Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Tibère et Marjorie

Couverture du livre Tibère et Marjorie

Auteur : Régis Jauffret

Date de saisie : 01/01/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Cadre rouge

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-02-102250-6

GENCOD : 9782021022506

Sorti le : 07/10/2010

  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

Va-t'en. Moi, je t'aime trop pour te quitter. Quand on aime trop, c'est comme une cuite. On ne tient plus debout, on ne peut même pas s'enfuir. On devrait changer nos noms, comme des bateaux qui changent de propriétaire. On ne sera plus ensemble, on ne sera plus les mêmes. On deviendra d'autres gens, ce serait une escroquerie de se faire appeler encore Tibère et Marjorie.

R. J.



  • La revue de presse Augustin Trapenard - Le Magazine Littéraire, décembre 2010

Que de rebondissements, pourtant, dans cette comédie phallocentrée qui tourne peu à peu au gigantesque foutoir ! On y trouve pêle-mêle un ministre au nez brillant qui parle le verlan, une croqueuse d'hommes aux mille et un amants, une octogénaire SM et sénile nommée Cruche Martinet - sans même parler du Président dont la femme est née Jauffret... L'auteur de Microfictions n'a pas son pareil pour enchaîner les scènes cocasses, de la course-poursuite sous perfusion à l'écroulement de palier, en passant par la fusillade d'ambulanciers à l'Élysée...
Dans Tibère et Marjorie, rien de tel qu'un éclat de rire pour oublier les tristes débandades, les petites morts et le drame du temps qui passe.


  • La revue de presse Jean-Claude Lebrun - L'Humanité du 25 novembre 2010

Régis Jauffret renoue ainsi avec le regard d'étrangeté, à la façon de Montesquieu dans les Lettres persanes, qui s'en donnait à coeur joie dans L'enfance est un rêve d'enfant. Dans le sillage de Volvic, c'est la vision dévastatrice d'un univers qui se déploie. La charge est d'une drôlerie extrême. Ce roman, à la légèreté affichée, décoche de véritables pluies de flèches avec un plaisir communicatif. Peut-être la distance n'est-elle pas si grande, entre les noires Microfictions de 2007 et cette comédie complètement débridée  ?


  • La revue de presse Didier Jacob - Le Nouvel Observateur du 25 novembre 2010

C'est dans un emploi qu'on lui connaît peu - la comédie légère que Régis Jauffret est le plus imparablement vicelard. L'écrivain, on le sait, a fait du glauque sa marque de fabrique. Mais l'heure était peut-être venue de cesser d'ajouter le sordide au sordide. Ecrire plus pour déprimer plus ? C'est avec ce nouveau roman, inventif, guilleret, déconcertant d'humeur espiègle, et dont le titre claque gaiement comme une sorte de «Tristan et Isolde» à la sauce ketchup, que Jauffret peut en tout cas décrocher le titre, si envié parmi ses contemporains, de Stendhal du slip...
Bref, on prend son pied, d'autant que Jauffret, parfois, vous envoie au tapis avec des phrases qui font de lui peut-être le meilleur auteur français d'aujourd'hui.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Lire, novembre 2010

Cette parodie complètement hystérique montre à quel point ce romancier est un virtuose de l'obsession. Comme Philippe Djian jonglant avec les références populaires dans ses Doggy Bag, Jauffret se plaît à détourner les clichés en appuyant dessus aussi fort qu'il le peut...
Que reste-t-il à sauver ? Pas même les enfants ni les vieux. A peine les animaux. Sûrement pas les psychanalystes. En écrivant ce livre, Jauffret a fait l'économie d'une séance chez le praticien, et s'est offert le luxe de rafraîchir le vaudeville en plagiant les émissions de Jean-Luc Delarue.


  • La revue de presse Michel Schneider - Le Point du 28 octobre 2010

Quand vient la mort d'un amour, ou la mort tout court, on est cueilli comme par une balle perdue. Comme le combattant qui, sans avoir rien vu venir, tombe dans un duel absurde. Double erreur sur la personne. Celle qui meurt. Celle qui tue. C'est comme ça, la fin : ça dure. La séparation, c'est comme le cancer. Il n'y en a pas de bon, sauf celui qui vous abat d'un coup, quand une partie de vous s'en va, dévorée par l'autre. Voilà que j'écris sur Régis Jauffret comme il écrit lui-même, multipliant les "comme", cherchant l'image juste pour parler de ce qui ne peut pas se dire sans métaphore ni comparaison. Mais il n'a pas seulement une vision. Il a un style. Précis, au scalpel, qui met à nu la chair des choses. Admirons.


  • La revue de presse Nils C. Ahl - Le Monde du 28 octobre 2010

A petit trot halluciné dans les rues de Paris (la nuit, l'alcool, le sexe), Régis Jauffret a le don du malheur un peu abruti, délirant et drôle. On jurerait qu'il en fait des livres sans le savoir. La respiration tranquille, comme si le souffle n'était pas seulement le secret des grands athlètes, mais aussi (parfois) des écrivains...
Dans la langue : dans ses excès, ses accumulations, ses comparaisons, car Régis Jauffret est un styliste anarchique, un dépouillé exubérant.


  • La revue de presse Philippe Lançon - Libération du 7 octobre 2010

C'est la vieille histoire de l'impasse sexuelle et de l'amour impossible, ni avec toi ni sans toi. Mais ce n'est pas un roman réaliste, ni même psychologique. Tout se développe, se contredit et se rabâche par l'absurde et par le muscle au cours d'une déambulation dans Paris, un dernier itinéraire du couple sous le volcan qui finit par ressembler à une balade en train fantôme...
Le véritable sujet est comme toujours le processus des phrases : cette vie déréglée, masturbée par la caresse affolante et désinhibante des comparaisons. Qu'elles fassent merveille, scandale ou flop est secondaire : c'est l'accumulation qui compte.


  • Les courts extraits de livres : 27/10/2010

Le soleil ne s'était pas montré ce jour-là. Le soir tombait, la pluie faisait du bruit sur la tente du Père Tranquille, café des Halles, un quartier de Paris, vieille ville européenne que certains habitants du sud des États-Unis confondent parfois avec Paris Texas. Quand il est arrivé, elle a rompu.
- Je veux faire un break.
Elle tenait une tasse dans sa main. Le thé ne reflétait rien, même pas le rouge des convecteurs qui chauffaient la terrasse.
- Il faut que tu disparaisses.
Elle laissait tomber son regard. Elle avait peur de ses yeux d'homme grands ouverts. Des pupilles comme deux points noirs dans des iris presque beiges.
- Tu comprends, je n'y comprends rien. Je ne t'aime plus, et puis en même temps, je t'aime trop.
- Depuis quand ?
- Je ne me souviens pas.
Il a soufflé. Il l'aurait dispersée volontiers si elle avait été une poignée de plumes.

Le serveur lui a demandé de garer son sac de voyage qui encombrait l'allée.
- Vous voulez boire quelque chose ?
- Non.
Le sac n'a pas bougé. En s'éloignant le serveur lui a donné un coup de pied.

Elle a commencé à pleurer. Sa cigarette a grésillé d'avoir été atteinte par une larme.
- Va-t-en. Moi, je t'aime trop pour te quitter. Quand on aime trop, c'est comme une cuite. On ne tient plus debout, on ne peut même pas s'enfuir.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia