisses, nos travaux, nos rêves. Mais l'histoire était là, qui attendait sa proie...
Indignation, ce mot qu'il tire d'un chant révolutionnaire chinois, c'est ça, la jeunesse : la capacité de s'indigner...
Un grand roman, à la fois évocateur du rêve et du cauchemar américains et d'une portée universelle. Qui, à 20 ans, ne s'est pas cru immortel tout en cherchant la grande, la dernière indignation : la mort ?


  • La revue de presse François Busnel - Lire, octobre 22010

Un nouveau roman de Philip Roth est toujours un événement. Non que le maître des lettres américaines se fasse rare - depuis quelques années, il publie un livre par an. Mais ses livres écorchent, avec une puissance terrifiante, les strates de vernis dont ne cesse de se parer son pays, l'Amérique. Oui, Roth est un écailleur. Là où les apparences triomphent, il pose son stylo. Mine de plomb d'un côté, scalpel de l'autre. Avec Indignation, il braque son télescope sur une période méconnue de l'histoire du XXe siècle : la guerre de Corée...
La scène finale est hallucinante. "L'histoire, ne cesse de nous dire Philip Roth, ce n'est pas la toile de fond, c'est la scène !" Ce roman, véritable bijou noir, en apporte la preuve éclatante.


  • La revue de presse Jean-Claude Raspiengeas - La Croix du 6 octobre 2010

C'est une donnée non négligeable de la vie américaine : le passage par l'université vaut là-bas rite d'initiation. Nombreux sont les écrivains d'outre-Atlantique qui ont évoqué ces années si particulières où, en vase clos, les étudiants changent de peau. Philip Roth y retourne après avoir longuement évoqué les tourments de la vieillesse, l'humiliation de certains problèmes de santé, libido en berne et impuissance, stades ultimes du désespoir dans son échelle de valeurs. ndignation, son 29e roman, se situe en 1951, au moment où les États-Unis sont engagés dans la guerre de Corée. Au moment où les boys déboussolés, affolés, sont massacrés à la baïonnette par les troupes chinoises qui lancent les assauts au son glaçant du clairon...
se place dans la lignée des grands auteurs aux écrits d'oracle : le destin cherche toujours à nous prévenir, d'une façon ou d'une autre. À chacun d'entendre le message, de saisir les signes qu'il nous adresse. Du pain bénit pour un romancier de la trempe de Philip Roth...


  • La revue de presse - Libération du 30 septembre 2010

Le narrateur, cette fois, s'appelle Marcus Messner. Il a 19 ans, et comme Roth, il a grandi à Newark, la ville du New Jersey. Pour échapper à son père, un boucher casher ultra-protecteur, Marcus change d'université et se retrouve en 1951 sur un petit campus de l'Ohio, en pleine guerre de Corée. La suite ne se raconte pas, mais Roth nous entraîne dans une chronique douce-amère de l'adolescence en des temps agités et une réflexion sur la fatalité de l'existence.


  • La revue de presse Alexis Lacroix - Le Magazine Littéraire, octobre 2010

L'un des charmes les plus immédiats du vingt-neuvième livre de Roth, après un cycle dépressif, dont Un homme fut l'acmé et Exit le fantôme la furtive rechute, est de renouer avec la verve caustique qu'on ne lui connaissait plus depuis la grande époque de L'Écrivain des ombres...
Plutôt que d'appuyer les forces de répression, plutôt que de devenir l'auxiliaire du refoulement, Indignation, à la limite d'une structure mythique, révèle surtout la profonde ambivalence de Roth, son clivage d'écrivain nostalgique déchiré entre l'attachement qu'il voue à son enfance à Newark et sa rébellion interminable contre les restrictions de ce que le puritanisme américain estime être la «décence». Kafka assigne son héros à comparaître devant la Loi ; Roth préfère le confronter mortellement à l'irréversible. Qu'importe : l'échec, à chaque fois, résulte de ce qu'en psychanalyse on appelle le déni du symbolique.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 29 septembre 2010

Voici aujourd'hui Indignation, saisissant roman d'apprentissage où l'ironie et le tragique se mêlent et s'épaulent pour vouer au désastre un jeune homme non sans qualités...
Caustique, poignant, le roman embrasse en outre toute une série de motifs constitutifs de l'univers de Roth : l'histoire moderne des Etats-Unis, la société américaine d'avant la révolution sexuelle, les relations filiales hautement problématiques, la sexualité comme énergie vitale... Au destin de Marcus, le romancier n'appose nulle conclusion édifiante, nulle morale - le pouvoir d'impact d'Indignation n'en est que plus grand.


  • La revue de presse Bruno Corty - Le Figaro du 23 septembre 2010

Indignation de Philip Roth raconte la vie tragi-comique d'un jeune Juif dans l'Amérique des années cinquante...
Roth au sommet de sa forme et de sa verve s'en donne à coeur joie avec ce garçon trop tendre, trop prudent, indécis quand il faudrait trancher et trop tranchant quand il faudrait prendre le temps de réfléchir. Des abattoirs kasher de Newark aux combats dans les tranchées coréennes réglés à la baïonnette, il nous donne un raccourci saisissant d'une Amérique puritaine des années cinquante encore sûre d'elle-même alors qu'elle s'enfonce lentement mais sûrement vers une guerre froide de quarante ans.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia