Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Requiem pour un jeune soldat : Monte Cassino

Couverture du livre Requiem pour un jeune soldat : Monte Cassino

Auteur : Renée Bonneau

Date de saisie : 25/04/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Nouveau Monde éditions, Paris, France

Collection : Roman historique

Prix : 15.90 €

ISBN : 9782847365634

GENCOD : 9782847365634

Sorti le : 05/01/2011

Renée Bonneau a déjà publié des romans policiers historiques et a collaboré à plusieurs ouvrages d'art. Elle nous livre, avec «Requiem pour un jeune soldat», un roman historique poignant.

L'histoire se déroule en Toscane en 1944. La violente bataille du Monte Cassino vient d'avoir lieu. Les SS, alors que l'armée allemande se replie vers le nord, continuent à se battre contre les partigiani. Ils commettent de nombreux meurtres et pillages dans les villages de Toscane et de Ligurie.

L'abbaye du Mont Cassin a été réduite à l'état de ruines au cours d'un bombardement américain. A quelques kilomètres, une partie d'un couvent cistercien a été aménagée en hôpital de campagne allemand. Là, un infirmier et les moines tentent de calmer les douleurs et les angoisses des soldats agonisants. Un jeune autrichien, grièvement blessé et le moine qui le veille vont sympathiser. Le moine ayant appris l'allemand va pouvoir échanger avec le soldat. Ensemble, ils vont essayer, au-delà de la souffrance, des bruits des combats alentours, des cauchemars, des horreurs qui leur parviennent chaque jour, de faire revivre leurs souvenirs d' «avant». La musique, la beauté des paysages de Toscane, les trésors de l'abbaye détruite, entre autres sujets d'évasion.

Même si son histoire est bien sûr très différente, un peu à l'instar d'Alain Blottière dans «Le tombeau de Tommy» (Folio), Renée Bonneau évoque avec élégance la fraternité, la compassion et la dignité d'êtres confrontés aux pires épreuves. Elle a choisi un autre lieu, d'autres personnages, mais souligne également l'absurdité et la violence des combats, des destructions et de ces soldats du même âge qui s'entretuent sans bien comprendre pourquoi ils se battent, ignorant parfois les pires exactions de leurs compatriotes.

Ce court roman a également le mérite de mettre en exergue une bataille assez méconnue pourtant extrêmement meurtrière, pour toutes les armées présentes, mais particulièrement pour les polonais. Il pose également la question de la foi religieuse de ces hommes pour qui plus rien n'avait encore vraiment de sens, tant la mort rôdait autour d'eux, omniprésente.


  • Le courrier des auteurs : 09/02/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Ancien professeur agrégée de lettres classiques, j'écris depuis ma retraite des anthologies et des romans policiers historiques autour de grandes figures de l'art Monet, Toulouse-Lautrec Georges Méliès. J'ai pour l'Italie un amour particulier, et c'est à l'occasion d'un voyage dans les Abruzzes que j'ai fait la découverte qui m'inspira cette histoire.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
A partir de la rencontre, dans un couvent cistercien des environs de Monte Cassino, entre un jeune soldat autrichien blessé à mort et le moine italien qui l'assiste, la revanche de la fraternité et de la dignité humaine sur l'horreur des jeunes destins brisés par la guerre.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«J'étudiais le violoncelle au Konservatorium, je voulais en faire mon métier. Mais au lieu d'un violoncelle, c'est une mitrailleuse qu'on m'a mise entre les mains ! Savez-vous que parfois je rêve quand je joue ? J'échappe un moment aux cauchemars des bombes, des grottes obstruées par les éboulements, aux rats me grimpant dessus, au char qui va m'écraser dans la boue où je suis enfoncé.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La musique d'accompagnement serait, de toute évidence, puisqu'il fait l'objet d'une page de ce livre, le lied de Schubert La jeune fille et la mort.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'affection et la pitié de ce moine italien envers le jeune soldat qu'il doit accompagner à la mort, et l'Art qui apporte son apaisement à ses souffrances et à ses angoisses.


  • Les présentations des éditeurs : 09/02/2011

Après la violence des combats autour de Monte Cassino, l'armée allemande se replie vers le Nord, et les bataillons SS, contrés par les partigiani, commettent dans les villages de Toscane et de Ligurie d'abominables carnages de civils.
À quelques kilomètres de l'abbaye réduite à l'état de ruines par un bombardement meurtrier, dans l'hôpital de campagne allemand installé dans un couvent cistercien, un jeune blessé autrichien et le moine italien qui l'assiste échangent, jour après jour, pour échapper aux horreurs qui les entourent, aux souffrances et à l'angoisse de la mort, leurs souvenirs de jeunesse.
Le conservatoire de musique de Vienne, le violoncelle, la musique de Schubert, la beauté de la campagne et des villes toscanes s'allient pour occulter le plus longtemps possible le terrible chemin qu'il reste à parcourir.
Dans ce huis clos, qui résonne des échos des combats, des cris des blessés et de leurs cauchemars, s'expriment la fraternité, la compassion et la dignité des êtres face aux épreuves les plus extrêmes.

Auteur de romans historiques, Renée Bonneau a déjà publié, chez Nouveau Monde éditions, Danse macabre au Moulin-Rouge (2007) et Sanguine sur la Butte (2010).


  • Les courts extraits de livres : 09/02/2011

Depuis six mois les Abruzzes étaient le théâtre de combats acharnés dont les échos retentissaient dans les vallées alentour et parvenaient jusqu'à notre monastère de Casamari, pourtant situé à quelque quarante kilomètres du lieu des batailles. Les Alliés avaient lancé en janvier, février, mars, des assauts infructueux contre la ligne Gustav installée par Kesselring et qui leur barrait la route vers le Nord. La via Casilina, dans la vallée du Liri, reliant Naples à Rome, était le seul moyen de passage de leurs troupes, mais les Allemands en avaient verrouillé l'accès en occupant tous les sommets qui la dominaient, du mont Cairo au nord aux monts Aurunci au sud, et, face aux montagnes, la supériorité en chars des Alliés était inexploitable.
Tout l'hiver, le corps expéditionnaire français, la 8e armée britannique et la 5e armée américaine avaient tenté de les conquérir, sans cesse repoussés par les contre-attaques allemandes. Quant aux troupes débarquées en janvier à Anzio, elles étaient bloquées sur place.
Tout l'hiver, les blindés enlisés sur les routes marécageuses avaient été pulvérisés par les Panzerfaust. Les soldats avaient traversé des champs de mines, escaladé des falaises, grimpé des ravins à pic sous la pluie, la boue, la neige et le feu meurtrier des roquettes, des grenades et des mortiers.
Mais le Monte Cassino, bastion nord de la ligne Gustav, dont la défense avait été assignée aux «Diables verts», la célèbre lre division d'élite de parachutistes, tenait toujours. Il convenait à n'importe quel prix de réduire ce dernier point de résistance.
Le ciel gronda, le 17 février, du vol des forteresses volantes et des bombardiers qui déversèrent leur pluie de feu sur le monastère. À la dernière vague, suivie de tirs d'artillerie, les derniers murs s'écroulèrent. Cinq cents tonnes de bombes et trois cents morts : des civils qui s'y étaient réfugiés, se croyant à l'abri dans un lieu saint. En mars, un dernier pilonnage acheva de réduire en poussière un superbe édifice chargé d'histoire.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia