Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Rouge dans la brume

Couverture du livre Rouge dans la brume

Auteur : Gérard Mordillat

Date de saisie : 08/03/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Calmann-Lévy, Paris, France

Prix : 21.90 €

ISBN : 978-2-7021-4162-5

GENCOD : 9782702141625

Sorti le : 05/01/2011

Digne du magnifique Les vivants et les morts, Rouge dans la brume est un roman social bouleversant. Une peinture poignante et juste de la tragédie vécue par des hommes et des femmes dont l'usine ferme ses portes pour être le plus souvent délocalisée dans un autre pays. Du jour au lendemain, ces ouvriers doivent faire face à un avenir incertain, à la peur de tomber dans la précarité et la misère, sans compter une vraie douleur, car à la base il y a un amour et une certaine fierté pour l'usine et ses machines sophistiquées, pour un savoir-faire unique. Que peuvent faire ces pions humains pour résister à la logique capitaliste des fonds de pensions pour qui seul le profit compte ? Pas grand-chose à priori, sauf que parfois le désespoir peut amener à des actes ultimes, une sorte de «baroud d'honneur», où la folie des hommes rejoint la folie du temps.


Une courte lecture de Gérard Mordillat


  • Les présentations des éditeurs : 22/01/2011

Carvin, la trentaine, est ouvrier mécanicien dans une usine du Nord. Sa femme Chantal rêve de confort et de soleil. Ne supportant plus la dureté de leur vie ni les luttes quotidiennes, elle le quitte et emmène avec elle Océane, leur fille de quatre ans. Anath, la trentaine elle aussi, est DRH dans l'usine où travaille Carvin. Elle est mariée à un professeur d'université qui lentement s'éloigne d'elle, perdu dans les livres, l'alcool et d'inavouables secrets.
Rien ne semblait devoir rapprocher Carvin et Anath. Un monde les séparait. Mais quand l'usine est brutalement fermée par ses actionnaires américains, qui rayent de la carte presque 400 emplois, la tempête qui se lève unit leurs destins. Les ouvriers s'insurgent, occupent le site, incendient le stock, les ateliers, les camions de ceux qui voulaient déménager les machines. La révolte se propage à une deuxième usine, puis à une troisième, portée par l'espoir que le pays tout entier s'embrase.
C'est au coeur du brasier qu'Anath et Carvin se découvrent. Contre toute attente, contre toute raison, c'est dans la lutte que naît leur amour. L'un et l'autre n'ont plus rien à perdre, mais une vie à gagner. Sont-ils fous, criminels, insensés ? Ont-ils une chance de triompher ? Qu'importe ! Dans la folie du temps présent, ils auront su dire non. Ils auront fait entendre leur voix.

Gérard Mordillat est écrivain et cinéaste. Il a publié de nombreux romans, parmi lesquels L'Attraction universelle, Les Vivants et les Morts, Notre part des ténèbres... Il a tourné une vingtaine de films : La Voix de son maître, Vive la Sociale !, Cher Frangin, En compagnie d'Antonin Artaud, Paddy... Avec Jérôme Prieur, il est l'auteur de la trilogie documentaire sur les origines du christianisme Corpus Christi. Pour France 2 et Arte, il a écrit et réalisé l'adaptation de son roman Les Vivants et les Morts.



  • La revue de presse Aliette Armel - le Magazine Littéraire, mars 2011

Alors que la littérature engagée, telle que la concevait Sartre, telle que l'avaient pratiquée Voltaire, Zola ou l'américain Dos Passos, semblait devenue un simple sujet de dissertation pour classes préparatoires littéraires, Gérard Mordillat ne renonce pas à mettre son engagement en oeuvre. Son récit progresse avec rapidité, par courts paragraphes. Il en tisse le fil narratif avec une technique s'apparentant au montage cinématographique, faisant alterner dialogues serrés, passages plus didactiques, scènes amoureuses fortes, citations et moments dramatiques dépeints avec un certain lyrisme. Il saisit son lecteur, l'entraîne dans une intrigue aux rebondissements imprévisibles, l'intéresse au destin de personnages attachants, que l'insurrection ouvrière bouscule et révèle : leurs réactions inattendues sont les moteurs d'une action qui se renouvelle sans cesse de livre en livre.


  • La revue de presse Christine Ferniot - Lire, février 2011

Le romancier taille la route, ne s'embarrasse pas de détails et son style est rugueux comme les personnages qu'il décrit. Le résultat est brut de décoffrage mais d'une efficacité évidente. Le romancier est à l'image de son héros : un type qui fait tout exploser en espérant que les lendemains chanteront plus juste. Pessimiste, il n'espère pas changer le monde mais le faire un peu réfléchir et se sentir moins seul. Et, tel un incorrigible sentimental, il ajoute de belles histoires d'amour improbables et des couchers de soleil sur le Pays basque.


  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Monde du 20 janvier 2011

Mais Mordillat parvient à nous tenir en haleine, quatre cents pages durant, par un sens de la narration qui tient autant à l'art des dialogues qu'à la manière de camper des personnages profondément humains...
Pour pimenter le tout, ajoutons à cela un effet de réel des plus saisissants rendu par l'insertion d'extraits de véritables discours politiques. Et vous aurez compris que si le Grand Soir n'est sans doute pas pour demain, au moins a-t-il trouvé son écrivain.


  • La revue de presse Marion d'Allard - L'Humanité du 6 janvier 2011

Des personnages puissants, des noms que l'on n'oubliera pas  : Carvin, Anath, Weber, Sidot, Djuna, Corda, Bona, Océane... Entre leur combat contre les patrons, qui pilotent depuis Detroit le plan de sauvegarde de l'emploi, et les amours qui naissent ou s'épuisent, Gérard Mordillat ouvre les portes de l'intime. Peur, perte, lutte et stratégie s'invitent aux tables des familles, s'immiscent jusque sous les draps des chambres à coucher, finissent par prendre toute la place, contraignent les salariés à l'obsession. Au fil des pages, il décortique la place du travail, de la souffrance qu'il peut représenter, et pose la question sans détour  : sommes-nous tous condamnés à perdre notre vie à la gagner  ?...
Rouge dans la brume conclut une série que Gérard Mordillat a consacrée aux combats sociaux. Les Vivants et les Morts, récemment adapté pour la télévision, et Notre part des ténèbres précèdent ce dernier volet d'une trilogie puissante qui offre une identité aux milliers d'ouvriers licenciés et que la sacro-sainte statistique à transformés en chiffres. Un roman à lire et à faire lire.


  • Les courts extraits de livres : 05/01/2011

Carvin

Personne n'a senti le vent se lever.
Carvin pas plus que les autres.
Il a salué ses collègues de la Méka en s'excusant de devoir partir si vite et a quitté l'usine à moto, droit devant, à fond, comme d'habitude.
Dix minutes plus tard il est arrivé en ville, à Neuvin-sur-Arcq.
Il avait fait chaud toute la journée, comme il peut faire chaud dans le Nord. Une chaleur métallique sous un ciel brûlant de fièvre d'orage. Le soir venant, l'air était devenu plus frais, plus vif, et chacun s'en réjouissait. Il y avait encore beaucoup de monde aux terrasses, dans les magasins, sur les terrains de jeux, dans les rues. C'était enfin agréable d'être dehors, de sortir, de marcher, de sentir sur son visage cette brise mutine venue de nulle part, rafraîchissante.

Carvin se hâte vers la pâtisserie où il doit prendre le gâteau commandé par sa femme. L'anniversaire d'Océane tombe en plein milieu de semaine, mais pour Chantai il est hors de question de fêter les quatre ans de leur fille un autre jour que le jour exact de sa naissance. D'autant que, pour une fois, son frère Christian et Pauline, sa belle-soeur, peuvent être présents.
Un enfant court en zigzag après un papier de clémentine qui flotte au vent, blanc, léger, une aile de papillon. Carvin l'évite. Plus loin une vieille dame se débarrasse en râlant d'un sac plastique venu se coller contre sa canne :
- Ah, flûte alors !
Une bourrasque se faufile sous la jupe d'une jeune fille au moment où Carvin la double pour entrer dans la pâtisserie. Il l'entend rire tandis qu'il referme la porte.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia